in

Salah Hamouri toujours pas libre. Israël prolonge de trois mois sa détention arbitraire

L’espoir de recouvrer la liberté qu’Israël ne cesse de confisquer à Salah Hamouri, 37 ans, depuis plus de 20 ans, vient de s’envoler à nouveau, anéanti par l’ordre militaire totalement inique qui hier, dimanche 4 septembre, l’a condamné à rester derrière les barreaux de geôles infâmes. 

Usant et abusant, comme bon lui semble, de la détention administrative la plus arbitraire (toujours sans jugement ni charge, et basée sur un dossier secret auquel ni Salah Hamouri ni ses avocats n’ont accès), l’Etat d’apartheid a donc prolongé de 3 mois le calvaire de l’avocat franco-palestinien des droits humains, soit jusqu’au 4 décembre. 

Publicité
Publicité
Publicité

Et ce, au mépris de l’intervention de la France, suffisamment rare pour être soulignée, qui avait exprimé le souhait, à travers une missive du ministère des Affaires étrangères, que Salah Hamouri, incarcéré depuis le mois de mars, « soit libéré et puisse mener une vie normale à Jérusalem, où il est né et où il réside, et que son épouse et ses enfants obtiennent le droit de s’y rendre pour le retrouver ». 

Affiche publiée par son Comité de soutien

L’organisation Addameer qui défend les droits des prisonniers palestiniens, et à laquelle appartient Salah Hamouri, a dénoncé sur Twitter « une campagne de harcèlement visant à réprimer les défenseurs des droits humains et la société civile palestinienne», tandis que son Comité de soutien s’insurgeait contre « Cette nouvelle décision politique inique » qui témoigne de « l’acharnement absolu des autorités israéliennes contre Salah et du manque d’action particulièrement évident de la diplomatie française ».

Publicité
Publicité
Publicité

A voir ou à revoir : l’entretien que nous avait accordé, en 2017, Elsa Lefort Hamouri, l’épouse de Salah Hamouri et porte-parole de son Comité de soutien.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Coupe du monde 2022 : Il y aura finalement de la bière vendue aux abords des stades

Quand afficher son islamité sur Twitter coûte son poste à un manager d’un club de basket