in

Un passager britannique musulman éjecté d’un avion pour une allusion innocente au 11 septembre

Il n’a prononcé aucune des expressions arabes quasi rédhibitoires, telles que « Allah Akhbar ou Inch’Allah », qui condamnent non pas au bûcher (en tout cas, pas encore…) mais à coup sûr à une expulsion mortifiante sur le tarmac des aéroports, sous escorte policière, Mohammed Khan, 26 ans, est un passager londonien, profondément meurtri, qui ne décolère pas depuis qu’il a été débarqué d’un avion pour son allusion bien innocente au 11 septembre.

Ce diplômé de l’Université du Middlesex n’en revient toujours pas d’avoir été éjecté sans ménagement, à London Heathrow, de l’appareil habillé aux couleurs de la compagnie aérienne britannique Virgin Atlantic. Son seul tort ? Avoir échangé quelques mots banals avec un de ses concitoyens qui, comme lui, commençait à être exaspéré par la longueur de la file d’attente créée par les interminables contrôles de sécurité.

Comment aurait-il pu imaginer que sa simple remarque glissée incidemment « La sécurité s’est renforcée depuis le 11 septembre », au demeurant tout à fait fondée et à laquelle son interlocuteur non musulman acquiesça plutôt deux fois qu’une, allait être mal interprétée par une hôtesse de l’air, au point d’y percevoir une intention cachée malveillante qui n’existait que dans son esprit sous influence ?

L’employée de Virgin Atlantic n’aura pas eu besoin d’en entendre davantage pour se forger son propre jugement, biaisé et sans appel, et déclencher une hystérie collective jusque dans le cockpit de l’avion, à la stupeur de Mohammed Khan qui, sans avoir eu le temps de comprendre ce qui lui était reproché, a été jeté dehors manu militari.

Victime d’un délit de faciès caractérisé et d’une propagande islamophobe aux effets dévastateurs, ce sujet musulman de Sa Gracieuse Majesté s’insurge aujourd’hui contre une « réaction massive, disproportionnée et injustifiée » de l’équipage à son égard, se disant d’autant plus « humilié » par cette éviction fracassante qu’il est intimement convaincu que si « un homme blanc avait fait la même remarque, il ne lui serait rien arrivé ».

Totalement blanchi par la police qui, après l’avoir passé au gril des questions, a conclu à un « malentendu », ô combien navrant et préjudiciable, il en faudra plus à Mohammed Khan que le simple remboursement de son billet pour les Etats-Unis pour se remettre de la terrible offense subie. « Cet incident déplorable a complètement gâché mon voyage. Jamais auparavant, je n’avais été traité de la sorte, comme un véritable criminel », a-t-il confié, encore sous le coup de l’émotion plusieurs mois après les faits.

C’est dans le prétoire, à coup d’articles de lois, qu’il se bat désormais pour faire reconnaître la discrimination raciale et religieuse qui l’a frappé de plein fouet, tandis que le porte-parole de la compagnie aérienne Virgin Atlantic s’enferre dans un déni très éloquent…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une Afro-américaine musulmane, dévoilée de force par la police, reçoit 72 000 euros pour le préjudice subi

La pauvreté, un point de vue musulman