in ,

Andrew Tate, le célèbre kickboxeur, prie dans une mosquée et fait le buzz sur les réseaux sociaux

S’il y a une prière musulmane qui a récemment attiré tous les regards, captivant l’attention de millions d’internautes sur des réseaux sociaux en plein bourdonnement, c’est bien celle effectuée à Dubaï par Andrew Tate, 36 ans, le très populaire kickboxeur anglo-américain, dans les règles de l’art.

Devant l’objectif d’une caméra qui n’en a pas perdu une miette (voir ci-dessous), la terreur des rings multi-casquettes, à la fois triple champion du monde ISKA (International Sport Kickboxing Association), commentateur sportif et homme d’affaires prospère, a accompli son devoir religieux dans l’enceinte d’une mosquée, en se conformant scrupuleusement au rituel islamique que lui a enseigné un proche : l’ex-champion de MMA, Tam Khan.

Publicité
Publicité
Publicité

La scène, immortalisée dans l’oasis luxuriante du golfe Persique, est la preuve par l’image de la conversion à l’islam de l’influent, et néanmoins controversé, Andrew Tate, confirmant ainsi la rumeur persistante qui courait depuis un certain temps.

Andrew Tate (à gauche) aux côtés de Tam Khan

Anticipant les critiques susceptibles de fuser de tous côtés, voire les doutes sur la sincérité de sa foi en Allah qui pourraient en assaillir plus d’un, notamment au sein de la communauté musulmane, Tam Khan a tenu préventivement à prendre la défense de son ami et nouveau frère en Dieu : 

« Musulmans, s’il vous plaît, ayez sabr [patience]. Ne soyez pas si durs. Nous faisons tous des erreurs et nous prononçons tous, parfois, des mots incorrects, qui dépassent notre pensée. Je connais personnellement Andrew et Mashallah, je peux en témoigner, son amour pour l’islam est authentique et réel », a-t-il écrit, implorant l’indulgence de ses coreligionnaires. 

Publicité
Publicité
Publicité

« L’amour d’Allah est la puissance du cœur, la subsistance du cœur, la lumière »

Un commentaire

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Mauritanie : Chinguetti, une ville sainte de l’Islam en plein désert

Face à la modernité techniciste et nihiliste