in ,

Ramadhan 2014, soyons responsables et sachons raison garder !

A mesure que le début du mois de Ramadhan 2014 approche, tous les curseurs au sein de la communauté musulmane de France semblent virer au rouge. Que ce soit le curseur de la tension, celui de la polémique de plus en plus âpre[1], ou encore celui du décalage entre les positions des uns et des autres, tout augure d'une cacophonie inéluctable, et même pire que celle de l'an passé.  

En effet, souvenons-nous, l'UOIF, la Mosquée de Paris, le CFCM et nombre de responsables d'associations musulmanes, furent tous surpris l'an dernier par l'incrédulité des fidèles, qui n'étaient guère convaincus de l'idée de débuter le jeûne sans que le croissant lunaire n'ait été ni vu, ni même visible en France et dans la quasi-totalité des pays musulmans. Et si l'an dernier la division n'était pas préméditée, et, tout le monde était pris de court par les réseaux sociaux et les sms, cette année les différents acteurs semblent déjà chercher à utiliser ces réseaux à leur avantage. En effet, il n'est un secret pour personne, que la bataille médiatique lancée depuis un mois, va en s'accélérant ces dernières semaines.

A moins d'un changement de position sage et salutaire de l'UOIF, le 28 juin 2014, la communauté musulmane de France risque d'être encore plus divisée cette année que lors du début de Ramadhan de l'an dernier. Sommes-nous donc irresponsables à ce point pour foncer -presque tête baissée, dirais-je- dans une division qui va déchirer encore davantage la communauté ? Non, aucunement, diront toutes les fédérations ! La preuve ? Pas un appel, ni même un seul communiqué publiés à ce jour qui n'insistent sur le soucis d'unifier les musulmans de France. N'est-il pas, par conséquent, urgentissime et plus cohérent à tout un chacun, de se ressaisir et de savoir raison garder ?

Je lis depuis des semaines, j'entends et j'écoute toute sorte de propos : "Ramadhan 2014, le passage en force de l'UOIF" titre le site Ajib, le 14 juin ; "Ramadhan, l'UOIF brise volontairement l'unité demandée par le CFCM et la mosquée de Paris" titre le site Al-Kanz du 10 juin 2014, en commençant l'article par cette phrase très lourde à encaisser par la première fédération des musulmans de France : " Alors que le CFCM et la mosquée de Paris ont choisi la voie de la sagesse et l’union, comme recommandées par les savants, l’UOIF a choisi de provoquer et d’alimenter le clash."!! Et si on doit compléter à tout cela les toutes récentes vidéos de jeunes imams, qui circulent sur le net, le cocktail de la discorde est complet.

J'ai préféré d'abord, pour ne pas rajouter une autre voix discordante, me taire et ne pas prendre part au débat. Cependant, dès lors que de nouveaux acteurs inhabituels-en particulier l'inattendu communiqué du CRAISOF[2]– et la tournure que prend le débat quittant la sphère de la controverse juridique et canonique pour s'engouffrer dans le tordu sentier de l'invective et la taxinomie, cet appel à la raison s'impose.  

Non pas pour me raconter, mais uniquement pour me situer dans ce débat. J'ai été très engagé sur cette question à la fin des années 80 et début des années 90. J'avais à peine 26 ans, et j'étais un imam écouté et suivi à Aix-en-Provence, et déjà à l'époque, de nombreuses fois, nous étions obligés de ne pas suivre l'UOIF et la Mosquée de Paris dans leur décision de décréter le premier jour de Ramadhan et l'Aïd. Il nous est même arrivé de faire la prière de l'Aïd divisés, deux jours de suite dans la même région. Nous étions très sincères dans nos prises de décisions et nous étions très convaincus par la justesse de nos positions.

Pourtant, force est de dire aujourd'hui, que nous étions un peu irréfléchis et ne mesurant pas assez les conséquences de nos décisions sur un des nobles buts de l'islam : L'UNITÉ de la communauté. Heureusement qu'à l'époque la communauté était moins nombreuse, et, surtout en raison de l'absence des réseaux sociaux, les buzz et autres surenchères médiatiques étaient limités, voire maitrisés et circonscrits.

Dès les semaines qui suivaient la fête de l'Aïd, on se remettait au travail de "recollage des morceaux" et insister sur la fraternité et l'union, et la division était vite oubliée. Ce n'est plus le cas aujourd'hui ; internet n'oublie presque rien et ne laisse effacer presque plus grand chose ! Voilà une autre raison pour que les frères, qui écrivent sur les différents sites internet et qui publient des communiqués en ce moment, fassent attention et redoublent de vigilance, et sachent raison garder.

Passons au fond du débat, à présent. À lire, à entendre, à écouter, ce qui se diffuse dans certains sites, j'ai du mal à comprendre. Comment prétendre vouloir unir les musulmans en leur imposant une date de début de Ramadhan inacceptable du point de vue religieux et très contestable du point de vue scientifique ? Je me contenterai donc de quatre remarques de fond sur le communiqué du Conseil théologique et astronomique pour la détermination du mois de Ramadan :

Primo: Le communiqué ne parle que de l'heure de naissance de la lune : "les données scientifiques précises concernant le mois de Ramadan (sic) 1435 H, fixent la naissance du croissant lunaire au vendredi 27 juin 2014 à 08h08 GMT (11h08 heure de la Mecque)". Cette partie appelle deux remarques : Du point de vue théologique et canonique, parler de la naissance de la lune sans évoquer sa visibilité, l'heure de son coucher et celui du soleil, est une lacune grave dans le communiqué. En effet, tous les savants musulmans, de toutes les époques, disent que le croissant lunaire qui détermine le début du mois est celui qui est visible après le coucher du soleil. Par conséquent, on ne peut se contenter de citer l'heure de naissance de la lune, sans insister sur sa conjonction et l'heure de son coucher par rapport au coucher du soleil.  

L'évocation de la seule naissance de la lune comme référence est pour le moins troublant. Et ce qui rajoute au trouble, c'est l'évocation de la Mecque. Pourquoi parler de l'heure de la naissance de la lune à la Mecque du moment que cette dernière n'est pas une région de référence pour les tenants du communiqué ?  

Secundo: D'après les scientifiques, en l'occurrence le docteur Abdelhamid BENTCHIKOU qui dirige Makkacalendar.org, et d'autres centre d'observation égyptien, émirati, Syed Khalid Shukat qui dirige Moonsighting.com et de nombreux autres vrais astronomes et astrophysiciens professionnels, le 27 juin, la lune se couchera juste une minute après le soleil à la Mecque. Donc pour parler de la Mecque, puisqu'elle est évoquée dans le communiqué, il sera impossible d' y apercevoir la nouvelle lune ce soir-là, ni même dans aucun autre endroit situé à l'ouest de la Mecque avant la prière du fajr.

Tertio: Le communiqué stipule : "Le calcul scientifique, selon les conditions établies par le CEFR, confirme la vision de la lune dans la majorité des pays d’Amérique latine et en Polynésie française." Cette partie – la plus contestable, pour un communiqué scientifique- appelle également deux remarques :

La première : Le communiqué ne dit rien du décalage de 12 heures en été (et 11 heures en hiver) entre la France métropolitaine et la Polynésie française ! En effet, quand le soleil se couchera en France le vendredi 27 juin à 22h 03, il ne sera que 10h 03 à Papeete ! Et quand le soleil se couchera en Polynésie le 27 juin à 17h 33 et que la lune se couchera à 18h 15, en France on sera le samedi 28 juin 5h 33. Par conséquent, si on devait se fier à ce communiqué dit scientifique, les musulmans de France commenceraient alors à jeûner le samedi 28 juin à 03h 30, alors que le mois de Ramadhan n'aura pas encore débuté, – et, à aucun point du globe terrestre, svp ! La lune ne sera vue qu'entre 05h 30 et 06h 15, heures de Paris. Préconiser de débuter le jeûne dès le 28 juin est une décision inacceptable, ni du point de vue juridique et canonique, ni sur le plan scientifique et astrophysique !  

La deuxième remarque concerne les autres pays d'Amérique latine, cités également comme référence. Le décalage horaire est moins important, certes – 6 heures, par rapport au Brésil par exemple-  mais vue la saison dans laquelle nous nous trouvons, et la nuit ne durant que 6 heures- là non-plus il ne sera pas possible de s'y référer. Au coucher du soleil en Amérique latine, la nuit est finie, ou  tire à sa fin en France.

Quatro: Le texte du communiqué rédigé par ce conseil théologique et astronomique (sic) est plus que lacunaire sur le plan théologique et scientifique. Le communiqué dit :"le calcul scientifique… confirme la vision de la lune dans la majorité des pays d'Amérique latine et…" et pour le mois de Shawwal, il rajoute, je cite : "Ainsi la vision de la nouvelle lune s'effectuera dans le Sud de l'Afrique et dans toute l'Amérique latine", alors qu'il aurait fallu parler de visibilité et de possibilité de vision pour être précis. L'absence totale d'évocation de la conjonction lune-soleil, et l'omission de préciser l'heure du coucher du soleil et celui de la lune aux endroits choisis comme points de référence est une grande lacune du point de vue scientifique.

D'autres points de fond sont discutables dans cette position commune de l'UOIF, le CEFR, le CTADMR, et le CRAISOF, cependant ils sont plus théologiques que scientifiques et pratiques, je ne les aborde pas ici. Toutefois, il faut préciser que ces quatre instances ne font que reprendre les même arguments déjà entendus l'année dernière, parfois en en accentuant le biais[3].

En somme, dans la démarche de ces quatre instances, manifestement, il y a un abus dans l'application d'un avis minoritaire et/ou de mesures dérogatoires. On part en fait d'une dérogation justifiable -en l'occurrence la vision étendue- qu'on érige en principe de base ; ensuite on surajoute à cet avis dérogatoire une dérogation supplémentaire, comme le fait de  se référer,  notamment à des pays dont le décalage horaire est totalement démesuré.  

Ce qui est surtout regrettable et dommageable,  c'est que l'UOIF et ses trois satellites, à cause  de ces abus signalés plus haut, semblent plus desservir l'idée de possibilité et de légitimité d'utilisation du comput et calcul scientifique pour déterminer le début du mois de Ramadhan, que de les servir.

Au demeurant, persister à inviter les musulmans de France à débuter le jeûne de Ramadhan le samedi 28 juin, alors que la nouvelle lune ne sera visible le 27 juin qu'en Amérique latine et dans le Pacifique, semble bien loin des besoins et contraintes contextuels des musulmans de France. Ce choix ignore des conditions sine qua non du fiqh et divise plus qu'il n'unit ! À quoi bon vouloir faire passer coûte que coûte et à la hâte[4], qui plus est, cette décision.       

Pour terminer, il y a également un autre point essentiel et fondamental  sur lequel aucune fédération, ni aucune voix musulmane ne saurait faire l'impasse, c'est l'UNITÉ de la communauté. Le Prophète a formellement interdit que des individus ou des groupes tentent de se distinguer de la grande majorité par le début du jeûne ou sa rupture. Notre Bien-aimé Prophète Muhammad dit : "Le jeûne, c'est quand la multitude jeûne, la rupture du jeûne, c'est quand la multitude rompt le jeûne, et la fête du sacrifice, c'est quand la multitude célèbre la fête du sacrifice" [5]

Invitons donc l'UOIF, le CRAISOF et le CTADMR à suspendre leur décision. Le 27 juin au soir, à mon humble avis, la seule position tenable et justifiable scientifiquement et théologiquement est de déclarer le mois de Shaabân comptant 30 jours -car la nouvelle lune ne sera visible ni en France, ni dans un autre pays situé dans le même horizon astrophysique. Le samedi 28 juin sera donc le 30ème et dernier  jour de Shaabân, et le dimanche  29 juin,  le  premier jour de Ramadhan  2014. Se raviser, voire même se déjuger pour être plus conforme à la raison et à la religion, est un signe de maturité et de responsabilité.

En tout cas, d'aucuns ne manqueraient de saluer davantage et louer la position de la Mosquée de Paris et les autres composantes du CFCM, pourtant favorables au calendrier basé sur le calcul scientifique[6]. Alors, soyons responsables et sachons raison garder mes frères !

 


[1] Le site internet Al-Kanz a dû fermer le forum de discussion concernant ce sujet en postant le commentaire suivant : Il n’est agréable pour personne d’assister à ce triste spectacle. Mais, il n’est pas non plus acceptable de se faire insulter comme c’est le cas par des internautes partisans ou des personnes qui plutôt que de se contenter de débattre sur le contenu des articles s’en prennent aux personnes. La section commentaire est close pour éviter le déversement de calomnie, voire de haine qui s’exprime, évidemment de façon anonyme.

[2] J'ai googlisé l'acronyme Craisof pour en savoir plus sur ce conseil, et, mise à part sur l'annuaire des associations où on apprend que celle-ci existe depuis 1991, il n'y a pratiquement aucune activité depuis une conférence à l'occasion de l'inauguration de la Mosquée Mohamed VI en 2006 !! La réactivation de ce conseil qui était en sommeil depuis plus de dix ans s'apparente plus à de la  militance que de la da'waa et l'orientation religieuse.  L'appel du craisof est plus qu'agressif et blessant envers des imams qualifiés de capricieux !!

[3] Ce passage du communiqué du Craisof illustre bien cette remarque : « Ce choix qui, en plus de sa conformité à l’esprit de la charia, reste le plus en phase avec la réalité des musulmans de France. Il est le seul moyen d’éviter les approximations, le suspens inutile et permet aux musulmans de France de mieux organiser leur culte dans une société qui a son propre rythme, et qui doit être pris en considération ». Sauf que tout ça est pour l'instant de l'ordre du déclaratif . Répondre aux besoins des français en suivant le calendrier de la Polynésie française, c'est sacrifier des conditions sine qua none dans la détermination du début du mois de Ramadhan.  C'est un précédent grave et lourd de conséquences.

[4] Les courbes de visibilité de la lune pour l'année 2015 font ressortir que le croissant lunaire sera visible aux trois continents Amérique, Afrique et Asie.( voir la carte ci-dessus),  http://moonsighting.com/1436rmd.html

[5] Hadith authentique et très célèbre rapporté par At-Tirmidhi et d'autres.

[6] Leur positionnement habile et très politique nécessite toutefois

plus de clarté sur le plan théologique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qualification historique de l’Algérie pour le second tour de la Coupe du monde (vidéo)

Quelques conseils pour une bonne alimentation durant le Ramadan (vidéo)