in ,

Ramadan Arabie saoudite : la Mosquée du Prophète accueillera de nouveau les prières de Tarawih

C’est dans un monde encore et toujours aux prises avec le plus pernicieux des virus que le mois béni de Ramadan se profile à l’horizon, s’apprêtant à illuminer les nuits de sa ferveur si particulière, tandis que les appels à la prière résonneront dans les cœurs telles de douces mélopées.

Un an après s’être barricadée devant un coronavirus, sans foi ni loi, qui frappait aux portes de ses enceintes les plus sacrées, l’Arabie saoudite a annoncé une grande nouvelle : le temps est venu de rouvrir les portes de la prestigieuse Mosquée du Prophète à Médine, afin que ses murs puissent vibrer, chaque soir, tout au long du mois qui exalte la dévotion, au son des psalmodies du Noble Coran.

Sans déroger aux règles sanitaires en vigueur, les prières de Tarawih pourront de nouveau s’élever dans ce deuxième haut lieu saint de l’islam où leur écho s’était perdu, l’an passé, dans le fracas d’une pandémie meurtrière.

Publicité
Publicité
Publicité

« La prière du Tarawih sera exécutée dans la mosquée du Prophète pendant le mois sacré du Ramadan avec les prières obligatoires », ont indiqué les autorités saoudiennes, par la voix de leur nouveau porteur d’espoir : Cheikh Dr Abdulrahman Al-Sudais, l’imam en chef de la Masjid al-Haram, la Grande Mosquée de la Mecque, chargé de veiller sur les deux Saintes Mosquées du royaume.

Soucieux d’assurer la protection des milliers de fidèles (pas plus de 60 000 à la fois) qui seront autorisés à franchir le seuil de la Masjid Al-Nabawi, à la nuit tombée, après la prière Isha, celui-ci a précisé qu’un renforcement de mesures spéciales sera opéré en vue de réguler au mieux les flux des croyants.

Publicité
Publicité
Publicité

« Bien que la pandémie Covid-19 continue de sévir, nous avons voulu que cette année soit exceptionnelle en autorisant la présence de fidèles dans la mosquée du Prophète, certes en nombre limité, conformément aux mesures de précaution », a souligné Cheikh Dr Abdulrahman Al-Sudais.

Coronavirus oblige, la Mosquée du Prophète, sitôt la prière de Tarawih accomplie, verrouillera à nouveau ses portes, avant que les premières lueurs de l’aube ne soient le signe annonciateur de leur réouverture, lors de la prière du Fajr.

Seule exception à la règle : durant les dix derniers jours cruciaux du Ramadan, alors que chacun se mettra en quête de la Nuit du Destin et de ses mille et un bienfaits, que les actes louables et méritoires se multiplieront, et que la proximité avec le Très-Haut sera nimbée d’un halo lumineux, la somptueuse Al-Masjid Al-Nabawi restera grande ouverte, 24 heures sur 24… jusqu’à ce que le mois béni entre tous ne soit plus qu’un doux souvenir, ineffaçable.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Algérie: l’eau potable sera rationnée en raison de la persistance du stress hydrique

Vidéo d’un policier en djellaba à Vesoul : les habitants du Montmarin dénoncent “une provocation“