in ,

Solidarité: un chrétien prie avec les musulmans à  Jérusalem

Nidal Aboud,  un palestinien de 24 ans de confession chrétienne, Bible à la main, a  prié aux cotés  des musulmans à Jérusalem, suite à l’installation  par Israël de portiques de sécurité aux abords de l’esplanade des Mosquées, empêchant ainsi les hommes de moins de 50 ans de prier à la mosquée Al Aqsa, troisième lieu saint de l’islam

A la différence des fidèles musulmans  il a  effectué le rituel chrétien de la prière. Lorsque les musulmans se prosternaient,   il effectuait  le signe de la croix, lorsqu’ils récitaient des versets coraniques, il lisait la Bible,  et lorsqu’ils  prononçaient   la formule “Allahu Akbar” (Dieu est le plus grand), il se tenait  debout silencieusement avec beaucoup de respect.

Il était le seul chrétien parmi les milliers de musulmans à assister à la prière du vendredi dans le quartier de Wadi El-Joz, en dehors de la vieille ville de Jérusalem. Depuis,  cette photo s’est largement répandue sur les réseaux sociaux, devenant  un symbole de solidarité  islamo-chrétienne en cette période de conflit.

Nidal Aboud, qui auparavant n’avait jamais assisté à une prière musulmane,  a déclaré à CNN qu’il voulait se tenir aux côtés des musulmans pendant leur prière. “J’ai un rêve depuis que je suis petit,  celui de propager l’amour dans le monde. Je voulais être celui qui sème l’amour dans le cœur des gens“.

J’ai demandé la permission à mes amis musulmans de prier avec eux. Ils m’ont demandé de me tenir derrière eux.” a également précisé Nidal Aboud. “Ma motivation était de manifester ma solidarité avec mes frères musulmans et ma condamnation  de ‘l’occupation israélienne,  et sa  politiques d’atteinte  à la souveraineté  de nos   sites religieux , qu’il s’agisse de la mosquée ou de l’église “. 

Aboud  a par ailleurs signifié  qu’il refuserait  de passer au détecteur de métaux, si l’un d’eux était placé à l’extérieur de l’Église du Saint-Sépulcre située dans la vieille ville, un site qui  englobe également le  lieu   de la crucifixion de Jésus Christ. Partisan du dialogue entre toutes les religions,  Aboud perçoit  son geste de solidarité comme un signe de Dieu que son rêve “soit devenu réalité: celui d’être un ambassadeur de bonne volonté entre les religions“.

2 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Celui qui cherche la vérité est sur le chemin de la vérité, et la route qu’il a décidé d’emprunter pour arriver au but devient secondaire. L’essentiel n’est pas le rituel ou les mots employés, l’essentiel est sa niya …qui est une affaire entre lui et son créateur. Pour Dieu, ce qui compte c’est sa foi, mais pour les humains, ce qui compte, c’est son oeuvre. Ce chrétien oeuvre en faveur de la justice et c’est la seule chose qui doit compter aux yeux des hommes. En toute fraternité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hommage au père Jacques Hamel

L’Islam dans le monde arabe (1/2)