in

Le prince héritier de Dubaï fait don de 3 millions de dirhams à un Emirati, atteint d’un grave cancer

Le visage émacié par l’âpre combat qu’il livre contre la maladie depuis Houston, au Texas, l’Emirati Khalifa Dafoos Almehairi, dont les chances de survie se sont amenuisées au fil des mois, a retrouvé le sourire et des raisons d’y croire à nouveau, grâce à un tweet plein de bienfaits : celui posté vendredi par le prince héritier de Dubaï, Sheikh Hamdan ben Mohammed Al Maktoum, qui a été très touché par son appel lancé sur les réseaux sociaux.
Après avoir subi une opération du poumon particulièrement délicate et une chimiothérapie éprouvante qui s’est avérée, malheureusement, infructueuse, ce jeune père de famille sait que ses jours sont comptés, ses médecins américains ne lui ayant donné que trois ans à vivre. Loin de s’avouer vaincu devant le mal qui le ronge en profondeur depuis cinq longues années, il est prêt à tenter le traitement de la dernière chance de manière urgente.
Un traitement de pointe, lourd et onéreux à la fois, qui représente sans conteste le plus grand défi de son existence car, comme il l’a souligné sur son compte Instagram, il est « impossible d’obtenir une approbation officielle pour en bénéficier et je n’ai pas les moyens de me l’offrir ».
A l’ère de l’immédiateté de la communication sur des plateformes virtuelles sans frontières, Khalifa Dafoos Almehairi, qui n’a plus une minute à perdre, a cherché à sensibiliser un large public sur la Toile, à travers une campagne de collecte de fonds initiée sur GofundMe. Son vibrant SOS a été entendu au-delà de ses espérances, puisqu’en l’espace de trois jours seulement plus de 2 400 personnes ont apporté leur précieuse contribution, lui permettant de récolter la coquette somme de 576 000 euros en un temps record.
Selon les estimations de l’organisme de bienfaisance pour le cancer des Émirats arabes unis, Rahma, le coût d’une chimiothérapie peut avoisiner les 32 000 dirhams par mois (soit 7 435 € mensuels).
Véritable cerise sur le gâteau, alors que son message se propageait à la vitesse de la lumière, la main tendue du deuxième fils du souverain de Dubaï, Mohammed ben Rachid Al Maktoum, l’a comblé de bonheur. Le prince héritier de Dubaï, connu pour son implication auprès des jeunes malades atteints d’autisme en sa qualité de président du Dubaï Autism Center, s’est en effet engagé à financer ses frais médicaux à hauteur de 3 millions de dirhams.


« Vous êtes courageux et nous sommes de tout cœur avec vous », a écrit Sheikh Hamdan. Des mots qui ont fait chaud au cœur de Khalifa Dafoos Almehairi et dans lesquels il a puisé la force de sourire à nouveau à la vie, en souhaitant pouvoir la croquer à pleines dents un jour prochain, entouré de son fils de 4 ans et de son épouse.
Ainsi, dans une de ses dernières vidéos, c’est un trentenaire certes affaibli, mais se voulant résolument positif, qui a déclaré avec une lueur d’espoir dans les yeux : « le sourire est le secret de la guérison ».

‏. ?? الرابط في البايو ?? . ‏ ?? check the link in my bio ??

A post shared by خليفه محمد راشد دعفوس المهيري (@kdafoos) on

Publicité
Publicité
Publicité

6 commentaires

Laissez un commentaire
    • « les gens du golfe ne donne jamais au nom d’Allah » ?
      Mais pour s’assurer le paradis, il leur arrive de financer les groupes terroristes. (Sans jamais recevoir de réfugiés, même musulmans).
      Pourquoi croyez-vous qu’il n’y a jamais d’attentats dans les riches et pieux pays hypocrites du Golfe ?
      Là, je voudrais bien que la censure ne me censure pas comme souvent, car nous sommes en pleine hypocrisie religieuse. Et c’est votre problème.

      • Ce n’est pas de ça dont je parle,
        Tout le monde soutient les terroristes sauf les états terroristes.
        J’ai une réponse que oumma a censuré.
        Peut importe je fais avec , personne n’est le centre et les gens tournent autour.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Tariq Ramadan : « On nous refuse tout ! », s’indigne Me Marsigny sur RMC

Abraham (paix sur lui) face à son peuple : inférences logiques et vanité de l’idolâtrie