in

Grande-Bretagne : un musulman éjecté d’un bus sans ménagement porte plainte pour discrimination religieuse

Depuis le 3 décembre dernier, date de son voyage mouvementé à bord d’un bus au départ de Bristol et de sa descente du véhicule sans ménagement, l’empêchant de rallier Londres, sa destination finale, l’infortuné Mohamed Ismail Ibrahim, 42 ans, attend toujours les excuses de la compagnie des transports en commun "National Express" pour l’avoir éjecté sans autre forme de procès.

Victime d’un délit de faciès et d’une discrimination anti-musulmans qui en a fait un coupable tout désigné, ce quadragénaire, qui se passionne pour l’étude de la langue chinoise à l’université en candidat libre, a éveillé, à son insu, la méfiance de deux passagères à la vue de ses trois sacs à dos, lesquelles ont aussitôt fait part de leurs sombres pensées au chauffeur du bus.

De mauvaises pensées craintives partagées par un troisième voyageur, dont le sang n’a fait qu’un tour en entendant Mohamed Ismail Ibrahim refuser de placer son imprimante dans la soute à bagages. Il n’en fallait pas plus pour affoler ce quatuor et aboutir à la décision précipitée, totalement injuste et injustifiée, de se débarrasser de ce barbu indésirable derrière lequel tous ont vu un terroriste en puissance.

Débarqué avec pertes et fracas sans avoir eu le temps de comprendre les raisons de l'hystérie provoquée par sa présence, Mohamed Ismail Ibrahim, dont le seul tort est d’être sans domicile permanent et de se déplacer souvent avec toutes ses affaires, a porté plainte pour discrimination religieuse contre la "National Express", soutenu dans ses démarches par son avocat et leader communautaire britannique, Afzal Shah.

Ce dernier se réjouit d’avoir obtenu pour son client le remboursement de ses frais de transports, mais cette faute avouée par la direction de la National Express ne sera véritablement pardonnée que lorsque toute la lumière sera faite sur l’incident et que des excuses officielles seront présentées à Mohamed Ismail Ibrahim.

"Nous allons essayer d'organiser une autre rencontre entre mon client et la National Express. Les responsables  de la compagnie de transport doivent prendre conscience du grave préjudice moral subi par Mohamed Ismail Ibrahim. Nous voulons aussi qu'ils mènent une enquête interne pour savoir comment un tel ostracisme a pu se produire, établir les responsabilités et garantir à l’ensemble des passagers musulmans que cela ne se reproduira plus à l’avenir", a déclaré Afzal Shah avec fermeté.

"Il est très important d’insister sur le fait que mon client est la victime dans ce grave incident", a martelé l’avocat de Mohamed Ismail Ibrahim, en se désolant de son profond désarroi que le temps n’apaise pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Succès de la journée portes-ouvertes dans les mosquées

Une conductrice de bus israélienne ignore les appels à faire descendre un Arabe du bus