in

Marine Le Pen fait l’objet d’une enquête pour “diffusion d’images violentes”, suite à la diffusion de tweets immondes

Sortie bredouille des régionales, on se doutait bien que Marine Le Pen aurait la défaite, bien que toute relative, mauvaise et revancharde. Mais de là à imaginer qu’elle se compromettrait gravement en publiant sur Twitter des photos immondes et insoutenables des décapitations de Daesh, dont celle de la dépouille du journaliste américain James Foley, il y avait un pas que l’on se refusait à franchir.

Dire qu’elle a pété un câble serait minimiser sa stratégie de la surenchère haineuse et sa redoutable capacité de nuisance, Marine Le Pen n'a fait que révéler son vrai visage en tweetant des images atroces que la décence réprouve, en signe de représailles au parallèle établi, selon elle, par Jean-Jacques Bourdin entre Daesh et le FN, lors de son interview de Gilles Kepel, mercredi matin au micro de RMC.

Ce terrible faux pas, commis sans le moindre état d'âme avec son acolyte Gilbert Collard, mettrait quiconque au ban de la République pour moins que ça, et s’est attiré simultanément les foudres de Manuel Valls, Bernard Cazeneuve, mais aussi des parents bouleversés de James Foley qui ont fait part de leur grand émoi.

Une enquête préliminaire a été ouverte mercredi soir à Nanterre pour « diffusion d’images violentes », après que le ministre de l’Intérieur ait annoncé avoir signalé auprès de la plateforme Pharos de la direction centrale de la police judiciaire les photos en question, afin qu’elle « puisse se saisir de l’affaire ». Ces photos sont celles « de la propagande de Daech et sont à ce titre une abjection, une abomination et une véritable insulte pour toutes les victimes du terrorisme », a déclaré le ministre devant la représentation nationale, en réponse à une question du député socialiste Joachim Pueyo.

De l’autre côté de l’Atlantique, l'exhumation de ces images a provoqué de violents remous et une immense onde de choc émotionnel, suscitant l’indignation des parents de James Foley qui ont appelé à la décence la présidente de l’extrême droite française, comparée à Donald Trump par les médias américains, exigeant qu’elle les retire immédiatement.

« Nous sommes profondément choqués par l’utilisation qu’est faite de Jim pour le bénéfice politique de Le Pen et nous espérons que la photo de notre fils, ainsi que deux autres images explicites, seront retirées immédiatement », se sont insurgés John et Diane Foley dans un communiqué. « Nous avons choisi d’employer notre tragédie pour améliorer le monde qui nous entoure, or les actes de Le Pen vont à l’encontre de tout ce que Jim et la fondation James W. Foley Legacy Foundation représentent », ont-ils insisté. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Carolyn Walker Diallo, la juge américaine qui a prêté serment sur le Coran lors de sa nomination (vidéo)

Eric Zemmour condamné à 3000€ d’amende pour provocation à la haine envers les musulmans