in

Sahara occidental : sortir de la stratégie de ni guerre ni paix

Depuis qu’il a signé les accords d’Abraham avec Israël en contrepartie de la reconnaissance américaine de la « marocanité » du Sahara Occidental que Joe Biden a endossée en violation du droit international sur lequel est censé veiller le conseil de sécurité de l’ONU, le Maroc semble s’être diablement enhardi. 

Alors qu’il était sur la défensive ces dernières années, il est brusquement passé à l’offensive en moins d’une année. D’abord en Palestine où il a lâché la cause palestinienne en échange du soutien militaire d’Israël à ses futurs projets, puis à Gargarat où il a attaqué des positions du Polisario sur la portion de territoire qui lui est reconnue, ensuite contre l’Espagne pour avoir « osé » soigner chez elle le président de la RASD et, enfin, à l’Algérie en visant son intégrité territoriale et son unité nationale. 

L’énervement constaté chez nous en réaction à ce qui n’est que de l’enfantillage diplomatique et de l’infantilisme politique n’est pas la bonne réponse à apporter au Maroc, s’il ne se désavoue pas les divagations de son ambassadeur à l’ONU. 

Publicité
Publicité
Publicité

Le ministère des affaires étrangères doit certes agir selon les procédures diplomatiques d’usage, mais le pays doit se garder de verser dans la surenchère verbale ou l’agitation populiste comme, par exemple, appeler à des marches populaires en Kabylie ou ailleurs. Nous n’avons rien à craindre de déclarations irresponsables, et rien à prouver à quiconque sur la planète.

Il faut au contraire afficher un mépris souverain et un flegme indémontable devant cette provocation puérile qui rappelle les fanfaronnades cycliques dont sont familiers les diplomates de ce pays frère, tartarinades qui ne tardent pas à se retourner contre lui ainsi qu’on l’a vu dans ses déboires récurrents avec l’Espagne ou avec l’Union africaine qu’il a quittée en 1984 avant de la réintégrer en 2017 alors que la RASD en était toujours membre. 

Soyez tranquilles, frères algériens et marocains, aucun pays au monde n’accordera de crédit à cette menace farfelue et grossière contre l’Algérie. Ce qui doit être fait, en revanche, c’est se décider à régler une fois pour toutes le problème du Sahara Occidental sur la base des enseignements tirés des conflits asymétriques récents ou en cours dans le monde arabe et africain.

Publicité
Publicité
Publicité

Ce pays d’un demi-million d’habitants environ et de 266.000 km2, figure sur la liste des « territoires non autonomes » de l’ONU depuis 1963. L’Espagne en est sortie en 1975 sous les coups de boutoir du Polisario, et le Maroc s’est dépêché de l’envahir aussitôt. En 1988, lui et le Maroc se sont entendus sur la tenue d’un référendum d’auto-détermination en 1992. Dans cette perspective, un cessez-le-feu avait été décidé sous les auspices de l’ONU en 1991.

En 2007, une nouvelle résolution du Conseil de sécurité de l’ONU est adoptée « en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara occidental ». En 2008 et 2009, des négociations directes s’ouvrent entre les deux parties à New York dans le but de trouver une solution à la question des listes électorales, mais sans succès.

Depuis 1991 la question sahraouie est restée sur une voie de garage, exactement comme la cause palestinienne après qu’elle eut déposé les armes en 1992. Le temps a travaillé contre les Sahraouis et pour le Maroc, comme en Palestine où l’occupation n’a cessé de grignoter les territoires concédés aux Palestiniens par les Accords d’Oslo. Car les puissances hégémoniques ou occupantes ne comprennent que le langage de la force, des coûts financiers du conflit pour leur économie et des pertes humaines qu’il engendre dans leurs rangs.

La question du Sahara occidental ne se résoudra ni à l’ONU ni par les négociations, mais par la lutte armée, une lutte qui coûtera le prix que coûte l’indépendance quand on la veut vraiment.  La solution des deux Etats ne deviendra envisageable que si le Polisario abandonne la politique de ni guerre ni paix, et rend l’occupation de son pays financièrement ruineuse et humainement coûteuse.

Avec peu de moyens technologiques et logistiques, des organisations comme le Hezbollah, Hamas,  le mouvement Azawed, les Talibans, les Houtis, Daech, etc, sont arrivées à tenir en respect des puissances militaires du niveau d’Israël, et conquis des portions de territoires d’Etats comme l’Irak, la Syrie ou le Mali.

Les Sahraouis ont déjà le contrôle de 20% de leur territoire, soit 50.000 km2 sur un total de 266.000. Qu’en ont-ils fait ? C’est presque deux fois la superficie d’Israël (30.000 km2). Gaza, où vivent deux millions de palestiniens, s’étend sur un peu plus de 300 km2. Ne peuvent-ils pas faire comme Hamas et le djihad islamique ? Qui est écouté aujourd’hui par les grandes puissances et admiré par les partisans des causes justes, Hamas ou l’OLP ?

Publicité
Publicité
Publicité

Le Polisario n’a pas besoin d’une armée classique et encore moins d’une armée de parade. Il doit faire comme l’Emir Abdelkrim el-Khattabi contre les Français et les Espagnols dans le Rif marocain, comme les moudjahidin marocains, tunisiens et algériens contre le colonialisme français, comme Hamas à Gaza et le Hezbollah au Liban. 

« La guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens » disait Clausewitz au XIXe siècle ? C’est toujours vrai.

2 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Monsieur Boukrouh C’est avec une grande déception que j’ai Lu votre récent article sur la crise entre l’Algérie et le Maroc. Votre texte est la preuve accablante que toutes vos positions et analyses civilisationnelles sur l’islam et le Maghreb n’étaient que des postures et comme le disait très justement Garaudy, toute posture est une imposture. Vous avez fait preuve d’un reflexe myotatique partisan si grossier, si injurieux à l’Intelligence et à l’histoire qu’on est amené à croire que soit vous l’avez fait exprès afin de séduire l’establishment algérien ce qui vous met dans la catégorie de mercenaire, soit vous pensez réellement ce que vous dites, ce qui vous exclue ipso facto du monde de l’intellect, de la nuance, de la sagesse et surtout de la probité.Il ne s’agit pas pour moi de défendre les positions officielles du gouvernement marocain mais de réfléchir à une voie honnête, juste, dénuée de tout complexe historique ou psychanalytique, de sortir de cet imbroglio et de cette spirale négative qui s’achemine de plus en plus vers un conflit ouvert. Si vous souhaitez ou pretendez jouer au légaliste et vous cacher hypocritement derrière le droit international, droit établi d’ailleurs par les puissants afin de protéger leur puissance et de maintenir les pays du sud dans des conflits artificiels interminables alors laissez l’ONU s’en occuper et ayez au moins le courage de dire que l’Algérie n’est pas un défenseur neutre du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Si en revanche comme vos anciens/nouveaux amis du FLN et de la junte vous vous acharnez honteusement à alimenter ce conflit, faire du lobbying à tout va pour une cause que vous savez illégitime c’est que vous êtes les idiots utiles du colonialisme et les ennemis de l’unité, de la stabilité et de la prospérité du maghreb. Illégitime car avant la colonisation de la, zone du Sud de l’Empire chérifien et avant la Conférence de Berlin, il n’y a jamais eu d’Etat sahrawi pas plus que les 2 tiers au moins du territoire algérien actuel n’appartenaient à la, Régence d’Alger. Mais nous, nous ne voulons pas remuer la M. car ce n’est ni dans nos valeurs, ni dans notre doctrine. Si le Maroc a fait cette petite remarque sur la Kabylie, c’est pour vous faire sentir à quel point l’injustice et la trahison sont des choses difficiles à accepter et surtout a comprendre. Une simple note à fait ressortir toute votre haine et votre désir non dissimulé d’en découdre. Qu’en serait-il si le Maroc armait, finançait des mercenaires Kabyles? Je vous conseille donc de contacter le général chengriha pour qu’il vous offre un poste de ministre de la culture afin que vous jouiez le rôle qui vous sied le mieux, à savoir celui de l’intellectomane postalmohadien. Ps: je n’ai rien contre le site de oumma.com, site que j’apprécie beaucoup mais en tant que droit de réponse, je vous demande soit de la publier dans les commentaires de l’article soit de la faire parvenir directement à, l’auteur de celui-ci.

  2. Cher Monsieur Boukrouh,
    J’étais un de vos fervents lecteurs, étant un grand admirateur de Malek Bennabi dont je vous sais gré d’avoir perpétué l’héritage.
    Je ne peut cependant que m’inscrire en faux par rapport à cette tribune belliqueuse qui fait ressortir la partie la plus sombre de votre âme. Vous appelez purement et simplement à la reprise des combats armés contre le peuple marocain que vous qualifiez de « frère ». Avec des « frères » comme vous, on n’a pas besoin d’ennemis.
    Cette prise de position scandaleuse montre malheureusement que vous ne valez pas mieux que la bande des généraux cleptocrates qui ont mis à sac le pays depuis l’indépendance. Les héritiers du clan d’Oujda qui n’ont pas tiré un seul coup de feu contre l’occupant français et qui ont profité du combat des martyrs Abane, Amirouch, Belkacem, Aït Ahmed et d’autres pour s’accaparer le pouvoir, ont érigé le Maroc comme épouvantail pour dévier l’attention du peuple algérien sur leurs turpitudes.
    En tant que musulman de France, j’étais également un fervent lecteur de Oumma que je considérais comme un réel medium d’information qui appelle à la fraternité entre les Musulmans, notamment entre les Maghrébins. Je suis extrêmement choqué de voir que Oumma devient un medium d’appel à la guerre contre le peuple Marocain (de grâce, épargnez-nous les discours hypocrites sur la différence entre le peuple marocain et son régime – vous appelez à une guerre qui risque de tuer et mutiler des milliers de fils du peuple marocain que vous qualifiez hypocritement de peuple frère).
    Par ailleurs, votre tribune risque de tomber sous le coup de la loi puisque vous appelez un groupe terroriste à perpétrer des attaques armées contre un pays souverain.
    J’espère que la publication de cette tribune par Oumma relève d’une erreur et sera vite corrigée.
    Un (ancien) lecteur.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Algérie: Vers un retour à un confinement sévère

Aïd El Adha : Le sacrifice d’Abraham