in

Nadir Dendoune, enfin libre !

C’est indéniablement la bonne nouvelle de la journée, fébrilement attendue par sa famille et son comité de soutien qui ont fait bloc derrière lui dès l’annonce de son interpellation : le journaliste français Nadir Dendoune a été libéré, après avoir passé 23 longs jours derrière les barreaux en Irak, ainsi que l’a indiqué à l’AFP un porte-parole de Reporters sans frontières.

“Il est sorti de prison dans une voiture blindée, accompagné de l’ambassadeur”. “On doit encore savoir de combien est la caution, s’il doit rester en Irak, etc.”, a déclaré ce dernier, en précisant “avoir eu l’ambassadeur d’Irak en France qui confirme que Nadir a été libéré sous caution”. Contacté par l’AFP, une proche de Nadir Dendoune a confirmé sa remise en liberté.

Journaliste et écrivain, né en Seine-Saint-Denis, Nadir Dendoune, qui a aussi à son actif l’ascension de l’Everest, était parti en Irak en sa qualité de reporter pour le compte du Monde Diplomatique, afin de réaliser une série de reportages liés au dixième anniversaire de l’invasion du pays. Interpellé au motif d’avoir photographié le siège des services de renseignements irakiens sans autorisation préalable, Nadir Dendoune est comparu le 5 février devant le juge qui l’avait envoyé croupir en prison sans autre forme de procès.

En France, une grande chaîne de la solidarité s’était immédiatement formée autour de sa famille pour exiger sa relaxe, plus d’une cinquantaine de journalistes, parmi lesquels d’anciens otages, se mobilisant à travers une pétition lancée le 23 janvier.

La rédaction d’Oumma.com se réjouit de cet heureux dénouement et espère vivement que Nadir Dendoune sera bientôt de retour parmi les siens, d’autant plus qu’Houria Dendoune, sa sœur, avait récemment accordé un entretien à OummaTV, qui est sur le point d’être diffusé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quand l’islam radical, selon Fourest, booste l’audimat sur France 5

Russie : le Coran enseigné aux malentendants grâce à deux éducatrices musulmanes