in

Les tabloïds britanniques s’emparent du “Secret Halal de Pizza Express”

Que serait la presse écrite sans le fabuleux filon de l'islam pour remplir ses colonnes et ses caisses ? Alors que les tabloïds britanniques ont depuis longtemps trouvé leur créneau très rentable, faisant leurs choux gras de scandales sulfureux et licencieux, voilà qu’ils se mettent opportunément à l’heure du halal pour, entre deux playmates et deux affaires scabreuses impliquant des politiciens ou des pipoles, changer de registre sans rien perdre au change : hurler avec les loups à « l’halalisation du royaume ».

The Sun et ses fins limiers assurent avoir débusqué une énorme tromperie sur la marchandise chez Pizza Express, s’empressant de titrer en gros et en gras : « Le Secret Halal de Pizza Express ». Ou comment jeter la suspicion sur une célèbre enseigne et affoler les réseaux sociaux en un éclair, en affirmant que les 434 restaurants de la chaîne de pizzéria servent du poulet halal à l’insu de la clientèle.

Flairant l’odeur de la polémique lucrative, le Daily Mail en a fait à son tour sa Une sensationnaliste, de celles qui frappent les esprits en prétendant que des « millions » de consommateurs non-musulmans ont été abusés, tout en se focalisant sur le sujet de l’abattage rituel, objet de tous les fantasmes et dérapages verbaux, tandis qu'au même moment la direction de Pizza Express a riposté en démentant formellement les allégations proférées à son encontre.

Critiquant l’article du Sun pour n’être qu’un tissu de mensonges, Pizza Express s’est défendu de leurrer ses clients, le fameux « secret » du poulet halal n’étant impénétrable que dans l’imagination de journalistes en manque de scoop, à qui il aurait suffit d’un zeste de déontologie et d’un petit clic sur le site de la chaîne pour dissiper leurs moindres doutes…

Reste à savoir si les récents menus halal de Subway, l'un des fleurons américains de la sandwicherie, proposés dans ses 200 succursales du Royaume-Uni ne sont pas restés sur l’estomac de quelques leaders et relais d’opinion britanniques, au point d’envenimer le débat public déjà passablement infecté par la toxicité de certaines campagnes de diabolisation anti-musulmans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La police de New York et ses recrutements d’informateurs musulmans sous la contrainte

Demba Ba, la star de Chelsea, finance la construction d’une mosquée au Sénégal