,

Retour en images sur la révolution tunisienne

Photos Jacopo Granci, Textes Cédric Baylocq Sassoubre

Le premier ministre tunisien Mohammed Ghannouchi a démissionné à la toute fin du mois de février, sous la pression du peuple tunisien révolté qui réclamait un gage supplémentaire de changement, à la suite de la fuite du tyran Zine el Abidine Ben Ali. Fin du gouvernement RCD, arrestation de 42 officiers de police et de 110 RCDistes impliqués dans la corruption, nouveau Conseil constitutionnel… une nouvelle ère, postrévolutionnaire, s’ouvre pour la Tunisie. Elle impose un retour en photo, du lendemain de la chute de Ben Ali (14 janvier) jusqu’au sentiment du devoir accompli (27 février), au milieu du peuple tunisien.

AVENUE BOURGUIBA (Tunis)

KASSBAH (Tunis)

SIDI BOUZID (Centre), AUX ORIGINES DE LA RÉVOLTE

JPEG - 42.2 ko

Au fond de la banquette qui lui sert de lit, Manoubia, la mère de Mohammed Bouazizi, choquée mais fière, un mois après l’immolation de son fils, qui a embrasé la jeunesse tunisienne. A coté d’elle, Samia, 19 ans, demi-soeur du martyr, tient un texte religieux en hommage à son (demi)frère sur lequel il est écrit : « Il (le prophète) a dit, que la prière et la paix soit sur lui : “Si l’orphelin est frappé et s’il pleure, les anges pleurent aussi”. Alors Dieu dit “Quiconque frappe l’orphelin, celui dont les parents sont devenus poussières sous-terre, Je jure par Ma puissance et Ma majesté de lui rendre justice”. Louange à Dieu de nous avoir fait grâce de l’islam » Si la thématique de “l’orphelin” domine cet hommage post mortem, c’est que Mohammed Bouazizi a perdu son père très tôt. En outre, le verbe frapper (daraba) est présent à deux reprises, d’abord dans la bouche du prophète, puis dans un verset du Coran qui est cité. Référence implicite à l’humiliation ultime qui lui a été infligé par l’agente de Sidi Bouzid Feyda Hamdi (une gifle), et a suscité son geste désepéré, à l’origine de ce qui deviendra le “printemps arabe” (Entretien avec la famille Bouazizi, Sidi Bouzid, 26 janvier 2011).

LA REVOLUTION ACCOMPLIE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Logique de la haine

Le Maroc sur la voie de la réforme constitutionnelle pleine et entière

,

Retour en images sur la révolution tunisienne

Photos Jacopo Granci, Textes Cédric Baylocq Sassoubre

Le premier ministre tunisien Mohammed Ghannouchi a démissionné à la toute fin du mois de février, sous la pression du peuple tunisien révolté qui réclamait un gage supplémentaire de changement, à la suite de la fuite du tyran Zine el Abidine Ben Ali. Fin du gouvernement RCD, arrestation de 42 officiers de police et de 110 RCDistes impliqués dans la corruption, nouveau Conseil constitutionnel… une nouvelle ère, postrévolutionnaire, s’ouvre pour la Tunisie. Elle impose un retour en photo, du lendemain de la chute de Ben Ali (14 janvier) jusqu’au sentiment du devoir accompli (27 février), au milieu d’un peuple tunisien.

AVENUE BOURGUIBA (Tunis)

a) img 5382 Après que le général Rached Ammar eût officiellement refusé de tirer sur les manifestants dans son discours du 13 janvier, partout en Tunisie, la population a montré ostensiblement sa gratitude à l’armée.

b) img 5492 Une semaine après la chute de Ben Ali, une foule déferle Porte de France, au bout de l’Avenue Bourguiba, pour réclamer l’achèvement du régime au cri de “RCD Dégage”.

KASSBAH (Tunis)

c) img 5592 Sous les arcs plein-cintres du Ministère des Finances (rebaptisé, sur notre cliché, “Ministère des voleurs”), les tunisiens qui composent la caravanne de la liberté (venu des villes déshéritées Sidi Bouzid, Gafsa, Metlaoui, Kasserine…) maintiennent la pression sur le gouvernenemt “provisoire”. En contre-bas, place de la Kassbah (siège du premier ministre) les manifestants sont à l’unissons.

d) img 5710 AUGMENTER LA LUMINOSITE SVP Place de la Kassbah, un manifestant se hisse en haut d’un lampadaire pour s’approcher du balcon du premier ministre et y déployer une banderole de revendications. Au dessous de lui, une foule qui scande “L’bhim fi saoudiya wa-l qarita hyia-hyia !” (“البهيمة في السعودية والقاريطة هي هي”, “L’âne est en Arabie Saoudite mais la charrette est la même”), lui donne l’impulsion nécessaire…

SIDI BOUZID (Centre), AUX ORIGINES DE LA REVOLTE

e) img 6279 Au fond de la banquette qui lui sert de lit, Manoubia, la mère de Mohammed Bouazizi, choquée mais fière, un mois après l’immolation de son fils, qui a embrasé la jeunesse tunisienne. A coté d’elle, Samia, 19 ans, demi-soeur du martyr, tient une lettre qui XXXXXXXXXX.

f) img 6548 Jeudi 27 janvier, une grande parti des habitants de Sidi Bouzid (environ 7000 personnes) organise une grande marche après avoir décrété une grève illimitée dans la ville, jusqu’au départ des membres du gouvernement affiliés au RCD.

g) sidi bouzid Bouazizi2 Face au Tribunal, la foule comme un seul homme au dessous du portrait du “martyr” Mohammed Bouazizi.

h) sidi bouzid bouazizi3 Le cortège s’arrête devant le Gouvernorat de la province, à l’endroit où Mohammed Bouazizi s’est immolé, après avoir reçu une giffle de l’agent de police Feyda Hamdi parce qu’il réclamait la restitution de sa marchandise et de sa balance, que les agents municipaux lui avaient confisqués au prétexte qu’il refusait de les soudoyer. Son geste allait intiter la révolte…

LA REVOLUTION ACCOMPLIE

i) img 6387 La pugnacité du peuple tunisien aboutit fin février au départ du premier ministre Mohammed Ghanouchi, à la dissolution du gouvernement provisoire et au début du Printemps arabe…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sondage : Marine Le Pen en pôle position au 1er tour de la présidentielle

Libye Kadhafi, portrait total (3/3)