in

Premier tour présidentielle : le remake Macron vs Le Pen se rejoue de peu, malgré le score historique de Mélenchon

Même s’il a échoué (de justesse) à déjouer le plan diabolique du système et à faire mentir les prophéties de ses nombreux oracles qui, des mois durant, à grand renfort de sondages tendancieux, n’ont cessé de pronostiquer un second tour de la présidentielle aux airs de mauvais remake, Jean-Luc Mélenchon peut toutefois s’enorgueillir d’avoir suscité un fort engouement électoral, des couches populaires et de la jeunesse, autour de sa candidature.

Si l’espoir de le voir ferrailler contre Emmanuel Macron, programme à l’appui et avec sa verve intarissable, s’est envolé hier soir, le leader septuagénaire de la France Insoumise peut passer le flambeau la tête haute (si l’on s’en fie à la conclusion de son allocution), conforté par son score historique :  22,2% des suffrages.

Il finit de nouveau sur la troisième marche du podium, mais en talonnant cette fois-ci Marine Le Pen et ses 23% de voix obtenues.

Publicité

Au lendemain de ce premier tour, une amère désillusion prévaut chez toutes celles et ceux qui ont cru, en glissant le bulletin Mélenchon dans l’urne, pouvoir faire un joli pied de nez au conditionnement de masse mis en oeuvre notamment via les médias mainstream (et pas seulement en subliminal…), qui les préparait à une nouvelle Tartufferie politicienne : Macron contre Le Pen. 

Loin de faire l’unanimité, le président sortant n’a pas de quoi pavoiser avec ses 27,6% des voix. Il en va de même pour le redoutable trublion de cette présidentielle, Eric Zemmour, qui pensait faire un malheur, et qui, fort heureusement, n’a fédéré autour de son nom que 7% des suffrages. 

Publicité

Il se classe quatrième, loin derrière Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, la figure de proue de l’extrême droite française pour laquelle il appelle à voter au second tour, et à plébisciter sa démagogie de caniveau qui dit Oui à la kippa et Non au voile ! 

Concernant Valérie Pécresse et Anne Hidalgo, les candidates des deux grandes formations politiques (ou du moins ce qu’il en reste…) que furent, pendant des décennies, la droite et la gauche, Les Républicains et le Parti Socialiste, c’est un camouflet cuisant, une déculottée sévère qui ont sanctionné leur campagne : elles se retrouvent dans le fin fond du classement, presque en lanterne rouge pour Hidalgo, en totalisant respectivement les piètres scores de 4,7% et 1,7% des suffrages.

Yannick Jadot, le candidat EELV, récolte quant à lui 4,7% des voix, un score bien éloigné des prétentions exprimées par les écologistes, en début de campagne. 

Si la plupart d’entre eux, hormis le triste sire Zemmour, appellent leurs électeurs à se ranger derrière Macron pour faire barrage à l’extrême droite, Jean-Luc Mélenchon qui, lui aussi, a exhorté vigoureusement à contrer Marine Le Pen, s’est cependant refusé à donner des consignes de vote en faveur du président des riches.

Un oligarque dont le mandat, entre autres souillures, aura été entaché par son mépris du peuple français, la violente répression d’Etat, sans précédent, contre les Gilets Jaunes, sa gestion calamiteuse du covid, le tout émaillé de mensonges éhontés, sans parler de son lien indéfectible avec Israël, au point de proclamer, lors du dernier dîner ultra-communautaire du Crif, par la voix de son Premier ministre, que « Jérusalem est la capitale d’Israël ».

Publicité

Alors, entre Macron et Le Pen, entre la peste et le choléra, que choisir de faire le 24 avril ? La question, aujourd’hui encore plus qu’hier, se pose cruellement…

Publicité

2 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Pour moi c’est résolu, je m’abstiens le dimanche 24 avril, advienne ce qu’il adviendra. Sauve la volonté d’Allah, j’entrevois troubles et cahos qu’il ou elle l’emporte, donc ça ne change rien. Ah Macron a dit en substance qu’il n’obligera pas les Musulmans à manger du porc, nous sommes sensés le remercier, trop bon, trop magnanime vraiment. S nous en sommes à quémander de si petites choses, et qu’il se croit généreux en l’accordant, c’est notre faute collective et surtout la faute des prétendus représentants.

    Croissant de lune.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

La véritable signification du mois sacré du Ramadan (1/2)

Législatives en juin: pour l’UDMF, le combat politique ne fait que commencer !