in ,

Une super-héroïne musulmane débarque dans la série américaine “DC Legends of Tomorrow”

Avec l’arrivée de l’automne reviendra sur le petit écran américain la série fantastique DC Legends of Tomorrow, qui transportera petits et grands dans son monde imaginaire peuplé de super-héros, au cours d’une troisième saison spectaculaire, rythmée par des aventures trépidantes face aux forces du mal.

Pour être dotés de pouvoirs extraordinaires, les principaux protagonistes de cette saga futuriste ont eu, cependant, besoin du coup de pouce de leurs créateurs pour faire apparaître un nouveau personnage féminin de confession musulmane, afin de refléter une diversité très télégénique et surtout valorisante pour celles et ceux que l’administration Trump relègue au mieux au rang de citoyens de seconde zone, au pire à celui d’intrus indésirables.

Grâce au pouvoir décisionnaire de Andrew Kreisberg, Greg Berlanti et Marc Guggenheim, la téméraire Zari Adriana Tomaz, une citoyenne venue de la nation fictive de Kahndaq, entrée en dissidence contre son gouvernement corrompu, a vu le jour, sous les traits de l’actrice iranienne Tala Ashe, comblée par un rôle de premier plan.

« Pouvoir s’identifier à un personnage de fiction est très important, surtout quand on est jeune. Moi-même, quand j’étais enfant, puis adolescente, je regrettais de ne voir personne qui me ressemblait dans les programmes télévisés destinés à la jeunesse », a déclaré la nouvelle amazone de DC Legends of Tomorrow qui entraînera le grand public dans son combat titanesque contre le tyran qui dirige d’une main de fer son pays, sous le nom d’Isis, en référence à la reine mythique et déesse-mère de l’Egypte antique.

Pour Marc Guggenheim, le producteur exécutif de la série dont la propre belle-sœur est musulmane, il était impérieux non seulement de féminiser une galerie de personnages très virils, mais aussi de mettre en pleine lumière une super-héroïne, défenseuse de la veuve et de l’orphelin et ayant pour bible le Coran, dans le climat délétère ambiant qui règne Outre-Atlantique.

« Ma belle-sœur me parle souvent de sa difficulté d’être américaine et musulmane actuellement, sous l’ère Trump de sinistre augure. Aussi, il nous a semblé important et opportun de donner naissance à une super-héroïne, talentueuse et valeureuse, à laquelle le jeune public musulman pourra s’identifier en en tirant une certaine fierté », a-t-il expliqué, heureux d’avoir trouvé la plus belle réponse à apporter à l’instrumentalisation de la haine exacerbée par le 45ème président des Etats-Unis, à des fins de basse politique.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’enfer des migrants détenus en Libye

La Malaisie résolue à devenir le leader mondial de l’industrie Halal