in

Mélenchon, le candidat favori des électeurs musulmans : 69% ont voté pour lui

Parmi les premiers enseignements à tirer du premier tour de la présidentielle, il y en a un qui non seulement saute aux yeux, mais s’avère aussi des plus édifiants : Jean-Luc Mélenchon, le tribun de la gauche à l’éloquence puissante, a été le candidat malheureux du premier tour, mais le favori des électeurs musulmans. 

En effet, s’il a échoué aux portes du second tour, il aura su mobiliser l’électorat populaire comme jamais, dans l’Hexagone en général, et en Seine-Saint-Denis en particulier, au point de pulvériser son score de 2017.

A la lumière du sondage réalisé dimanche par Ifop, auprès d’un panel représentatif de 4066 personnes, le leader de la France Insoumise apparaît également comme le champion incontesté des citoyens français de confession musulmane à l’échelle nationale, 69% d’entre eux ayant voté pour lui. 

Publicité

Le troisième homme de la présidentielle, qui aurait pu jouer les empêcheurs de Macroniser ou Lepéniser en rond le duel du second tour, a nettement distancé ses deux plus sérieux rivaux, loin devant l’oligarque de l’Elysée (14%) et la figure de proue de l’extrême droite (7%).

Mieux encore, en Seine-Saint-Denis, Jean-Luc Mélenchon dame le pion à tous ses adversaires, en arrivant largement en tête dans 37 villes sur 40, fort de sa belle moisson : 49,09 % des voix. Il va même jusqu’à faire un carton à Saint-Denis, Bobigny, Clichy-sous-Bois… en récoltant plus de 60% des suffrages, voire 65,42% à Villetaneuse, son plus haut score. Soit plus de 32 points par rapport à 2017.

Reste à savoir ce qu’a véritablement incarné le harangueur de foules de la gauche en colère, dite dissidente, aux yeux des électeurs musulmans : une lueur d’espoir brillant à travers les ténèbres ou, plus prosaïquement, le vote pour le moins pire ?

Publicité

Publicité

5 commentaires

Laissez un commentaire
    • Les efforts de l’élection présidentielle ne doivent pas être perdus. Ils doivent être le point de départ de l’implication dans la vie du pays.
      Il est immense le travail à faire pour une construire une République juste où la haine ne trouve pas place.
      Il incombe à tous ceux qui sont habités par l’espoir d’un changement vers un monde de meilleur de donner le meilleur d’eux-mêmes, de s’impliquer dans les actions citoyennes, de s’informer, de contribuer à l’effort collectif et ne pas se complaire dans l’attentisme et le défaitisme.
      Un autre monde est possible ! Un monde plus humain, plus juste.

  1. Je ne sais pas,
    Mélenchon a voulu casser cette bipolarité politique, la droite ou la gauche, le citoyen aprés.
    Un autre monde est possible, est ce qu’il est probable ?

    Tout est possible, peut de chose sont probables.

    • Le programme de l’Union Populaire a mis le citoyen au milieu de toutes les actions : ressources financières pour les étudiants et apprentis, retraite à 60 ans, minimum retraite, SMIC à 1400 euros nets…
      Avec la proposition de rénovation du système politique, Mélenchon avait pour but principal de créer les conditions d’une véritable démocratie où le président ne joue pas au monarque qui décide ce qu’il veut. Cette rénovation devait permettre d’aboutir à un régime parlementaire où les élus du peuple détiennent le véritable pouvoir, ces élus étant eux-mêmes contrôlés par les électeurs.

  2. Jean-Luc Mélenchon commence sa profession de foi par “Tout commence par unir notre peuple. Rejetons le poison du racisme, de l’antisémitisme, de la haine contre les musulmans. J’y ai œuvré toute ma vie en luttant pour l’émancipation humaine”.
    J.L Mélenchon est le seul candidat à avoir “pris le risque” de défendre une communauté qui devenait objet de remontrances et d’insultes de nombre de candidats qui ne cachaient plus leur penchant d’inquisiteurs, alors que d’autres, autrefois progressistes, se figeaient dans un silence coupable.
    Il est le seul à avoir mesuré la gravité des conséquences pour la cohésion nationale de l’islamophobie qui commence à prospérer au point où des candidats promettent d’en faire, sans le dire, une religion d’État. D’autres candidats plus “lisses” se cachent derrière la sacrée laïcité pour dire qu’ils feraient la même chose, mais autrement.
    L’engagement de J.L Mélenchon s’inscrit dans son programme de campagne, un programme humaniste qui met l’Être humain au centre de la décision publique, et non comme un consommateur dont le seul rôle est d’alimenter la bourgeoisie en petites mains, et d’accompagner les bourgeois pour qu’ils ne s’ennuient pas sur cette terre.
    Les musulmans, tout en s’imposant les règles d’exemplarité que leur impose leur religion (humanité, amour de l’autre, intégrité, honnêteté, travail…), doivent alors faire leur part du chemin dans le combat contre la haine qui se construit contre eux.
    Pour l’ensemble des citoyens, musulmans ou non, qui ont fait confiance à cet homme, le score obtenu au premier tour des élections, montre qu’une voie est désormais ouverte pour participer à la construction d’un avenir meilleur pour le pays. Les futures échéances électorales arrivent et tout le monde est appelé à contribuer au changement vers le meilleur. Il faut continuer à participer à toutes les échéances : régionales, communales…Il faut contribuer à la vie de la cité.
    Enfin, juste pour reprendre le slogan de la campagne de J.L Mélenchon : Un autre monde est possible.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Dans les quartiers populaires de Marseille, l’islamophobie de la campagne dope le vote pour Jean-Luc Mélenchon

En ce mois de la révélation du Coran, hommage au calligraphe qui l’a magnifié