in

Maroc : Nasser Zefzafi, le leader du Hirak, annonce des Marches pour « libérer le Rif du despotisme »

EL LIDER DE LAS PROTESTAS RIFENAS RECLAMA INTERVENCION DEL REY DE MARRUECOS

Alors qu’aucune éclaircie humanitaire ne semble poindre à travers les barreaux de la prison de Fès, Nasser Zefzafi, le leader embastillé du mouvement contestataire Hirak, s’est à nouveau adressé aux Rifains dans une longue lettre, où le mot « capitulation » est banni de son vocabulaire…
A l’approche de la Marche du 26 octobre, à Rabat, organisée en mémoire du défunt Mohcine Fikri, un marchand de poissons qui connut une fin tragique il y aura trois ans de cela – il fut broyé par une benne à ordures après s’être opposé à la saisie de sa marchandise – l’insurgé du Rif lance un vibrant appel à tous les « Rifains et Rifaines libres » pour faire de la commémoration de ce triste anniversaire un moment fort et mémorable.

Le portrait du défunt Mohcine Fikri brandi dans des manifestations populaires de protestation

Dans sa missive publiée par son père sur la page Facebook de l’Association Tafra pour la solidarité et la fidélité, Nasser Zefzafi tente d’insuffler de sa force et de sa capacité de résilience à ses concitoyens, en les exhortant à ne pas succomber au « désespoir », à « s’armer de patience », tout en mesurant combien « est longue et difficile la voie » conduisant à « la liberté ».
« Notre peuple passe par des moments difficiles, mais nous pourrons les surmonter si nous laissons de côté tout ce qui mène à la division et la discorde. Et sachez que la victoire de nos ancêtres sur le colonialisme était d’abord la conséquence de la mise en sourdine des conflits tribaux. Vous devez resserrer les rangs, parce que l’intérêt du Rif est au-dessus de toutes les considérations », a écrit le plus célèbre prisonnier politique du royaume de l’Atlas.
Depuis sa cellule où la flamme de l’espoir ne s’éteint pas, et brille même d’un nouvel éclat à la perspective de la grande manifestation du 26 octobre, le chef de file de la fronde nord-marocaine appelle à « briser le siège imposé à notre Rif par le Makhzen et le silence de la communauté internationale », et demande instamment aux Rifains de ne plus se perdre en invectives sur les réseaux sociaux.

C’est « au nom de Dieu, de la nation, du Rif et au nom de nos valeureux martyrs » qu’il les conjure de savoir raison garder, afin de « diriger leurs flèches en direction de ceux » qui sont la cause de tous leurs malheurs, ceux-là mêmes qui se sont acharnés « à nous torturer, nous violer, nous enlever et nous forcer à immigrer ».
A l’ombre des barreaux, Nasser Zefzafi réussit toutefois à lire dans le ciel assombri un bon présage : la Marche du 26 octobre sera annonciatrice d’autres marches à l’intérieur du Rif pour le délivrer du joug du despotisme.

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

La colère ne retombe pas en Irak : le bilan dépasse les 40 morts

Algérie : le grand gâchis (Arte)