in

Retour en images sur la révolution tunisienne

Photos Jacopo Granci, Textes Cédric Baylocq Sassoubre

Le premier ministre tunisien Mohammed Ghannouchi a démissionné à la toute fin du mois de février, sous la pression du peuple tunisien révolté qui réclamait un gage supplémentaire de changement, à la suite de la fuite du tyran Zine el Abidine Ben Ali. Fin du gouvernement RCD, arrestation de 42 officiers de police et de 110 RCDistes impliqués dans la corruption, nouveau Conseil constitutionnel… une nouvelle ère, postrévolutionnaire, s’ouvre pour la Tunisie. Elle impose un retour en photo, du lendemain de la chute de Ben Ali (14 janvier) jusqu’au sentiment du devoir accompli (27 février), au milieu du peuple tunisien.

AVENUE BOURGUIBA (Tunis)

Publicité

Publicité

KASSBAH (Tunis)

Publicité
Sous les arcs plein-cintres du Ministère des Finances (rebaptisé, sur notre cliché, “Ministère des voleurs”), les tunisiens qui composent la caravanne de la liberté (venu des villes déshéritées Sidi Bouzid, Gafsa, Metlaoui, Kasserine…) maintiennent la pression sur le gouvernenemt “provisoire”. En contre-bas, place de la Kassbah (siège du premier ministre) les manifestants sont à l’unisson.

SIDI BOUZID (Centre), AUX ORIGINES DE LA RÉVOLTE

LA REVOLUTION ACCOMPLIE

Publicité

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Logique de la haine

Le Maroc sur la voie de la réforme constitutionnelle pleine et entière