in

Mandela, un homme à part

A l'heure où le monde rend hommage à Nelson Mandela, il est bon de se demander ce qui faisait de lui un homme à part, qui a mérité l'estime de ses semblables. On ne pourrait énumérer toutes les qualités humaines qui étaient celles de Nelson Mandela : patience, modestie, sagesse, simplicité, courage, détermination, générosité, proximité, clémence. Il a su ne jamais reculer face à l'injustice et rester fidèle à ses convictions.

Son engagement avant tout moral est un modèle pour tous ceux qui aspirent à redonner un sens à notre humanité aujourd'hui tourmentée. Malgré les immobilismes, dont nombre d'entre eux subsistent encore aujourd'hui, il a œuvré sans relâche, toute sa vie durant, afin que puissent vivre ensemble des gens que tout séparait, au-delà de leurs différences, de leurs appartenances, des injustices que les uns ont fait subir aux autres. La réconciliation pour lui passait par le pardon. Pour lui, mettre fin à l’apartheid, à l'injustice, aux guerres, était un combat à mener à chaque instant.

Malgré toutes les volontés de faire taire sa parole, malgré les tortures, les menaces, il n'a jamais renoncé. Le message universel de vérité dont il était porteur n'a jamais était véritablement confiné aux quatre murs de sa prison. Son rayonnement a franchi les frontière de l'Afrique du Sud car il fallait que le monde sache ce qu'il avait à dire. Il a sacrifié sa personne pour défendre la cause de l'homme, des asservis, dénoncer l’innommable, sans éprouver de remords contre ceux qui l'ont privé de liberté pendant tant d'années. Le temps n'a jamais eu raison de sa détermination. Il resta inébranlable toute sa vie durant.

Il incarnait le symbole de la résistance et de l'espoir à travers son attitude toujours positive : l'espoir d'un monde meilleur, l'espoir d'un monde fraternel, l'espoir d'un monde de paix et de tolérance. Sa force, il la tirait de sa foi, de ses convictions profondes, de sa volonté de bouleverser l'ordre des choses. Il était visionnaire et comme la sagesse est universelle, il représente un modèle vivant à méditer, à comprendre, à suivre à bien des égards.

Pourquoi subsiste-t-il toujours autant de violence, de discriminations à travers le monde, qu'elles soient d'ordre ethnique, social, économique ou territorial ? Peut-être parce que l’œuvre d'un homme, toute seule, quand bien même elle se distingue par l'empreinte particulière qu'elle laisse dans l'histoire, ne peut suffire à renverser la donne, à effacer des siècles d'injustice, d’assujettissement, les effets de la barbarie des hommes et des systèmes rationalistes et matérialistes que leurs esprits ont engendrés.

Son départ représente certes une perte pour l'humanité mais aussi une occasion, pour tous ceux qui aspirent à l'édifice d'une société fraternelle, morale et juste, de se rapprocher, de s'unir et d’œuvrer pour atteindre ce noble idéal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un rapport fracassant sur l’intégration préconise l’autorisation du port du voile à l’école

Le Proche-Orient sous la neige