in

Londres : les deux agresseuses d’une mère de famille voilée accusées de “crime raciste et de trouble grave à l’ordre public”

Leur violente agression islamophobe commise, le 5 juin dernier, à Croydon, une localité du sud de Londres, Emma Marie Camilleri, 35 ans, Sarah Gaskin, 18 ans, et Ashleigh Gaskin, 17 ans, avaient pris leurs jambes à leur cou, laissant derrière elles leur victime – une mère de famille voilée venue chercher ses enfants à l’école primaire islamique Al-Khair – profondément traumatisée et pleine d’ecchymoses.

"Elles ont tiré sur mon foulard avec une incroyable férocité, et m’ont donné de violents coups de poing", a raconté péniblement, et à plusieurs reprises, cette jeune maman de 25 ans, insultée et rouée de coups par de redoutables furies, qui est désormais habitée par l’angoisse dès qu’elle met le pied dehors : "Une me tenait la tête, en m’étranglant, pendant que sa complice me frappait », a-t-elle précisé aux forces de l’ordre et à la presse locale.

Les trois assaillantes déchaînées, que seule l’intervention salvatrice d’un père d’élèves a réussi à mettre en fuite, n’auront pas eu le loisir de se volatiliser dans la nature, la police ayant rapidement remonté leurs traces, dans la banlieue londonienne d’Abbiscombe, où elles avaient repris le cours de leur petite vie, sans le moindre remords.

Décrites comme les deux meneuses enragées et vraies criminelles en puissance, Emma Marie Camilleri et Sarah Gaskin, accusées de « crime raciste et trouble grave à l’ordre public », comparaîtront le 18 septembre prochain devant la justice, tandis qu’aucune charge n’a été retenue contre leur comparse, Ashleigh Gaskin, qui serait, selon toute vraisemblance, la sœur de la deuxième.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A.Shaheen, première femme voilée juge de ligne dans le tournoi de tennis de Wimbledon

Une enseignante américaine appelle à inclure des voix féminines dans les applications dédiées à la récitation du Coran