in

Sarkozy: le président des apparences

Le 26 mars 2012, à propos des militaires assassinés à Montauban, Nicolas Sarkozy a eu cette phrase : « Je rappelle que deux de nos soldats étaient… comment dire… musulmans, en tout cas d'apparence, puisque l'un était catholique, mais d'apparence. » (1)

Quand Nicolas Sarkozy parle d’apparences, c’est un champion toutes catégories qui s’exprime.Surnommé le président « bling-bling », Nicolas Sarkozy commence son mandat en fêtant son élection au Fouquet’s avec ses amis patrons du CAC 40 et des vedettes du show-biz : Bouygues, Arnault, Dassault, Pinault, Proglio, Arthur, Johnny…

Le lendemain, il emprunte le yacht de luxe de son ami milliardaire Bolloré pour une croisière de quelques jours au large de la Sicile. « Son divorce tumultueux et son remariage presque immédiat à une chanteuse-mannequin glamour ont été quelques-unes des initiatives les plus sensationnelles qui ont valu à Sarkozy la couverture de 252 magazines en 2007 » précise le New York Times. (2)

Mais les apparences se fabriquent aussi avec des petites phrases. Nicolas Sarkozy s’adresse à sa manière aux français. Une manière qui n’a rien à envier aux petits caïds de banlieues qu’il prétend combattre et qui montre le Président de la République Française sous des apparences pour le moins surprenantes.

A un marin breton qui l’apostrophait en novembre 2007, alors qu'il est entouré d'une meute de gardes du corps, il va répondre : « Descends si t’es un homme ». En février 2008, au salon de l’agriculture, il va insulter un homme qui refuse de lui serrer la main et lui lancer: « Casse toi, alors, pauv’ con ». (3)

En novembre 2010, à des journalistes qui le questionnent sur l’affaire Karachi, il les quitte par un « amis pédophiles, à demain ». Enfin, Sarkozy et les religions, c’est une succession de déclarations d’une sottise affligeante qui lui valent maintenant de les rattacher à une apparence physique.

En décembre 2007, Le Président de la République Française, garant de la laïcité va déclarer : «L’instituteur ne pourra jamais remplacer le pasteur ou le curé. Les racines de la France sont essentiellement chrétiennes. »

En février 2012, lors du dîner annuel du CRIF, il invente le révisionnisme à l’envers et revendique au nom de la France, la paternité de la Shoah en la qualifiant « d’idée folle de la France ». (4) En mars 2012, Nicolas Sarkozy, candidat-président-stagnant dans les sondages va donc saisir au bond les tueries de Montauban et de Toulouse pour inventer le concept de « musulman d’apparence » et relancer la stigmatisation des musulmans dans une course folle avec Marine Le Pen.

En faisant ainsi un amalgame entre la religion et l’aspect physique, il nous replonge dans les moments les plus noirs de notre histoire.Non, la religion n’est pas une affaire d’apparence. Non, la religion n’est pas une affaire de couleur de peau. La religion est un engagement, une conscience, un choix profond. C’est tout le contraire d’une apparence. En tout cas, Nicolas Sarkozy, lui, nous aura démontré, qu’on peut avoir été un chef d’Etat sans en avoir eu ni la stature, ni le charisme, ni la culture…

Ni même l’apparence.

Philippe Alain

(1) http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/03/26/01016-20120326ARTFIG00667-musulman-d-apparence-la-famille-d-une-victime-indignee.php

(2) http://www.nytimes.com/2008/03/22/opinion/22sat4.html?_r=2&scp=1&sq=bling&st=nyt&oref=slogin

(3) https://www.youtube.com/watch?v=axDyUNWyuw8&noredirect=1

(4) http://blogs.mediapart.fr/blog/philippe-alain/210212/la-shoah-selon-sarkozy-une-idee-folle-de-la-france

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour Aymeric Chauprade, le “terrorisme est d’abord un fait étatique”

Le racisme anti-musulmans en pleine expansion en France