in ,

Oakland, bastion anti-Trump, célèbre les contributions des musulmans américains aux Etats-Unis

Proclamé, en 2016, par l’Assemblée de l’Etat de Californie « Mois de la sensibilisation et de l’appréciation » à l’égard des musulmans américains et de leurs précieuses contributions, ce vendredi 16 août a donné lieu à des réjouissances à Oakland, une ville ensoleillée nichée dans la baie de San Francisco.

Sous un ciel bleu sans nuages, l’effervescence des grands jours régnait au cœur de ce bastion de la résistance contre Trump, aux destinées duquel préside l’irréductible Libby Schaaf, une maire courage qui s’oppose fermement à l’expulsion des migrants clandestins dans son fief.

Loin de trembler devant le courroux inextinguible qui gronde depuis la Maison Blanche, elle ne courbe pas l’échine devant les violents coups de boutoir qui tempêtent contre son « obstruction à la justice » et appellent à « faire un exemple », ni devant la perspective peu réjouissante d’encourir une peine de prison.

Incarnation de la dissidence dans l’Amérique blanche « trumpienne », Libby Schaaf, hissée sur un piédestal pour avoir interdit à la police locale de collaborer avec l’administration fédérale en matière d’immigration, a honoré de sa présence le grand événement organisé par ses administrés musulmans.

Publicité
                            Libby Schaaf

Sous son bienveillant parrainage, la communauté musulmane d’Oakland, riche de sa diversité, a célébré les apports exceptionnels, et encore par trop insoupçonnés, de l’ensemble des musulmans aux Etats-Unis depuis des décennies, dans l’enceinte du Masjidul Waritheen.

« Je tiens à vous remercier sincèrement et chaleureusement pour vos multiples contributions à notre ville, à la collectivité, pour votre implication au service du vivre ensemble et votre dévouement de tous les instants envers vos concitoyens, sans exclusive, pour les valeurs qui vous animent et la foi qui vous guide. Ici, à Oakland, nous sommes riches de nos différences, de toutes les traditions et histoires qui se rejoignent, se mêlent et sont célébrées aujourd’hui », a déclaré Libby Schaaf avec émotion, non sans appuyer là où le bât blesse.

La maire si extraordinairement indocile, contre laquelle Donald Trump ne décolère pas, n’a pas craint de s’attirer ses foudres en égratignant un peu plus son vernis : « Notre président est incroyablement mal avisé et ignorant. Il est égaré. Il est raciste et ne conduit pas ce pays dans la bonne direction. Ce qui fait la richesse de l’Amérique, c’est notre diversité ! », a-t-elle clamé haut et fort.

Publicité

Parmi ses concitoyens musulmans qui buvaient du petit lait en l’écoutant, Faheem Shuaibe, l’imam des lieux, a confié : « L’inclusion est l’un des maîtres-mots dans des moments rassembleurs comme celui-ci, car il y a tellement de gens qui construisent des murs pour essayer de nous séparer les uns des autres, qu’il s’agisse de murs politiques, de murs raciaux ou de murs économiques ».

Abondant pleinement dans son sens, Sameena Usman, coordinatrice des relations gouvernementales au sein de l’influent Conseil sur les relations américano-islamiques (CAIR) en Californie, a insisté : « Nous faisons partie intégrante de cette communauté et le fait que notre ville d’Oakland et l’État de Californie aient décidé de célébrer, pour la troisième année consécutive, la richesse de notre présence sur le sol américain représente vraiment beaucoup pour la communauté musulmane. C’est la meilleure manière de désamorcer la rhétorique haineuse qui pollue le débat public et sème le trouble dans les esprits ».

Des paroles à la forte résonance que la maire d’Oakland, qui a fait du devoir de désobéissance à des ordres venus d’en haut un impératif moral, a applaudi des deux mains.

Publicité
Publicité

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. Respect !
    Cette dame si rayonnante est de surcroit… juive… un véritable pied de nez aux haineux de tous bords et pas qu’à Trump.

    سبحان الملك الذي لا يظلم عنده احد
    تعالى الله عن الظلم علوا عظيما
    Gloire et louanges au Roi, chez qui personne n’est opprimé
    Le seul Roi à être au dessus du moindre quark d’iniquité.

    لَيْسُوا سَوَاءً ۗ مِّنْ أَهْلِ الْكِتَابِ أُمَّةٌ قَائِمَةٌ يَتْلُونَ آيَاتِ اللَّهِ آنَاءَ اللَّيْلِ وَهُمْ يَسْجُدُونَ (113)
    يُؤْمِنُونَ بِاللَّهِ وَالْيَوْمِ الْآخِرِ وَيَأْمُرُونَ بِالْمَعْرُوفِ وَيَنْهَوْنَ عَنِ الْمُنكَرِ وَيُسَارِعُونَ فِي الْخَيْرَاتِ وَأُولَٰئِكَ مِنَ الصَّالِحِينَ (114)
    وَمَا يَفْعَلُوا مِنْ خَيْرٍ فَلَن يُكْفَرُوهُ ۗ وَاللَّهُ عَلِيمٌ بِالْمُتَّقِينَ (115)
    [113] Cependant, les détenteurs des Écritures ne sont pas tous les mêmes, car parmi eux il y a une communauté pieuse dont les membres passent des nuits entières à réciter les versets de Dieu et à se prosterner. [114] Ils croient en Dieu et au Jour dernier ; ils ordonnent le Bien, réprouvent le Mal et s’empressent d’accomplir de bonnes œuvres. Ceux-là sont au nombre des justes. [115] Quelque bien qu’ils fassent, il ne leur sera pas dénié, car Dieu connaît bien ceux qui Le craignent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Le pacte germano-soviétique, fruit amer des accords de Munich

La passion méconnue de Thomas Jefferson, troisième président des Etats-Unis, pour l’étude du Coran