in ,

Les musulmans américains réclament justice pour le meurtre raciste d’Ahmaud Arbery

Il aura fallu plus de deux mois et qu’une clameur de colère, appelant à ce que justice soit faite, monte des rangs de la communauté Afro-américaine, et aille en s’amplifiant Outre-Atlantique, notamment au sein de la communauté musulmane et du monde du sport, pour que les deux sinistres auteurs de l’assassinat de Ahmaud Arbery, 25 ans, soient enfin interpellés.
Depuis le 7 mai, confondus au grand jour par une vidéo glaçante et accablante, filmée par leur voisin William Bryan, les montrant en train de pourchasser le jeune joggeur chevronné, lequel a vainement tenté de se débattre avant d’être abattu de sang-froid, les deux hommes croupissent en prison.
Date de triste mémoire, le 23 février dernier, à Brunswick, une ville de l’Etat de Géorgie qui porte encore les stigmates de son lourd passé ségrégationniste, le destin de Ahmaud Arbery s’est brisé sur le récif du racisme anti-Noirs le plus primaire et sauvage.
Dans l’Amérique de Trump agitée par ses vieux démons, où le suprémacisme blanc a fait un retour en force fracassant, la vie de ce jeune ingénieur en électricité s’est achevée tragiquement au détour d’un virage, après avoir eu le malheur de croiser sur sa route, à seulement trois kilomètres de son domicile, le pick-up de deux hommes blancs armés jusqu’aux dents : Gregory McMichael, 64 ans, un policier à la retraite, et son fils Travis McMichael, 34 ans, tous deux étant ivres de haine et de vengeance.

Images extraites de la vidéo jugée par beaucoup insoutenable à regarder:



Devant l’impunité insupportable dont semblaient jouir, depuis près de 11 semaines, les deux assassins de Ahmaud Arbery – ceux-ci arguant pour leur défense que la victime ressemblait à un cambrioleur qui avait sévi à plusieurs reprises dans la région – l’indignation s’est emparée d’une grande partie de la population américaine, au premier rang de laquelle figurent les citoyens de confession musulmane.
N’ayant pas de mots assez forts pour exprimer leur révolte, leur écoeurement et leur indicible tristesse face à cet énième drame du racisme anti-Noirs le plus abject et intolérable, les musulmans américains, dont nombre d’entre eux sont noirs, ont confié avoir le « cœur brisé » sur des réseaux sociaux en proie à une profonde émotion.
Parmi le flot de réactions qui a inondé la cybersphère, Inshirah Jihad a écrit : « Je déteste que nous n’obtenions jamais justice pour nous-mêmes. C’est douloureux de voir constamment des Noirs mourir pour rien ».
De son côté, Mumina Ali a alerté : « Le fait que nos hommes quittent la maison en étant constamment sur leurs gardes, car ils savent qu’ils sont des proies potentielles, le fait qu’ils soient pourchassés et abattus, alors même qu’ils ne font rien de mal, mais uniquement des activités les plus banales, telles qu’un footing, tout cela a un fort impact émotionnel et psychologique non seulement sur eux, mais sur nous en tant que peuple. Ce n’est que par la grâce d’Allah (saws) que nous avons survécu aux horreurs de l’esclavage, de Jim Crow, du racisme et de l’oppression ».
« Je suis à court de mots. Je ne sais pas comment lutter contre cela ou demander justice dans les affaires de frère Ahmaud et d’autres. Je suis affligée, et je ne peux pas imaginer ce que ressentent nos mères afro-américaines à chaque fois que leurs fils quittent la maison, soit pour aller à l’école, soit pour faire du sport, gagner leur vie…», a confié, bouleversée, Shaza Khan.

     Omar Suleiman

D’éminentes personnalités musulmanes ont fait part de leur immense consternation sur Instagram, dont le très respecté imam Omar Suleiman, président de l’Institut Yaqeen de recherche islamique basé à Irving, dans le comté de Dallas : « Cette vidéo du lynchage d’Ahmaud Arbery est l’une des choses les plus horribles que j’ai jamais vues ».
 Linda Sarsour

Linda Sarsour, l’activiste américano-palestinienne très en vue de Brooklyn, farouchement opposée à Trump et, plus ardemment encore, à l’Etat d’apartheid israélien, a exhorté à ne jamais oublier et à une vigilance de tous les instants. Voici ce qu’elle écrivait il y a quelques jours, alors qu’elle désespérait, comme tant d’autres, que les meurtriers d’Ahmaud Arbery soient jamais arrêtés : « Ahmaud était un jeune athlète de 25 ans. C’était un fils aimé par ses parents. Il a été pourchassé en faisant du jogging par deux hommes, un père et son fils. Il n’était pas armé et a été abattu froidement. Le père et le fils n’ont pas été arrêtés. Nous n’oublierons pas. Nous resterons attentifs ».
Depuis plusieurs jours, Brunswick est le théâtre de rassemblements de grande ampleur en mémoire du regretté Ahmaud Arbory. De nombreux manifestants se sont massés sous les fenêtres du tribunal local, réclamant justice à cor et à cri, à travers leurs masques faciaux qu’impose la pandémie ravageuse qui frappe si durement le sol de la bannière étoilée. « Est-ce que c’est illégal d’être noir et de faire du jogging ? », pouvait-on lire sur l’une des pancartes brandies dans la foule.

 
L’artiste Theo Ponchaveli devant la peinture murale qu’il a réalisée à l’effigie d’Ahmaud Arbery, à Dallas, le 8 mai 2020. Sur le masque qu’il a lui-même confectionné, on peut lire l’inscription lui rendant hommage : « Runwithmaud ». Tony Gutierrez / AP4

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire
  1. Salam maraocain,
    Bien d’accord et à cela j’ajouterais, en ce qui concerne la marionnette du muppet show, comment pourrais-il être concerné ce sioniste de la pire engeance? La mort d’un noir ou celle d’un arabe doit le faire vibrer, Il doit jubiler derrière son judas ce petit bohnomme !
    Puisse Dieu Veiller sur l’âme du défunt

  2. Les blancs malades aux usa (et leurs semblables d’ailleurs) n’ont pas évoluer et n’évolueront jamais vers la plus basique des humanités.
    En réalité ce ne sont pas des humains eux les « dignes » héritiers de ceux qui classifiaient les hommes du singe au croisé homme-singe à « l’homme ». Remarquons que le zoo humain n’a pas bouclé encore un siècle sauf erreur de ma part?.
    On arrive à se demander quel changement s’est-il opéré au niveau de certaines consciences? ou, dans l’autre sens, quel germe résiduel de ce sombre passé qui entretient cette abomination?
    Cheyenne12, ne te sents pas concerné!

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Le jeûne comme remède à la ruine de l’âme (3ème partie)

Recommandations pour l’ouverture des Mosquées