in

Réponse au forum : « Je veux me convertir mais certains versets du Coran m’intriguent et sont pour le moins embarrassants. »

 

Je me protège auprès d’Allah contre Satan le lapidé, AuNom d’Allah, Clément et Miséricordieux, et que la paix et la prière d’Allahsoient sur notre Prophète Mouhammad sur sa famille et ses Compagnons jusqu’au jour du Jugement dernier.

J’ai, pour aujourd’hui, choisi quelques-unes desquestions, posées par des sœurs et frères, sur le site Internet :

www.oumma.com. La première des interrogations nous vient de Philippe, pour lequel je cite : ‘  certains versets du Coran l’intriguent et sont pour le moins embarrassants. ‘

Cette question a été postée le 19 septembre 2000 à 12h57.Nous avons repris avec l’imam Ibrahim HALITIM, l’essentiel des versetsproposés par Philippe. Cependant, nous avons évidemment rectifié certainesréférences faussées des sourates et numéros de versets en question.

Moussa ALLEM

Tout d’abord, je précise que le Coran en français, ou enune autre langue que l’arabe, n’est qu’une traduction du sens de sesversets. Il n’est pas le texte original et même si cette interprétationpermet l’accès du texte aux non – arabophones, l’on ne peut, partant d’uneparaphrase, en faire de l’exégèse.

Ensuite, pour bien comprendre un verset du Coran, il faut lelire à la lumière de la Révélation Coranique elle-même et, par conséquentil n’est pas intellectuellement honnête de détacher un verset de soncontexte ou de n’en lire qu’une partie, et de le comprendre en dehors de cequ’il dit et de ce qu’il est, c’est à dire l’extrait d’un messagespirituel, ayant la même source que les autres écrits révélés.

J’admets, évidemment, que certains versets peuventchoquer, comme celui-ci qui soulève la question des rapports avec lesnon-musulmans :

 

  • ‘  Et tuez- les, où que vous les rencontriez ; et chassez – les d’où ils vous ont chassés : l’association est plus grave que le meurtre. Mais ne les combattez pas près de la Mosquée sacrée avant qu’ ils ne vous y aient combattus. S’ ils vous y combattent, tuez- les donc. Telle est la rétribution des mécréants. ‘

 

( Traduction du sens du verset 191, sourate 2, Al Baqara, laVache )

On ne peut pas, pour autant, conclure à la lecture de ceverset, que l’islam incite au meurtre. Si tant est que l’on donne au mot’ meurtre ‘ la définition du mot arabe ‘ kital ‘, qui parfois, peut être pris dans le sens de’ combat ‘.

Le combat, en effet, fait partie du’ Jihad ‘. Mais ce dernier n’est pas, comme le prétendentcertains détracteurs, à prendre au sens de ‘ guerresainte. ‘ Il s’agit ici d’effort dans la voie de Dieu, qui aujourd’huine peut être un combat mené par l’épée.

Le Prophète, lui-même, est resté durant les 13 premièresannées de sa prédication à la Mecque et n’a pas reçu cet ordre debatailler. Au contraire, Allah lui a donné patience et sagesse, jusqu’à cequ’il envoie ses compagnons en Abyssinie ( Ethiopie actuelle ) chez un roichrétien, – en qui ils trouvèrent un soutien (ndlr ) – ou qu’il émigrelui-même, sur ordre divin, à Médine. L’on sait que les premiers émigrantsfurent dépossédés et quelle fut la hargne des Quoraïchites de vouloir àtout prix éliminer le Prophète et par la même l’islam. Et ce n’est qu’àpartir de la bataille de Badr ( 17 mars 623, 19 ramadhan 2 de l’Hégire ), queDieu a donné aux musulmans la permission de combattre militairement etdéfendre leur religion naissante.

Le terme ‘  katilou ‘ est ici vraiment àprendre au sens de combat de résistance, et uniquement ceux qui vouscombattent. Parce que les théologiens se sont posé la question de savoir cequi autoriserait un musulman à tuer, l’imam Malek et Abou Hanifa ( qu’Allahles agrée ), entre autres, disent que la seule raison valable est la légitimedéfense. Car Dieu dit, juste au verset précédent :

‘ …[…]…et ne transgressez pas. Certes, Allah n’aime pas les transgresseurs ! ‘

( Traduction du sens du verset 190, sourate 2, Al Baqara, laVache )

( La ta’tadou ! Ne transgressez pas ! Et dans leCoran, révélé à Médine, à l’endroit des polythéistes :

‘ Allah ne vous défend pas d’être bienfaisants etéquitables envers ceux qui ne vous ont pas combattus pour la religion et nevous ont pas chassés de vos demeures. Car Allah aime leséquitables. ‘

( Traduction du sens du verset 8, Sourate 60, Al Moumtahanah,L’Eprouvée )

 

C’est à dire ceux qui sont bienfaisants avec vous, quifont montre de ‘  ihsane ‘, de bienfaisance. Si ce versetconcerne les polythéistes, que dire de la conduite que nous devons avoir avecles Gens du Livre, Juifs et Chrétiens qui, eux ont une religionrévélée !

Tout cela est bien la preuve qu’il faut lire et comprendrele Coran, en tenant compte de plusieurs critères et notamment du contexte de laRévélation ( asbab annouzoul )

Sinon que dire de ce verset : ‘ …[…]…

Croyez- vous donc en une partie du Livre et rejetez- vous le reste ? [….] ‘

( Traduction du sens du verset 85, Sourate 2, Al Baqara, laVache )

J’ajoute qu’au combat militaire, les musulmans ontinstauré des règles. Alors que les Conventions de la Haye ou de Genève sontcontemporaines. En effet, le Prophète a interdit, en temps de guerre, il y aquatorze siècles de tuer les femmes, les enfants et les vieillards.

Enfin lorsque Dieu évoque l’engagement armé, il ne fautpas combattre tous les non – musulmans sans raison, mais ces versets sont, engénéral, destinés à ceux qui guerroient contre vous et leurs alliés

Conception des Juifs et des Chrétiens :

 

  • ‘ Allah les a maudits à cause de leur mécréance ; leur foi est donc bien médiocre. ‘

 

Ici encore le raisonnement simpliste voudrait nous fairecroire que l’islam insulte les autres religions. Lisez donc le versetentièrement :

‘ Il en est parmi les Juifs qui détournent lesmots de leur sens, et disent: ‘Nous avions entendu, mais nous avonsdésobéi’, ‘Écoutes sans qu’ il te soit donné d’ entendre’, etfavorises – nous ‘Râ`inâ’, tordant la langue et attaquant lareligion. Si au contraire ils disaient: ‘Nous avons entendu et nous avonsobéi’, ‘Écoutes’, et ‘Regardes- nous’, ce seraitmeilleur pour eux, et plus droit. Mais Allah les a maudits à cause de leurmécréance ; leur foi est donc bien médiocre. ‘

( Traduction du sens du verset 46, Sourate An – Nissa, LesFemmes )

Dieu évoque ici ‘ minnalladhina hadou ‘,c’est à – dire pas tous. Malheureusement, l’on a toujours tendance àpencher pour la mauvaise interprétation.

Les israélites ont dit eux même ‘

‘Nousavions entendu, mais nous avons désobéi’. Si des musulmans ou des hypocrites avaient tenu des propos identiques, Dieu lesaurait damnés de la même façon ! Car Dieu ne maudit pas une religion,une personne ou une nationalité, mais des actes ! Et Dieu nousexplique : ‘ (Nous les avons maudits) à cause de leur rupture de l’engagement, leur mécréance aux révélations d’ Allah, leur meurtre injustifié des prophètes, et leur parole: ‘Nos cœurs sont (enveloppés) et imperméables’. En réalité, c’est Allah qui a scellé leurs cœurs à cause de leur mécréance, car ils ne croyaient que très peu.

( Traduction du sens du verset 155, Sourate 4 An – Nissa,Les Femmes )

C’est à dire que certains peuvent croire en Moïse-Moussa,mais pas en Jésus-Aïssa. Néanmoins, tous croient en l’existence de Dieu, del’Enfer et du Paradis. ( On appelle, toujours à tort,’ Kafir ‘, mécréant, un juif ou un chrétien, alors qu’ilssont croyants ! ndlr)

Conception des femmes :

 

  • ‘ Mais les hommes ont cependant une prédominance sur elles ( les femmes ). Et Allah est Puissant et Sage. ‘

 

( Traduction du sens du verset 228, sourate 2, Al Baqara, laVache )

ou bien encore :

 

  • ‘ Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’ Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ ils font de leurs biens…[…] ‘

 

( Traduction du sens du verset 34, Sourate 4 An – Nissa,Les Femmes )

Même les musulmans comprennent et appliquent mal cesversets ! La femme est alors considérée comme un objet, l’esclave dumaître masculin.

Dieu n’a pas dit : ‘ le mari est supérieurà l’épouse ‘, mais il évoque ici la femme en tant que mère,fille ou sœur.

Le terme arabe ‘ kaouam ‘ vient de laracine ‘ kam ‘ et cela veut dire que l’homme subvient, parson travail, aux besoins de la famille et que les hommes et les femmes ontchacun leurs prérogatives. Le mâle est quant à lui, est vu ici en tant qu’homme,fils ou frère.

‘ En raison des faveurs qu’ Allah accorde àceux-là sur celles-ci ‘

 (badhahoum ‘ala badh ) et le Prophète n’a-t-il pas ajouté : ‘ L’homme et la femme sont complémentaires. ‘

  • ‘ Et si vous craignez de n’être pas justes envers les orphelins,… Il est permis d’épouser deux, trois ou quatre, parmi les femmes qui vous plaisent, mais, si vous craignez de n’ être pas justes avec celles-ci, alors une seule, ou des esclaves que vous possédez. Cela, afin de ne pas faire d’ injustice (ou afin de ne pas aggraver votre charge de famille). ‘

 

( Traduction du sens du verset 3, Sourate 4 An – Nissa, LesFemmes )

Voilà ce que l’on nous jette toujours à la figure. Maissachez que le mariage entre aussi dans les catégories d’actions permises etneutres. Les autres catégories étant : fardh ou wajib (obligatoire) ; moustahab ou mandhoub ( recommandé ) ; makrouh ( ce qu’il fautdécourager ) et haram pour ce qui est interdit. Et les théologiens disent quele Coran s’exprime ici sur la possibilité licite, non sur le mariagelui-même ( al moubah, c’est-à-dire permis mais non obligatoire ). En clair,nous ne sommes pas obligés d’être polygames. Et lorsque je dis que l’islamne peut être détaché des autres religions, nous tenons de l’AncienTestament que Salomon, par exemple, ( que la Paix d’Allah soit sur lui ) avaitplusieurs femmes !

 

  • ‘ mais, si vous craignez de n’ être pas justes.. ‘

 

Voici, du verset, la suite que l’on ne lit jamais ! Onne peut, selon son bon vouloir, jeter une femme, parce que l’envie vous prendd’en épouser une autre. Faut-il se séparer de son épouse malade, parexemple, qu’elle finisse sa vie en hospice ou est-il préférable de se marieravec une autre femme, qui vous aidera à soigner et chérir la première ?

Et l’équité dont il est question ici comprend l’amour,le gîte, le couvert, et les autres besoins de l’épouse. (

unmusulman ne peut être polygame qu’avec le consentement de la premièreépouse, donc mes sœurs, stipulez dans votre contrat de mariage, que lapolygamie sera, pour vous une cause de rupture du mariage !ndlr )

Enfin, en ce qui concerne la polygamie, nous savons qu’aprèsla seconde guerre mondiale, en Allemagne et en grande Bretagne, elle a étépermise pour subvenir aux orphelins et aux veuves de guerre. Cette sagessedivine, dans un contexte terrestre et non céleste, cette miséricorde a étéappliquée, il y a quatorze siècles par l’islam.

 

  • ‘ Vos épouses sont pour vous un champ de labour ; allez à votre champ comme (et quand) vous le voulez et œuvrez pour vous-mêmes à l’ avance. Craignez Allah et sachez que vous Le rencontrerez. Et fais gracieuse annonce aux croyants ! ‘

 

( Traduction du sens du verset 223, Sourate 2, Al Baqara, La Vache )

Il s’agit ici d’une métaphore, qui est-il besoin de le rappeler, ne peut se comprendre à la lettre. Dans l’esprit, Dieu évoque, avec une certaine pudeur dans ces versets, les relations sexuelles entre un homme et son épouse.

L’idée de labour et de champs nous renvoie à la fécondation et à la fertilité. Dans ce domaine, deux restrictions : la sodomie, et en dehors du cycle menstruel ( Peut-on en conclure qu’en islam tout le jeu sexuel est permis ? Ceci fera l’objet d’un autre débat ! ndlr )

 

En Matière d’héritage :

 

  • ‘ Voici ce qu’ Allah vous enjoint au sujet de vos enfants : au fils, une part équivalente à celle de deux filles…[…] ‘

 

( Traduction du sens du verset 11, Sourate 4 An – Nissa,Les Femmes )

La succession est un autre sujet d’âpres discussions.Lorsque Dieu octroie à la femme une demi-part, ce n’est pas pour la léser.

Remettez-donc les choses dans leur contexte. En effet, avantl’islam, non seulement la femme n’héritait pas, mais elle faisait partie del’héritage.

Avant la Révélation Coranique, une femme vint voirMouhammad pour déplorer que Sa’ad ibnou Rabi’ n’ait pas donné à ses filles leurdû. Le Prophète a répondu d’espérer une réponse divine, qui d’ailleursne se fit pas attendre :

‘ Aux hommes revient une part de ce qu’ont laisséles père et mère ainsi que les proches ; et aux femmes une part de ce qu’ ontlaissé les père et mère ainsi que les proches, que ce soit peu ou beaucoup:une part fixée. ‘

( Traduction du sens du verset 7, Sourate 4 An – Nissa, LesFemmes )

Et entre autres versets, je peux citer :

‘ Et lorsque les proches parents, les orphelins,les nécessiteux assistent au partage, offrez- leur quelque chose de l’héritage, et parlez- leur convenablement. ‘

( Traduction du sens du verset 8, Sourate 4 An – Nissa, LesFemmes )

Après quoi le Prophète a dit : ‘ donnez àces filles 1/3 et 1/8ème à leur mère ! ‘

Et les théologie,s ajoutent même que parfois la femme prendplus que ce que le Coran lui accorde, dut-ce –t-il s’agir de millions. Ilarrive qu’elle partage de moitié avec l’homme. Et, pour bien comprendre,demandons-nous auquel des deux, de l’homme ou de la femme, Dieu a ordonné, enislam, de subvenir aux besoins de l’autre ? A l’homme bien sûr !

Car si la femme peut disposer de ses biens à sa guise etdonc de l’héritage, l’homme doit entretenir son épouse, sa fille voire sasœur, avec, s’il le faut sa part d’héritage !

Et Allah est Le Plus Savant !

A Suivre ….

(ndlr ) note de la rédaction : Moussa ALLEM


®

Mosquée El Feth vendredi 22 septembre 2000, 24 Joumada II 1421

49, rue Suzanne Lannoy-Blin

59720 Louvroil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le foulard islamique et la République Française

Tariq Ramadan l’énigmatique (Le Monde du 29/09/00)