in

Les grands péchés (partie 1)

 

En islam, la notion de péché n’est pas uniforme. En effet, l’on distingue deux catégories. La première est le «  dhanb », la faute due à l’inattention, frappée par une sanction plus que par une damnation.

Le « dhanb » se distingue donc de la transgression volontaire «  ithm » qui engage la volonté et l’intention de son auteur, même si dans la pratique, l’on utilise indistinctement le terme «  khati’a » pour désigner les deux catégories.

Si pour le « dhanb », il faut s’en débarrasser, pour le « ithm », il faut s’en repentir et rechercher le pardon de Dieu qui dit dans un hadith sacré ( quodsi ) :

« Aussi longtemps que tu m’invoques et que tu crois en Moi, Je pardonne tout ce qui vient de toi, et Je ne tiendrai pas compte, ô fils de l’Homme, de tes péchés, dussent-ils atteindre l’horizon des cieux, et lorsque tu demanderas pardon, Je te l’accorderai. »

Finalement, une autre idée s’imposa en théologie. Ce clivage, similaire à celui des chrétiens, entre péchés véniels et mortels, est nommé « sagha’ir », petits péchés et « kaba’ ir », grands péchés. C’est de dernier aspect que nous allons voir, en partie, dans les propos du Cheikh Ibrahim HALITIM :

« Je me protège auprès d’Allah contre Satan le lapidé, Au Nom d’Allah, Clément et Miséricordieux, et que la Paix et la Prière d’Allah soient sur notre Prophète Mouhammad sur sa famille et ses Compagnons jusqu’au jour du Jugement dernier.

Parmi les péchés capitaux ( al kaba’ir ) se trouvent :

Le polythéisme ( achirk billah ou ischrak ) :

C’est le plus grand des péchés également appelé « associationnisme ». Il consiste à reconnaître des égaux à Dieu, et à adorer autre que Lui, comme la pierre, l’arbre, le soleil, la lune, toute créature, un roi, un savant ou toute autre chose.

Dieu dit dans la sourate 4, An – Nissa, Les Femmes, au verset 48, dans sa traduction :

«  Dieu ne pardonne point qu’on Lui associe d’autres divinités. Hormis cela, Il pardonne à qui Il veut »

Il dit aussi :

«  Le polythéisme est une grande injustice » ( sourate 31, Louqmane, traduction du verset 13 )

Quiconque attribue des associés à Dieu et meurt en tant que tel, sera réprouvé. Quant à celles et ceux qui croient en Dieu et meurent en tant que tels, ils habiteront le Paradis, même s’ils doivent avant cela être purifié de leurs fautes.

Al Boukhari, qu’Allah lui fasse Miséricorde, rapporte un hadith dans lequel le Prophète dit à ses compagnons : «  Vous ferai-je connaître les plus grands péchés ? ( il posa trois fois la question )

Oui, envoyé d’Allah répondirent les fidèles.

Ce sont le polythéisme, la désobéissance aux parents.

Accoudé, il s’assit et rajouta : «  Surtout les paroles mensongères et le faux témoignage ».

Il ne cessa de répéter cela au point que nous dîmes «  puisse-t-il arrêter »

Dans un autre hadith, il dit : « Evitez les sept périls », ( sept grands péchés ) en mentionnant le polythéisme.

Le meurtre :

Dieu dit dans le Coran :

« Celui qui tue volontairement un croyant aura la Géhenne pour séjour éternel. Il encourt la colère de Dieu, sa malédiction et un terrible châtiment »

( sourate 4 Annisa, Les Femmes, traduction du sens du verset 93 )

L’attestation de foi sanctifie donc celle et celui qui la prononce et son sang, son honneur et ses biens deviennent sacrés.

Il dit aussi :

«  C’est pour cela que nous avons imposé cette loi aux fils d’Israël : «  quiconque aura tué un autre homme qui ne sera lui-même ni un meurtrier ni un séditieux, sera considéré comme meurtrier de l’humanité entière. Quiconque sauvera une vie sera considéré comme ayant sauvé l’humanité toute entière »

( sourate 5, Al Maïda, La Table Servie, traduction du verset 32 )

L’on se doit de respecter la vie humaine car les croyants ne peuvent être meurtriers, cela est un péché. En effet, Dieu a ennobli l’être Humain, qu’Il créa de ses mains, à qui Il a insufflé la vie, devant lequel les anges se prosternèrent.

Dieu a fait de l’Homme son Khalife ( vicaire ) sur Terre, afin qu’il recommande le bien et qu’il pourchasse le mal, nonobstant les différences de couleur, langue ou religion.

Le Prophète a mentionné, en parlant des grands péchés, le meurtre d’un homme que Dieu a interdit de tuer à moins que ce soit en droit.

( voir note 1 )

Un homme lui demanda : «  Quel est le crime le plus abominable ? C’est, répondit-il, de reconnaître un égal à Dieu qui t’as crée..[..] de tuer ton fils de peur qu’il ne mange avec toi, de forniquer avec la femme de ton voisin. » En confirmation de ses propos, Dieu révéla :

«  Ceux qui n’invoquent pas d’autres divinités que Dieu. Ceux qui ne tuent pas quelqu’un que Dieu a interdit de tuer. Ceux qui ne commettent pas l’adultère… »

Et lorsque Dieu évoque dans le Coran cette coutume pré – islamique qui autorisait les Arabes à enterrer leur fille vivante, à la naissance, quand ils n’en voulaient pas :

« et qu’on demandera à la fillette enterrée vivante pour quel péché elle a été tuée »

( sourate 81, At Takwir, L’obscurcissement, traduction du sens des versets 8 et 9 ) comment ne pas croire que l’islam préserve les innocents !

L’envoyé de Dieu a dit : « On ne tue pas une personne injustement, sans qu’une part ne retombe sur le premier fils d’Adam ( Caïn qui tua son frère Abel ), car le premier il décréta le meurtre. »

Il dit aussi : «  Celui qui tue un Dhimmi ( non-musulman vivant sous la protection des musulmans ) ne sentira pas l’odeur du Paradis, bien que l’on sente cette odeur à une distance de quarante années de marche. »

L’islam interdit également d’atteindre à sa propre vie. Donc pas de suicide ! Certains ne pourraient tuer personne d’autre mais le feraient pour eux même ( suite à un divorce, des problèmes d’argent, etc..) de nombreux hadiths du Prophète nous enseignent que « celui (celle) qui se jette d’une falaise, absorbe du poison, ou se frappe avec une arme blanche, répétera ce geste éternellement en enfer ».

A un homme qui n’a pas supporté sa blessure et s’est ôté la vie, Dieu dit :

« Mon serviteur a pris son âme et Moi Je lui interdis le Paradis. »

En conclusion, le meurtre est proscrit, et condamne son auteur ( ou le commanditaire) à l’expiation éternelle

Selon certains théologiens, il n’y a pas pire péché après le polythéisme et la négation de Dieu, que le meurtre. Il est donc bon que certains craignent Dieu et s’éloignent de cela.

A suivre…

Note du traducteur :

1 : La loi du talion ( qisas en arabe ) :

«  Nous l’avons prescrit dans la Thora : vie pour vie, œil pour œil, nez pour nez, oreille pour oreille, dent pour dent. Les blessures tombent sous la loi du Talion, mais celui qui abandonnera généreusement son droit, obtiendra l’expiation de ses fautes. »

( sourate 5, Al Maïda, La Table servie, traduction du sens du verset 45 )

Principe coranique, sans être une prérogative islamique ( Ancien Testament, Deutéronome 21 ) qui rend l’auteur du délit seul responsable de son acte et seul susceptible d’être puni. En effet, avant l’islam, chez les Arabes, on appliquait la vengeance sur n’importe quel membre du clan de celui qui, par exemple, avait infligé une blessure.

La loi du talion n’est pas une institution barbare. Elle l’est seulement pour celles et ceux qui veulent ignorer la nature humaine. Comme le précise l’imam HALITIM, « certaines associations sont contre cela, sans regarder la victime et n’ont de compassion que pour le bourreau. »

Connaissant cependant les inclinations de Ses créatures, Dieu réfréna la tendance à vouloir appliquer à l’adversaire des préjudices plus grands que ceux qu’il a connu. Dieu recommande donc d’être patient et, si cela est possible, d’abandonner les poursuites contre ceux qui nous ont causés du tort. Le Talion est donc autorisé, mais le pardon est recommandé :

«  Si vous châtiez, châtiez comme vous l’avez été. Mais si vous êtes patients, c’est mieux pour ceux qui sont patients. »

( sourate 16, An Nahl, Les Abeilles, traduction du sens du verset 126 ).

Enfin, le Prophète a dit : « Ne vous vengez pas outre mesure ».

Et Seul Allah sait !

Traduction : Moussa ALLEM

 

Monsieur Ibrahim HALITIM, imam

Mosquée El Feth

49, rue Suzanne Lannoy-Blin

59720 Louvroil

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Conseils et documentations pour les étudiants musulmans en médecine.

L’Islam peut-il être critiqué comme n’importe quelle religion ?