in

Marine Le Pen infréquentable aux Etats-Unis ?

C’est une chose de jouer les cadors sur la petite scène grand-guignolesque du théâtre politique national, qui alterne le pire et le moins pire, les cassandre et les sauveurs providentiels, la loufoquerie et l’épouvante, et de se rêver un destin tout en haut de l’affiche parce que les sondages vous promettent un grand soir, c’en est une autre de se frotter à la vaste scène du monde, et de s’aventurer hors de son fief pour entrer dans la cour des grands.

Dame de fer du populisme à la française, Marine Le Pen est partie mardi, la fleur au fusil, à la conquête des Etats-Unis, un déplacement qui tient de l’exercice imposé pour tout candidat à la présidentielle, mais qui pourrait tourner au voyage en terre inconnue au fur et à mesure que ses rencontres au sommet s’annulent…

La première puissance mondiale, c’est loin d’être l’Amérique pour l’héritière du FN ! La dangereuse outsider de Nicolas Sarkozy serait-elle persona non grata de l’autre côté de l’Atlantique ? La claque cuisante sur sa joue frontiste aura-t-elle la marque indélébile de la bannière étoilée ?

Avant même d’avoir foulé le sol américain, Marine Le Pen avait été éconduite à maintes reprises par ses interlocuteurs politiques US, qui semblent s’être donné le mot pour la dissuader d’effectuer ce parcours initiatique. Même Ron Paul, un représentant du très conservateur et anti-islam « Tea Party » a déclaré forfait, prétextant un improbable aléa lié à son emploi du temps. Notre tornade blonde, experte en dénigrements nauséeux et islamophobes, pestiférée chez l’oncle Sam ? Voilà un retour de bâton jubilatoire…

Pour éviter de perdre la face, cette dernière promet néanmoins de remplir très vite son agenda, en prenant soin de ne plus citer de noms. Un petit tour au FMI, un petit crochet au Congrès, agrémentés de deux rendez-vous avec « un représentant de la communauté noire et de la communauté juive », d’ici à ce qu’elle comble un trou avec l’AIPAC !

Nul n’est prophète en son pays, mais dans le cas de Marine Le Pen, c’est en dehors de nos frontières que le sortilège n’agit plus. La France, à défaut de la railler, devrait en tirer les précieux enseignements.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charlie Hebdo au bûcher : la caricature d’un « attentat » islamiste

L’islam est-il parfait ?