in

Le président de SOS Racisme de Dunkerque condamné à 8 mois ferme pour avoir défiguré son “ex”

Notre société française qui croule sous les préjugés délétères à l’encontre de l’islam, ravivés à dessein et sans répit, regorge pourtant de contradictions criantes qui devraient l’inciter à balayer devant sa porte avec humilité.

Etre président de SOS Racisme de la Flandre Côte d’Opale, en affichant son militantisme anti-violence, et se compromettre gravement en rouant de coups son ex-concubine jusqu’à la défigurer, est non seulement antinomique et extrêmement répréhensible, mais fait tache au sein de l’association qui a pignon sur rue, et dont on ne présente plus les instrumentalisations politiques et l’alignement pro-israélien systématique…

Cédant aux plus viles pulsions, Anthony Simati, un responsable régional de SOS Racisme, que l’on imagine être devenu soudainement très encombrant, a été incarcéré après avoir été condamné à une peine de huit mois ferme de prison.

C’est étrange comme l’indignation générale se fait silencieuse quand la manifestation de la violence, qui prend la femme pour un putching-ball, ne correspond pas à la fameuse équation banalisée qui l’associe inexorablement aux musulmans et aux banlieues ! Ils sont bien atones ceux qui s'en offusquent habituellement pour diaboliser l'islam, ne craignant pas de s'emparer d'un cas isolé pour en faire une généralité !

Le mutisme de NPNS, l’autre coquille vide associative, qui ne prend fait et cause pour le sexe faible que pour agiter le chiffon rouge de l’islamisation de nos quartiers, est à ce titre infiniment éloquent, comme toujours d’ailleurs…

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’extrême droite israélienne appelle à boycotter les commerces arabes de Jérusalem

Il faut protéger la cause palestinenne de ses «amis » !