in

Lindsay Lohan sur une chaîne de télévision turque : “Aux Etats-Unis, je suis Satan, juste pour avoir tenu un Coran dans les mains”

Lindsay Lohan interview on Turkish news channel

Lindsay Lohan speaking about her experience after reading the Qur'an a few months ago

Publié par Middle East Eye sur jeudi 19 janvier 2017

Clouée au pilori, ou plutôt « crucifiée » selon ses propres termes, par les médias américains après avoir été photographiée à son insu, en 2015, tenant un exemplaire du Saint Coran dans ses mains, l’actrice Lindsay Lohan subit depuis une terrible campagne de diabolisation dans son propre pays qui la fait passer pour « Satan » aux yeux de tous, sans le moindre égard pour sa personne et ses convictions intimes, au point de ne trouver le repos qu’ailleurs, sous des cieux londoniens plus cléments.

Frappée de plein fouet par l’opprobre général qui lui a fait craindre pour sa sécurité, essuyant un feu nourri de critiques acerbes, tout en mettant en ébullition les salles de rédaction où la rumeur de sa conversion n’a cessé dès lors d’enfler, la comédienne, plus connue pour ses vieux démons que pour sa quête profonde de spiritualité, a été violemment dénigrée pour son inclination pour l’islam que l’Amérique ne lui a pas pardonné.

Partie se ressourcer à Londres, son récent retour au bercail fut fracassant. Il aura suffi d’un seul message posté sur Instagram en arabe « Salam Aleikoum » pour enflammer la twittosphère, la suppression de ses photos ayant achevé d’affoler la toile qui en a conclu à sa conversion flagrante, sous une avalanche de commentaires au vitriol.

Reléguée au rang d’artiste maudite, Lindsay Lohan s’est épanchée sur une chaîne de télévision turque, se confiant à coeur ouvert sur le désarroi qu’elle éprouve devant l’acharnement plein de haine dont elle est victime chez elle, aux Etats-Unis. Elle s’est également exprimée pour la première fois sur sa découverte du Coran à une période difficile de sa vie, par le biais d’amis saoudiens.

« Aux USA, je suis considérée comme une mauvaise personne, uniquement parce qu’une photo volée m’a montrée en train de tenir un Coran dans les mains. J’étais tellement heureuse de quitter les États-Unis et d’aller à Londres après tout ça. Je me sentais si peu en sécurité chez moi, les gens ont été vraiment horribles. Juste parce que c’est ma croyance. Si j’ai envie de mieux connaître l’Islamc’est mon choix, c’est ma volonté, cela ne regarde personne. Je ne cherche pas à savoir ce que les autres font dans leur vie quotidienne. Manifestement, ils ne doivent pas faire grand chose pour passer leur temps à me calomnier, à me blesser », a-t-elle déclaré en substance.

Et de poursuivre : « Aussi, je comprends d’autant mieux ce que cela fait de se sentir comme un outsider. Je comprends combien le peuple turc doit être offensé, car il vit dans un pays magnifique, et je comprends aussi ce que les femmes voilées ressentent, leur sentiment d’être différentes, car c’est exactement ce que je ressens ».

« Alors, quand une femme, lors de mon escale à Antep, m’a recouverte d’un voile, je me suis sentie très honorée. Par ce geste, elle m’invitait à faire partie de sa culture  », a-t-elle insisté, en guise de réponse adressée aux remarques désobligeantes de ses fans qui se sont dits « choqués » en la découvrant voilée.

Jouer les victimes de l’islamophobie implacable qui s’est emparée de la bien-pensance américaine, et qui risque fort d’atteindre son paroxysme sous l’ère Trump de tous les dangers, est sans conteste le plus mauvais rôle de Lindsay Lohan. Un rôle dans lequel elle refuse d’être cantonnée, confiante dans son choix spirituel qui n’appartient qu’à elle, et à elle seule.

3 commentaires

Laissez un commentaire
  1. -O homme !

    -Qu’est-ce qui t’a trompé au sujet de ton Seigneur,

    -le Noble,

    -qui t’a créé,

    -puis modelé,

    -et constitué harmonieusement ?

    -Il t’a façonné dans la forme la plus parfaite, qu’il a voulue.

    -(Coran, 82 : 6-8).

  2. Il faut appeler les choses par leur nom, il n y a qu’un seul coran arabe ancien, parole d’Allah ,sur la planete.
    Cette femme ne tenait pas le coran, elle tenait une traduction du coran.
    Merci.

  3. Peu importe qu’il soi le coran ou la traduction du coran il fallait bien commencer par apprendre l’Islam non ??? Moi je lui dit courage, j’ai l’impression qu’on est au moyen age vus cet acharnement contre l’Islam.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le malentendu de la philosophie occidentale sur la critique de Dieu ou de la religion

L’imam al-Ghazâlî : un patrimoine, un exemple