in

Mondial au Qatar : des ouvriers ne perçoivent plus de salaire depuis plusieurs mois

Ils étaient censés gagner leur pain à la sueur de leur front dans le chantier pharaonique du Mondial-2022 au Qatar, des dizaines, voire des centaines d’ouvriers étrangers, corvéables à merci, n’auraient même plus de quoi se payer leur maigre pitance car ils ne sont plus rémunérés depuis des mois.

Ce sombre tableau d’un esclavagisme des temps modernes qui ne dit pas son nom a été dressé par Amnesty International, dans le cadre de son dernier rapport consacré à l’envers du décor du riche émirat-confetti du golfe Persique.

Le mythe de l’eldorado qatari, en se brisant, est source d’une cruelle désillusion pour de nombreux ouvriers en provenance du Népal, d’Inde et des Philippines, ces pauvres hères dont la misère humaine et sociale est exploitée sans vergogne, à l’aune des 1 700 euros d’arriérés de salaire (soit près de 10 mois de salaire) que leur doit la compagnie d’ingénierie Mercury MENA.

Amnesty International, après avoir recueilli les témoignages de 78 d’entre eux (leur nombre pourrait atteindre des centaines), qui se retrouvent ainsi piégés dans un pays de cocagne, sans ressources et surendettés pour certains, dénonce des destins brisés par ce non-paiement des salaires depuis février 2016. Ses responsables exhortent le gouvernement du Qatar à y remédier toutes affaires cessantes, sous peine de passer pour un Etat velléitaire et non pas résolu à agir dans le bon sens.

« En veillant à ce qu’ils reçoivent leurs salaires, le Qatar peut montrer qu’il est sérieux dans sa volonté d’améliorer les droits des travailleurs », a déclaré Steve Cockburn, directeur des questions mondiales à Amnesty International. L’ONG estime par ailleurs que le système dit de la «kafala» – qui permet aux entreprises d’interdire à ses employés de changer d’employeurs ou de quitter le pays – a favorisé l’exploitation par différentes sociétés de la main d’oeuvre étrangère.

Sur la sellette, alors que se profile à l’horizon une échéance footballistique cruciale en termes d’image, d’innovation et d’attractivité, les autorités qataries assurent avoir amélioré considérablement les conditions de travail des ouvriers immigrés, notamment au niveau de la «kafala» qu’elles affirment avoir commencé à démanteler.

Toujours selon Amnesty International, certains travailleurs ont été autorisés à quitter le Qatar, mais à leurs propres frais. L’un d’eux, Ernesto, un contremaître en tuyauterie des Philippines, qui n’a pas été payé pendant quatre mois, a déclaré qu’il était maintenant plus endetté qu’à son arrivée. En novembre dernier, le PDG de Mercury MENA, renvoyé à ses propres manquements, n’avait pu faire autrement que de reconnaître des « problèmes de trésorerie », un doux euphémisme…

Si May Romanos, l’auteure principale du rapport d’Amnesty International, observe toutefois « quelques améliorations, quelques réformes », elle déplore grandement leur « lenteur » face à l’extrême précarité des travailleurs étrangers qui triment, sans aucune gratification de quelque ordre que ce soit, pour faire sortir de terre des stades hors normes, à l’approche de 2022.

11 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Comme quoi l’esclavage existe encore chez les musulmans …. et cela depuis des siècles ! On voudrait faire passer les Français pour des esclavagiste ( avec repentance … merci Taubira ! ) mais surtout ne pas évoquer , pour ne pas perturber nos jeunes maghrébins , la traite des noirs ( vendus par leurs congénères …) par les arabes et turcs ( qui écumaient la méditerranée ) et cela bien avant la France !
    Un peu de bonne foi ne ferait pas de mal venant des musulmans !!!

  2. @Cémwé

    Cher ami,

    Ce scandale en recouvre pas mal d’autres. (mais vous avez 100% raison)
    – L’attribution au Qatar du Mondial, contre toute logique, au vu des températures subies dans ce pays. Il en a résulté un bordel inimaginable, et la nécessité de déplacer la date des compétitions, au grand dam des clubs. On sait aussi que cette attribution a été décrétée suite au versement d’enveloppes. Doit-on entériner des décisions obtenues illégalement?
    – Le problème plus général du sport pro, dont les budgets prohibitifs grignotent ceux du sport amateur. Est-il normal que l’argent des états (des impôts), soit attribué sans contrepartie à des gens qui se paient plusieurs millions par an? Si c’est un spectacle, qu’ils investissent eux mêmes. Socialiser les dépenses et privatiser les profits est juste inacceptable.
    – Plus trivialement, les jeunes ont besoin de se bouger le cul, pas de zoner sur le canapé en regardant les autres s’activer. Pourquoi ne pas subventionner aussi les packs de bière?
    – Bref, ce mondial du Qatar est un peu la caricature voyante de ce qu’on ne veut pas voir. Celle du foot business, avec son pognon, sa dope, et ses magouilles. Pas un centime pour ces escrocs! Marie Georges Buffet l’avait bien compris quand elle était ministre des sports. Elle a filé tout le pognon aux associations sportives amateur. Je m’en souviens bien vu que je travaillais alors comme bénévole dans l’une d’elles. Ca a été la panacée. Par contre, les pros ont fait la gueule.
    – Le Qatar n’est bien sûr donc pas seul en cause. Actuellement, on est en train en France de construire à prix d’or des dizaines de stades-spectacle, qui raflent tous les budgets du ministère. Avec cet argent, on pourrait payer des cours de golf aux zonards de banlieue, ou même de polo.
    – Juste pour mémoire, mon papa était prof de gym à l’EN. Il détestait la compétition, et estimait que c’étaient les gros mollassons qui avaient le plus besoin de faire du sport. La sagesse même.
    – Enfin, pour ce qui est du Mondial au Qatar, libre à la Fifa de laisser faire, et de prendre des suppléments d’enveloppes. On ne demande pas au diable de mettre de l’eau dans son vin. On n’est pas obligé non plus de regarder. Moi, le dernier match que j’ai vu, il y avait Kopa. Après, il est venu manger à la maison (!). Je l’ai trouvé très con, mais aimable, pour un nain.
    – Bref.

    • Lu et approuvé cher Patrice, enfin approuvé … au joker près sur les packs de bière hein, on est bien d’accord 🙂
      Et tout bien réfléchi, joker itou à la discrimination positive sur les cours de golf. A la place, je veux du Tennis avec distribution générale de rolesques aux quinqua et plus à chaque fin de match histoire que Séguéla nous lâche un peu.
      Sur la candidature absurde qui signera la fin de la Fifa actuelle, deux choses me sont restées en travers de la gorge, que Zidane ait apporté son soutien public, ce n’est pas comme s’il était dans le besoin n’est-ce pas … et puis je croyais qu’il était porteur de valeurs et surtout qu’ils aient osé parler de candidature respectueuse de l’environnement alors qu’ils s’apprêtent –s’ils y arrivent – à climatiser le désert … une partie du.
      Une cata à tous points de vue et qui laissera des traces, qui sait il y aura peut-être enquête et procès après, on peut toujours rêver…
      Sur le désengagement de l’Etat que vous préconisez, bien sûr que vous avez raison dans l’absolu, que les clubs eux-mêmes investissent dans les infrastructures voire qu’ils paient en location-vente celles qu’ils utilisent déjà, mais j’ai bien peur que ça soit irréalisable car il restera toujours le côté service public à assurer, imaginez que je sois un club riche et que je possède mon propre stade, j’y serais donc chez moi et aucune loi ne pourrait me contraindre -pour peu que j’avance des raisons de sécurité à assurer par exemple- à accorder plus de 10% de la billetterie à l’adversaire, alors pour peu que ledit n’ait pas les moyens d’acheter le sien de stade il n’y aura pas réciprocité et ce serait un appel à la guerre civile. Un peu comme si une république bananière décidait pour résorber le chômage au Nord que le prix du kilowattheure pratiqué par le distributeur d’énergie y serait deux fois moins cher qu’au Sud, évidemment que tout le tissu industriel déménagerait lui, ses emplois et sa richesse au Nord signant par la même occasion, l’arrêt de mort du Sud.
      Mais sans aller jusque là, oui, il est absurde de subventionner sur le dos du contrit et du buable, des gens qui achètent des stars à des sommes dépassant l’entendement.
      Sinon d’accord avec vous, pas un sou pour les escrocs, bibi a commencé ça fait un moment déjà en refusant le dictat sur les droits télé. Pas question que mon argent serve à financer qaradachose et émir truc et tant pis si je rate de beaux matchs (il est vrai que je ne suis pas aussi accro que certains du moins plus depuis la belle époque de Assad à Mulhouse, Dahleb au PSG etc en ce temps là, j’écoutais les matchs du championnat français à la radio et avant le sifflet final j’avais le classement du championnat sur un cahier d’écolier, heureux comme un kopa…
      J’ai eu un footeux à la maison aussi, un parent, mais il n’était pas plus con qu’un autre, si ça se trouve ça se soigne très bien…
      A plus cher ami et désolé pour le retard que vous savez

      • @Cémwé

        Le sport spectacle me fait un peu penser aux films pornos. Soit, on fait (ou pas), soit on regarde les autres faire, et je trouve que c’est peu gratifiant.
        Je fais une exception pour le golf, vu que regarder ça me détend. alors que le sport lui même aurait plutôt tendance à me faire sortir de mes gongs. D’ailleurs, comme déja indiqué, ça s’appelle “Golf” parce que “Échecs” était déja pris. Du coup, quel pied, de voir ces champions qui ne toppent jamais la balle, et gravitent dans des décors de rêve, sans se faire insulter par les bourgeois haineux, au prétexte qu’on a chié dans les buissons. Boutin! J’avais quand même ramassé le PQ, et même que je m’étais sali les doigts. Du coup, mon gant sentait la merde. C’est le problème du golf. Il n’y a pas de toilettes sur les parcours, sauf à attendre le 9ème trou pour conchier le club-house. Je me demande souvent comment Tiger Woods a résolu le problème. C’est un peu comme Marie Antoinette. On ne le voit jamais chier. Ou Claudia Schiffer. Vous pouvez vérifier. Les gens connus ne font jamais caca. Boutin! Ils ne doivent pas sentir très bon, vu qu’on devine quand même qu’ils chient dans leur froc. Ca pourrait expliquer la curieuse démarche des mannequins, dans les défilés. Et l’odeur. C’est quand même vrai que ça pue la merde, chez Dior. C’est tout sauf une critique. Sauf que, mélangé au parfum, ça craint un peu. Limite Cour de Louis Xive.
        Bref.

  3. on ne peut qu’être indigné devant une telle situation.
    c’est d’autant plus choquant, que ce pays ne connait pas de difficultés financières, lorsqu’il s’agit de verser 15 milliards d’euros à la Turquie, ou de verser des salaires faramineux aux stars du PSG.
    Certes, c’est une société privée, qui est responsable des salaires de ses ouvriers.
    Néanmoins l’état Qatari qui au final reste prépondérant dans cette affaire, s’honorerait de pallier aux difficultés financières de cette entreprise.
    Quand aux doutes sur les malfaçons éventuelles soulevés par @cemwé, ils sont parfaitement compréhensibles.
    Entre des conditions de travail régulièrement dénoncées par les observateurs, et les salaires non payés, qu’en est-il de la qualité des ouvrages ? (et de la sécurité des spectateurs)
    on peut légitimement se poser des questions
    cordialement

  4. Que c’est triste et enrageant en même temps ! Pourquoi faire travailler de pauvres gens si vous ne pouvez pas les payer après ! Que vous avez un problème de trésorerie je n’y crois pas une seconde, c’est de la mauvaise foi mais Dieu est Grand !

    • Les fondamentaux :
      Si une entreprise de réalisation ne paie plus sans forcément être en situation de licencier, c’est qu’elle n’est plus payée elle-même (ses situations travaux). Or le maître de l’ouvrage le comité Qatari pour la coupe du monde n’est pas vraiment dans le besoin non… Reste par conséquent une seule explication, les bureaux internationaux de consulting et d’assistance au maître de l’ouvrage qui refusent de réceptionner les travaux du fait de malfaçons ou de non conformités aux clauses techniques contractuelles.
      Par ailleurs le fait que ça dure depuis des mois ne peut signifier qu’une seule chose, c’est que l’entreprise Mercury trucmuche qui n’a aucun intérêt à ce que pareille situation s’éternise est incapable de lever les non-conformités et dans ce cas et bien au-delà du malheur de ses travailleurs, mon inquiétude va plutôt à la qualité et à la sécurité finale des infrastructures érigées par des incapables dans l’absolu. Incapables en particulier de mobiliser des fonds et des compétences pour lever les non-conformités et obtenir ainsi que leurs factures soient honorées.
      A se demander comment ces gens là ont réussi à décrocher des contrats et de ce niveau là.
      Moralité je n’appelle pas au boycott car ça resterait injuste, mais perso je n’irai pas et ne laisserai aucun des miens y aller, enfin je dis ça…
      PS: 170 euros mensuels c’est beaucoup trop peu pour des expats et ne couvrirait même pas leurs menus besoins in-situ même s’ils sont pris en charge à 100% en bases de vie. (Pareil salaire signifierait qu’ils ne peuvent rien envoyer au bled et ça, ça ferait que leur présence elle-même n’aurait plus de sens). Pour moi c’est de l’intox, le double 340 euros serait un minimum, un vrai de vrai.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour l’ancien ambassadeur de France en Algérie, la “momification de Bouteflika permet à certains groupes de continuer à s’enrichir”

Affaire Tariq Ramadan : la justice rejette sa demande de mise en liberté en raison de nouveaux éléments