in

“Les Familles décimées”, un web-documentaire qui donne un visage et une voix aux victimes de Gaza

Deux ans après l’offensive israélienne meurtrière, savamment planifiée, qui largua sa pluie de bombes sur Gaza, provoquant un bain de sang et laissant derrière elle un paysage de désolation, loin des fallacieuses frappes chirurgicales derrière lesquelles s’était retranché le criminel de guerre Netanyahou avec un cynisme glacial, un web-documentaire a été réalisé, retraçant cette nouvelle page sombre de l’histoire tragique de la plus grande prison à ciel ouvert du monde.

Annoncé par l’association ACAT (Action des chrétiens pour l’abolition de la torture) qui assiste actuellement la famille palestinienne Shuheibar, douloureusement éprouvée par le deuil cruel de trois de ses enfants, dans sa procédure judiciaire entamée contre la firme française Exxelia Technologies pour «complicité de crimes de guerre» et «homicide involontaire», ce récit interactif d’un carnage qui hante encore les mémoires poursuit un double objectif : « susciter une prise de conscience pour une mobilisation réelle et redonner ainsi une voix aux victimes de Gaza ».

Les trois jeunes enfants Shuheibar tués par un missile qui ravagea leur maison, le 17 juillet 2014

A l’heure où la famille Shuheibar s’arme de courage et de persévérance pour traîner devant la justice française le fabricant français de composants électroniques, après qu’un petit capteur portant l’inscription « Eurofad – Paris – France » ait été retrouvé dans les débris du missile qui détruisit entièrement sa maison, le 17 juillet 2014, lui arrachant à jamais ses trois jeunes enfants âgés de 8, 9 et 10 ans, le documentaire intitulé "Obliterated families" ou "Familles décimées" invite à une immersion dans l’horreur d’un massacre qui ne doit rien au hasard, reconstituant sa chronologie précise, tout en brossant les portraits des victimes et des survivants.

Si l’on doit quelque chose au peuple martyr de Gaza, outre le fait de dénoncer sans relâche le sort inique et atroce qui lui est réservé, c’est bien le devoir de mémoire.

Nous vous proposons de visionner le premier web-documentaire du genre en cliquant sur le lien suivant http://obliteratedfamilies.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Maroc : la plus vieille bibliothèque du monde, fondée par une femme, a fait peau neuve

Le grand voyage d’Ibn Battuta: de Tanger à La Mecque (vidéo)