in

Les iPads en or du Burj Al-Arab, le palace de Dubaï

Le somptueux vaisseau hôtelier de Dubaï, le Burj Al-Arab, célèbre pour sa forme en voile de bateau, a résolument mis le cap sur le marché du luxe et sur des petits joujoux électroniques hors de prix, distançant ainsi, dans la course effrénée aux prestations haut de gamme, les palaces du monde entier.

C’est le petit plus high tech qui vaut son pesant d’or, un iPad, conçu spécifiquement pour l’hôtel et gravé avec son logo, sera remis à la clientèle triée sur le volet, dont même les stars et autres magnats les plus blasés devraient être éblouis par l’ingéniosité de sa « conciergerie virtuelle » et l’éclat de ses 24 carats plaqués or.

Parallèlement à la multitude de Rolls Royce avec chauffeurs, aux transferts en hélicoptère, et aux majordomes privés disponibles jour et nuit, les clients du Burj Al-Arab pourront désormais pianoter sur leur tablette, frénétiquement ou pas, pour accéder à tous les services proposés par l’hôtel.  

Soucieuse du confort grand standing du gotha mondial, la direction du Burj Al-Arab n’en a pas moins conservé un sens aigu des affaires. Ainsi, tous les nababs de la terre, conquis par le iPad à nul autre pareil, pourront l’acquérir dans la boutique de l’hôtel, véritable joaillerie des iPads, petits et grands, iPhones 5 et autres Blackberry Q10, tous incrustés d’or.

Sur la mer d’huile du tourisme de luxe, le Burj Al-Arab de Dubaï a hissé la voile de l’ostentation, comme d’autres émirats du golfe, ne souhaitant pas faillir à sa réputation de «meilleur hôtel du Moyen-Orient» et à sa myriade d’étoiles, pas moins de « sept », qui le fait briller au firmament des hôtels d’exception.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Critiquer l’islam en s’appuyant sur une chercheuse islamophobe : la méthode Michel Onfray

DSK monte les marches à Cannes