in

Libye : les images que vous ne verrez pas à la télévision française

Blackout. Depuis l’offensive militaire de la France et de ses alliés en Libye, les médias hexagonaux relatent heure par heure le déroulement des opérations. Problème : les images dérangeantes, dévoilant les victimes des bombardements ou les manifestations d’opposants à travers le monde, sont invisibles à l’antenne. Dans la guerre en cours, Oumma vous propose d’en arpenter le versant occulte.

JPEG - 41.6 ko

Samedi 19 mars, des manifestants réunis à Washington, devant la Maison Blanche, étaient venus protester contre l’occupation américaine de I’Irak, huit ans après l’entrée en guerre. Les militants ont également exprimé leur hostilité à toute intervention en Libye (Getty).

De terribles images qui contrastent singulièrement avec celles diffusées par la plupart des chaînes françaises. Par exemple, dimanche soir sur TF1, il s’agissait surtout de représenter les appareils militaires en décollage ou de suggérer l’envergure des opérations par le procédé aseptisé de l’infographie.

A travers le monde, des manifestations se sont tenues ce weekend pour protester contre les bombardements de la « coalition internationale » constituée essentiellement des Etats-Unis, de la France et de la Grande-Bretagne. Outre Washington et Islamabad, Tunis a également été le théâtre d’une scène particulière : aux cris de « Sarkozy, assassin ! », des citoyens ont fait connaître leur mécontentement devant l’ambassade française comme l’illustrent ces images diffusées dimanche par Al Jazeera.

A toute guerre- y compris « humanitaire », sa propagande. En dépit des réticences de l’Union africaine et de la Ligue arabe, ou des réserves formulées -entre autres alliés- par l’Allemagne et le Brésil, la presse française, écrite comme audiovisuelle, semble, au pire soutenir sans retenue la posture belliciste de Nicolas Sarkozy, au minimum se contenter de servir de relais à la communication de l’armée. Si elles sont en partie relayées, les critiques internationales, émanant de la société civile ou de figures politiques, sont le plus souvent édulcorées. Il est dès lors peu probable que d’autres images dérangeantes -collectées par Oumma et témoignant du rapprochement franco-libyen initié dès 2005- puissent refaire surface, à l’écran comme à une heure de grande écoute. En ces temps révolutionnaires, il serait pourtant regrettable de faire, de ce passé-là, table rase.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le pasteur américain Terry Jones passe à l’acte et brûle un exemplaire du Coran

Quand le clan Ben Ali livrait Carthage à la spéculation immobilière