in ,

Quand un homme défend la vie de celui qui a voulu le tuer

Comment réagiriez-vous si quelqu’un voulait vous tuer en raison de ce qui vous êtes ? Quant à moi, ma réaction serait claire : colère, crainte, rage. Pour Raïs Bhuiyan, la réaction a été différente : c’est le pardon. 



La première fois que j’ai entendu parler de Raïs, je n’en croyais pas mes oreilles. La victime musulmane d’un attentat consécutif aux événements des tours jumelles se battait pour sauver la vie de son agresseur. Or l’une des raisons pour lesquelles Raïs Bhuiyan avait été visé — ses convictions religieuses­ — est aussi la raison qui le pousse à vouloir sauver la vie de son bourreau.

Dix jours après le 11 septembre 2001, cet immigré du Bengladesh travaillait dans une station-service de Dallas lorsqu’un homme entra, révolver au point. Croyant avoir affaire à un cambrioleur, Bhuiyan ouvrit la caisse, mais l’homme lui demanda d’où il venait. “Comment cela ?”, répondit Bhuiyan. Mark Stroman, un blanc raciste, qui s’attaquait à des hommes au physique moyen-oriental, lui tira une balle en pleine face.

Le 20 juillet, M. Stroman doit être exécuté au Texas pour le meurtre d’un immigré indien, Vasudev Patel, le 4 octobre 2001. Il a également été accusé d’avoir tué un immigrant pakistanais, Waqar Hasan. Aujourd’hui Raïs Bhuiyan tente de lui sauver la vie.

Peu après avoir entendu parler de sa campagne par le biais d’Amnesty International, j’ai eu l’occasion de lui parler brièvement.

Il m’a parlé de sa campagne pour amener le juge d’application des peines à commuer la sentence de mort. De toute évidence, c’est avant tout sa foi qui le motive. En 2009, Raïs Bhuiyan a fait le pèlerinage de la Mecque. Il a pu y voir des gens venus de tous horizons prier ensemble. Il se rappelle sa jeunesse au Bengladesh : dans sa famille, on faisait la prière cinq fois par jour, et le grand’ père venait tous les jeudis faire la lecture du Coran et raconter des récits de la tradition musulmane, surtout les récits du prophète Mahomet.

Raïs aimait particulièrement l’histoire du voyage de Mahomet à Taïf, près de La Mecque, où il était allé prêcher l’islam. Les gens de Taïf réagirent méchammant, le forçant à partir. Dans la version transmise à Raïs, l’Ange Djibrîl descendit avec l’Ange des montagnes, qui dit : « ô Mahomet, si tu me l’ordonnes je ferai plier sur eux ces deux montagnes » pour les écraser. Mais Mahomet dit : « N’en faites rien, peut-être Allah fera-t-Il naître d’eux des serviteurs pieux qui L’adoreront. »

Le message de pardon et de rédemption qui se trouve au cœur de ce récit retentit avec force aujourd’hui dans la vie de Mark Stroman et de Raïs Bhuiyan. Lorsque Stroman a appris ce que . Bhuiyan fait pour lui, il a fondu en larmes. Au cas où Stroman ne serait pas exécuté, M. Bhuiyan est convaincu qu’il sera capable de tendre la main à d’autres. “S’il parvient à toucher une seule vie, ce sera déjà une réussite. S’il disparaît, nous aurons perdu cette occasion d’éduquer les autres”.

Cette foi en l’avenir et la conviction que nous pouvons infléchir positivement la vie des autres en partageant notre histoire est un antidote puissant à la crainte qui a envahi notre pays depuis les événements de 2001, crainte qui a parfois débouché sur des actes de violence. A la racine du crime de Mark Stroman, selon Raïs Bhuiyan, se trouverait la haine. Et il pense que l’antidote à la haine est l’éducation et la compassion, et non pas un surcroît de violence. Malgré ce qui lui est arrivé, il pense que les Etats-Unis sont encore “un beau pays”.

Après avoir entendu son récit, je me suis rendu compte que je comprends mieux, maintenant, ce que signifient le pardon et la compassion, qui comptent parmi les principes les plus élevés de ma propre tradition religieuse comme de la sienne. Son récit nous enjoint de réfléchir à notre pays et à son avenir. 



Choisirons-nous la crainte ? Ou bien choisirons-nous de tendre la main à ceux qui sont différents, d’écouter leur histoire, de commencer à démonter nos peurs, pour choisir au contraire d’avoir foi en notre avenir ?

En partenariat avec le CGNews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quand Israël pactise avec l’Iran par pétroliers interposés…

Non à la fermeture de la mosquée ! : grand rassemblement le 15 juillet à Genevilliers