in

Maroc : Un sexologue préconise le speed dating comme remède au célibat

Le speed dating, ou le concept des rencontres entre hommes et femmes célibataires, rondement menées et qui s’enchaînent au coup de gong, fait une percée notable au Maroc (selon le site yabiladi), sous l’impulsion d’un sexologue Mustafa Rasi qui y voit la panacée contre l’essoufflement de l’institution du mariage.

En perte de vitesse, le pacte sacré d’amour est relégué au second plan, derrière la carrière professionnelle qui l’a supplanté dans le cœur d’une large majorité de Marocains et de Marocaines.

Alors que l’âge de sceller une union pour la vie ne cesse de reculer, et que le célibat deviendrait presque la norme – sept millions de femmes adultes ne sont pas mariées aujourd’hui au Maroc, dont 26 000 d’entre elles n’ont pas trente ans, selon Al Arabiya News – le thérapeuthe d’Oujda préconise de recourir au speed-dating d’urgence, à l’échelle du pays, pour trouver l’âme sœur.

Sept minutes, montre en main, pour espérer que la mystérieuse alchimie se produise, et plus si affinités, le speed dating qui a essaimé un peu partout en Europe, avec son cortège de désenchantés, et son petit lot d’heureux élus, a dorénavant sa version marocaine.

Mais la question qui taraude tous les esprits est celle de l’islamo-compatibilité de ce remède miracle au célibat endémique. Interrogé par Aarbiya.net, le controversé cheikh Abdelbari Al Zamzami prédicateur et président d’une association de jurisprudence musulmane, considère que rien ne s’oppose dans l’islam au speed dating, aussi longtemps que certaines conditions sont remplies : « Il est important que cette pratique se déroule sous une bonne supervision pour ne pas violer les principes de l’Islam », tout en insistant sur la tenue décente de la jeune fille, et en conseillant aux parents d’assister aux séances.

Le sexologue, promoteur convaincu du speed dating au Maroc, n’a pas été jusqu’à convier les parents dans cette ronde express des rencontres, mais incite vivement un ami ou un membre de la famille à accompagner le ou la célibataire, et même à s’immiscer dans les échanges.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

“Rendre l’homme à Dieu et Dieu à l’homme”

Classement 2011 des universités africaines : mention “Très Bien” pour l’Afrique du Sud, “Passable” pour le Maghreb