in

“Les Visages de l’Islam” : 40 musulmans australiens dans l’objectif du photographe Matt Palmer

Sous l’œil de l’artiste du regard, le photographe Matt Palmer, les clichés tenaces et complaisamment entretenus sur l’islam s’effaceront-ils par la magie de ses propres clichés qui ont mis en pleine lumière 40 visages d’Australiens, jeunes et moins jeunes, de confession musulmane ?

Dans son objectif bienveillant, fédérateur et sans ombres inquiétantes planant sur ces 40 portraits lumineux d’hommes et de femmes ayant en commun leur religion, leur citoyenneté et leur lieu de résidence, Brisbane, les préjugés et autres fantasmes islamophobes disparaissent en un clin d’œil,  pour laisser transparaître des êtres dans toute leur humanité qui ont accepté de partager leurs histoires et expériences personnelles, mais aussi leurs points de vue sur la vie en général ou sur des sujets qui leur tiennent à coeur.

"Après les attentats de Paris, la désinformation a fait rage au sujet de l’islam et des musulmans, à tel point que j’ai eu envie d’agir à ma manière, en tant que photographe, pour soutenir à la fois la communauté musulmane et gommer les idées fausses, à l’impact désastreux. Je voulais montrer une autre facette, méconnue, de mes concitoyens musulmans et surprendre agréablement le grand public", a expliqué Matt Palmer, cet athée de 32 ans, tel qu’il se définit lui-même, armé de son seul matériel photographique pour combattre une propagande pernicieuse et abolir les murs d’incompréhension, qui éloignent les uns et des autres et nourrissent les pires ressentiments.

"J’ai appris beaucoup de choses au cours de ces rencontres très enrichissantes, et notamment ceci : toutes ces belles personnes qui ont posé pour moi sont  non seulement très engagées et dévouées auprès de leur communauté, mais ne demandent qu’à tendre la main à leur prochain, quel qu’il soit", a-t-il insisté.

Naseema Mustapha, 46 ans, a été immédiate séduite par le projet, convaincue de la puissance de l’image, d’autant plus quand elle est remplie d’ondes positives et accompagnée de messages personnalisés forts. "Je suis heureuse d’avoir participé à ce formidable projet, un projet puissant à bien des égards. Les réactions de non-musulmans que je connais sont toutes fantastiques", a-t-elle déclaré avec enthousiasme, soulignant : "L’islam prêche et enseigne la paix, l’harmonie et le respect envers les autres religions, les autres croyants et l’humanité tout entière. Je voudrais tellement que les Australiens découvrent le véritable islam, non dévoyé, non diabolisé, celui que je pratique quotidiennement."

Tout comme Matt Palmer qui offre au monde son regard sur les musulmans australiens afin de changer les regards, Naseema Mustapha caresse l’espoir que cette exposition salutaire, qui n’a pas vocation à être éphémère, sera abritée longtemps par le Musée Islamique de Melbourne.

  

  

  

  

  

  

  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un réfugié syrien porte la flamme olympique dans un camp de migrants d’Athènes

Une mosquée incendiée à Ajaccio