in

Le Sénat se prononce en faveur de la pénalisation de l’injure envers les Harkis

Le «pro-consul » du Languedoc-Roussillon, feu l’indétrônable Georges Frêche, fut longtemps la plus piquante épine dans la roseraie du PS, bien démuni face à ce trublion omnipotent, souverain d’un fief tout acquis au socialisme, mais à la faconde raciste aussi intarissable qu’inacceptable.

Harkis, musulmans, ainsi que ses administrés sans distinction, "ces cons, auprès de qui je fais campagne et  je ramasse des voix en masse", tous ont été la cible de ses injures désinhibées, qui n’avaient cure de heurter les sensibilités, tant son clientélisme lui  assurait un "règne à vie"…

L’imposante stature du stentor de la politique a quitté la scène de la vie fin 2010, et c’est aujourd’hui que le Sénat a voté à l’unanimité – hormis les communistes qui se sont abstenus – une proposition de loi présentée par l’UMP, par l’intermédiaire du sénateur de l’Hérault Raymond Couderc, pénalisant la diffamation et l'injure envers les Harkis.

La dimension politicienne de cette loi qui tombe à pic, à quelques encablures de la présidentielle, n’échappera à personne, même si sa portée est salutaire.

"Le texte est indispensable pour éviter que ne se reproduise l'impensable : les propos tenus par un élu de la République n'ont pas été condamnés", a souligné la rapporteure UMP Sophie Joissans dans une allusion à peine voilée à la saillie verbale de Georges Frêche, qui avait comparé les harkis à des "sous-hommes" en 2006.

On aurait aimé que la communauté musulmane de France soit également reconnue victime des déclarations publiques ignominieuses  de l’empereur de Montpellier, qui ne fut jamais à court d’analogies ordurières à son encontre : "Analphabètes", "fanatiques", "primates", "nazis", "interdiction du port du foulard", "tunnel entre Montpellier et Ouerzazate", entre autres formules chocs… Dans ce louable combat législatif, même mû par un électoralisme invétéré, c’est l’expression politique de la haine à l’égard de l’ensemble de la communauté nationale qui devrait être réduite au silence.

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. -En 1975, Monsieur Hocine LOUANCHI, avait 22 Ans,

    -ce qui fait qu’il est né à peu prés en 1953,

    -durant l’époque coloniale Française, dans les Année 60,

    -on avait à peu prés aussi le même âge,

    -à cette époque là, lui il savourais avec les autres enfants de harkis les exactions des harkis,

    -et de l’armée coloniale, contre la population algérienne,

    -moi de mon coté je manifestait avec les enfants de mon âge contre L’Algérie-Française,

    -ce qui était le contraire pour les harkis et fils,

    -ils étaient corps et âme pour L’Algérie-Française,

    -moi à l’époque, j’avais à peine 8 ans,

    -je ne regardais ni mon père, ni ma mère,

    -une fois qu’ils ont le dos tourné,

    -je sortait en courant dans la rue,

    -rejoindre les copains de mon âge,

    -où j’étais présent dans toutes les manifestations,

    -de Algérie Algérienne, Tahyia El Djazair,

    -Abat la France coloniale,

    -Abat L’ OAS, Abat Salan,

    -Ben Bella au Pouvoir,

    -De-gaule à l’abattoir, etc…,

    -et cela jusqu’à l’indépendance,

    -nous étions les enfants de la révolution et l’indépendance,

    -SI LA FRANCE AVAIT DE L’ESTIME POUR LES COLLABOS,

    -ELLE L’AURAIT AUSSI POUR LES HARKIS,

    -actuellement vous en voulez à la France,

    -de vous avoir parquer dans ces anciens,

    -Centres de Concentrations Nazis,

    -alors que vous deviez quoiqu’il en soit

    -l’a REMERCIER POUR SA GÉNÉROSITÉ,

    -DE VOUS AVOIR PARQUER DANS CE CAMP,

    -ALORS QUE VOUS MÉRITIEZ LE CAMP D AUSCHWITZ,

    -AVEC TOUTES LES COMMODITÉS QUI Y EXISTE,

    -SANS OUBLIER LE FOUR CRÉMATOIRE,

    -ET L’USINE DE SAVON POUR CHIENS GALEUX..

    -Quand on me parle d’humanité envers ces harkis,

    -je répond :

    -l’humanité demandez la à ces énergumènes,

    -de harkis et collabos,

    -Comment,un bestial Goumier Algérien traître,

    -et qui n’a d’Algérien que le nom,

    -arrivera a torturé inhumainement,

    -un autre algérien, frère que lui, innocent,

    -n’ayant rien a voir ni avec le colonialisme français,

    -ni avec les maquisards algériens,

    -jusqu’à le tuer et aura l’audace et le courage,

    -de torturé et violé les membres de sa famille,

    -ces harkis méritent une clémence et une humanité ! ! !,

    -ce qu’ils méritent c’est le four crématoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Deux têtes de cochon découvertes sur le chantier d’une mosquée à Nanterre

Maroc: 70 chômeurs menacent de se suicider