in

Réponse à mes détracteurs

Puisque vous m’incitez à user de mon droit de réponse à la suite de la diffusion par Oumma du texte à charge intitulé :

Les ennemis de nos ennemis ne sont pas toujours nos amis, Réflexions sur le cas Alain Soral” par Pierre Tévanian, Fatiha Kaoues

le voici :

Je n’ai pas de commentaire de détail à faire sur ce “travail” qui n’est pas sans rappeler le style “flic universitaire” des Daenincks et autres Taguieff. À la lecture d’un tel pavé indigeste, plus que jamais je me sens poète !

Pour clore le débat sur le fond, avant de vous tirer ma révérence, ces deux dernières années je me suis porté au secours des “arabes” pour deux raisons bien simples :

– D’abord parce que je trouvais injuste la diabolisation dont ils étaient soudain l’objet pour des raisons évidentes de politique étrangère liée à l’Irak et la Palestine

– Ensuite, et plus humainement encore, parce qu’il me répugne d’hurler avec les loups.

Tout le reste, vous le savez, n’est que basse, forcément basse politique ; y compris cet élégant lâchage (pour ne pas dire lynchage) au moment où certains “dérapages” me mettent particulièrement sur la sellette…

Qu’ajouter encore ?

Pour finir sur une note optimiste, faire remarquer que ce petit “travail” démontre la volonté, de la part des gens d’Oumma, d’accéder à une certaine “respectabilité” ; et que les musulmans soient enfin respectés en France, c’est tout le bien que je leur souhaite !

Quant à savoir si les chemins de la respectabilité sont toujours respectables, je vous laisse, le soin d’en débattre avec vos consciences…

Salam et bon vent,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les ennemis de nos ennemis ne sont pas toujours nos amis

Mohamed Sifaoui refuse de participer à Arrêt sur images