in

Algérie : le grand gâchis (Arte)

Position géographique stratégique, ressources abondantes en hydrocarbures, population jeune, littoral méditerranéen de plus de 1 000 kilomètres, montagnes neigeuses et merveilles géologiques : l’Algérie n’a pas connu le développement que ses ressources auraient pu permettre. Quelles sont les raisons historico-politiques de cette stagnation ? À l’heure où le pays traverse une révolution inédite, quelles sont ses perspectives d’avenir ?

Publicité

18 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Les algériens s’ils étaient musulmans ils nettoieraient leur rue et ni le vole ni la corruption n’existerait, ça prouve que ce n’est pas un pays de croyant mais bien de non croyant comme la France d’ailleurs ils ne craignent plus dieu !

  2. Le plus simple pour excuser l’incompétence, l’incurie et la corruption endémique, c’est encore d’accuser comme toujours l’ancien colonisateur, coupable idéal.
    Ce n’est pas comme ça qu’on s’en sort. Voyez la Corée du Sud, qui en 1945 n’avait que peu de ressources naturelles, mais s’en est sortie, au point d’être en richesse avec sa petite population la 11e puissance mondiale.

    • malheureusement la France a tjrs encouragé ce système anti-Algerien si j’ose dire ça et a laissé ses pions depuis 1962 qui nous empêchent nous les Algériens de nous développer voila la triste realité monsieur Leroy .

    • L’ancien colonisateur porte sa part de responsabilité mais je suis d’accord que l’essentiel du problème est local. Trop facile en effet de se poser en éternelle victime. Il faudrait que les algériens (ainsi que d’autres) s’interrogent sur leur faillite collective : pourquoi tant de médiocrité ? Pourquoi tant de corruption ? Comment peuvent-ils être dans leur quotidien a mille lieux des hautes valeurs desquelles ils réclament (Islam). Un début de réponse : la crainte reverentielle de Dieu à deserter les coeurs pour laisser place à l’amour de la vie d’ici bas chez une part importante de la population. Mais on ne désespère pas, les Algériens reste d’authentiques croyants dont la foi actuellement anesthésiée pourrait bien se réveiller et faire des ravages (dans le bon sens du terme)

    • C’est vrai.
      La loi du coran est clair,

      L’homme doit faire son choix dans la vie d’ici bas, peut importe ce choix, pour ou contre dieu,
      La vie, d’ici bas, est pour tout le monde, pour ceux qui reconnaissent la vérité et aussi pour ceux qui cachent la vérité.

      Le problème des musulmans, ils sont à cheval entre les deux, pour ce type de gens, la vie devient un enfer, rien ne roulera tout glisse.

      L’ennemi redoutable de l’islam n’est pas l’incroyance mais la réalité à deux visages.

  3. Avec le peu, on peut faire beaucoup de choses.
    Le monde est avare, avec beaucoup de choses, on va tout droit vers la cigale et la fourmi, le corbeau et le renard.

    Si on a la santé et qu’on est pas maître de son temps, c’est un gâchis.
    Si on est maître de son temps et qu’on est malade, c’est une incapacité.

  4. Vidéo très intéressante qui permet de comprendre comment l’Algérie en est arrivé là et pourquoi sa jeunesse traverse la Méditerranée pour rejoindre la France. Une véritable catastrophe pour tout le monde dont la politique algérienne est responsable.

    • Je vous accorde que l’ex-politique Algérienne en est responsable, conséquence de la Direction du Pays par certains Généraux (et leurs ramifications) travaillant à la solde Française . Le défunt Président Boumediène, pensant que ces Généraux (ayant auparavant servi dans l’armée Française) pourraient efficacement servir le Pays grâce à leur expérience, les plaça dans les plus hauts rangs du Pouvoir…. et la suite, on la connaît ! Pour faire un parallèle avec le judicieux commentaire de Leroy, l’Algérie et la Corée du Sud avaient la même situation économique dans les années 60 du siècle dernier, mais la Corée du sud n’avait pas de tels Généraux. L’effet boule de neige aidant l’amplification de la corruption, le découragement des intellectuels et leurs départs vers l’Etranger (les médecins Algériens exerçant en France se comptent par dizaines, voire par centaines), les tentatives extérieures pour diviser le Peuple Algérien, la chute du prix des hydrocarbures, sont autant de paramètres qui ont conduit à une situation délicate. Ceci étant, il serait ingrat de ne pas citer les bonnes décisions de l’ex-Président BOUTEFLIKA (Abdelaziz et non pas Said) qui n’avait, en fait, présidé que durant DEUX mandats (pour les autres mandats, c’était la bande à Bonno – Said, Haddad, les Kouninef, etc.). Durant ces 2 mandats, il a réconcilié le Peuple Algérien (concorde civile), assaini les dettes extérieures (il a fallu sa stature diplomatique pour que le remboursement se fasse le plus rapidement, contrairement à la volonté des banques de faire durer le remboursement afin d’engranger le plus d’intérêts possibles), lancé des projets d’envergure (autoroute Est-Ouest, barrages, logements, institutions d’éducation, etc.). L’Algérie était un vrai chantier, mais malheureusement entre des mains de nombreux corrupteurs et corrompus. Ceci étant, les Algériens (et d’autres Africains) continuèrent à aller là où leurs richesses dilapidées s’y trouvent, en utilisant des barques de fortune, contrairement à la France qui utilise des moyens logistiques bien plus importants pour aller chercher, comme ces jeunes, quelques “petites” richesses éparpillées çà et là sur le sol Africain … et la boucle est bouclée ! Enfin, la situation économique de la France n’est pas pour autant reluisante (je vous demande de mentionner vous-même la dette extérieure de la France) et ce ne seront pas les gilets jaunes qui me démentiront !

      • @Omar. Je ne vais pas tirer sur l’ambulance en accablant l’Algérie. J’aimerais juste qu’on évite systématiquement de citer la France pour rendre compte de sa situation. La thèse de la malédiction des ressources qui ne se vérifie pas toujours mais souvent montre au moins une chose : on peut avoir des richesses dans son sol mais ne pas savoir les gérer comme l’explique le reportage. Absolument. La situation de la France, qui ne peut comparée économiquement à celle de l’Algérie résulte, aussi de mauvais choix politiques. Et ceux que fait Macron dans une perspective mondialiste et neo libérale me déplaisent souverainement. Notre société s’américanise mais je n’irai pas pour autant taper sur les États Unis pour expliquer ce phénomène, qui relève aussi bien des orientations politiques que de l’adhesion en partie de la société. Voilà pourquoi je suis néanmoins fier que l’on souligne l’exception culturelle française. Pas envie d’une France qui ressemble à tous les autres pays histoire que les élites se sentent partout chez eux dans le grand village mondial, quand le peuple français ne se sent plus chez lui. Donc pareil pour les algériens. Qu’ils assument leurs responsabilités et défendent ce en quoi ils croient sans se réfugier derrière l’ancien colonisateur. Qu’ils dénoncent les erreurs dans leur choix politique ou les errements de leur gouvernement.

  5. Les ingérences occidentales combinées au despotisme local amènent au gâchis et à la catastrophe. Le despotisme et la convoitise de la vie sur Terre au détriment de celle de l’au-delà, conduit à la violation des limites imposées par Allah (swt) et l’absence de Dieu dans le quotidien des gens amène les ténèbres. C’est ce qui se passe dans les pays musulmans actuellement.

    • jam : Vous râlez sur l’ ingérence étrangère,
      1 : C’est le peuple qui a élus ses dirigeants, alors comme le peuple s’est trompé, c’est la faute aux étrangers ! Quand votre femme vous trompe, c’est la faute d’ une personne d’ un autre quartier ?
      2 : A l’ époque de l’ indépendance, vitre pays se retrouvait avec des infrastructures en bon état. Le problème, c’est que le peuple Algérien, c’est fait balader, par quelques arrivistes, qu’il a mis quasiment 70 ans a voir !
      Maintenant, pour créer, et faire tourner les industries, il faut des capitaux, ça, les étrangers peuvent le faire, et la main d’ œuvre qualifiée, ne pourra qu’ être étrangère aussi, du moins, le temps de former les Algériens, parce que pour le moment, la seule formation professionnelle, qui existe, pour la jeunesse, c’ est la poudre d’ escampette !
      Alors, pour vous permettre de critiquer les ingérences occidentales, il faut être capable de faire tourner un pays . Vouloir l’ indépendance, c’est louable, mais faut ‘ il encore être capable de l’ assumer !
      Espérons des jours meilleurs, peut être sous dominance Chinoise, ah, les rageux, lol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Maroc : Nasser Zefzafi, le leader du Hirak, annonce des Marches pour “libérer le Rif du despotisme”

Déconstruisons les préjugés sur l’islam: « Tous les savants le disent »