in

Londres lance une grande campagne contre l’islamophobie : “Tous unis contre les crimes de haine”

Près des rives de la Tamise, la montée en flèche des actes islamophobes violents, derrière lesquels se cachent souvent les mains vengeresses de l’extrême droite britannique, constitue un fléau que les autorités londoniennes sont déterminées à prendre à-bras-le-corps. Preuve en est, la grande campagne de sensibilisation lancée hier, lundi 16 octobre, appelant à serrer les rangs sous le slogan fédérateur : « Tous unis contre les crimes de haine ».

Alertés par les rapports tristement édifiants publiés par Tell Mama, le premier service musulman d’assistance téléphonique du royaume, qui, année après année, recense minutieusement le nombre et la nature des agressions anti-musulmans, les responsables de la société publique Transport for London et de la police ont décidé de faire cause commune sous la même bannière devant les entrées du métro et les arrêts de bus, lors de la Semaine nationale de mobilisation contre leur recrudescence et brutalité.

Après les attentats qui les ont lourdement endeuillées, la période estivale a été assombrie par une escalade de violences islamophobes sans précédent à Londres et à Manchester, aux airs de représailles aveugles s’abattant sur des victimes musulmanes expiatoires. Servant régulièrement d’exutoire aux viles rancoeurs et noirs ressentiments, Facebook a même été inondé de vidéos abjectes ayant pris sur le vif ces agressions sauvages.

Dans un climat ambiant aussi délétère où la sécurité de ses coreligionnaires n’est plus assurée, Nozmul Hussain, le responsable de la Mosquée de l’East London, ne peut que se féliciter du volontarisme politique affiché par les autorités pour enrayer ce fléau du racisme ordinaire. « Nous voulons envoyer un message clair et fort à tous nos concitoyens, musulmans et non musulmans, qu’ils soient victimes ou témoins : vous ne devez pas avoir peur de signaler discrètement le moindre incident, la moindre agression islamophobe à la police », a-t-il vivement préconisé.

« Londres est riche de sa diversité et nous ne tolérerons pas ceux qui cherchent à nous diviser par la haine et le fanatisme, nous serons toujours unis ! », a clamé, pour sa part, le surintendant Adnan Qureshi, en exhortant instamment à ce que la peur change de camp.

3 commentaires

Laissez un commentaire
    • Djidel
      La France est tout occupée à chasser le hijab, à fermer les mosquées, à écarter les joueurs d’origine maghrébine de l’équipe de France de foot (Deschamps n’est qu’une marrionnette, c’est le gouvernment qui décide), à interdire le halal dans les écoles publiques, à sélectionner les musulmans de service qui ont accès aux médias, à organiser l’apartheid scolaire, à diaboliser les quartiers “sensibles”, à inventer “SOS Racisme” téléguidé par la communauté organisée, à avoir deux ou trois comiques officiels qui savent où est leur place, à créer quelques institutions pour accoucher un jour de “l’islam de France”, à flatter les pieds-noirs et les harkis tout en restant dans le déni sur la guerre d’Algérie, etc.

      Campagne contre l’islamophobie en France, vous avez-dit? On en est à des années-lumière.

      • Oui malheureusement tout ce que vous avez écrit a bien eu lieu mais de part mes convictions musulmanes, je garde espoir en mon Dieu à ce qu’un jour il guidera toutes ces âmes perdues qui avaient contribué à ces agissements tant nocifs pour nous que pour elles, vers un monde meilleur. Amin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 octobre 1961 : nuit sanglante à Paris

Le premier député musulman d’Australie dénonce l’ostracisme anti-musulmans de Trump