in

Le plus grand quotidien israélien préconise une cyber-attaque contre la Cour Pénale Internationale

A défaut d’exécution extra-judiciaire à la Kashoggi, Israël devrait se livrer à une cyber-attaque contre la Cour Pénale Internationale (CPI) pour la dissuader de vouloir enquêter sur les crimes israéliens contre les Palestiniens, recommande le quotidien de Sheldon Adelson.

Son journal ‘Israel Hayom’, qui jouit de la plus large circulation en Israel, n’y va pas par quatre chemins : “il faut passer du langage légal à celui de la force”, écrit Ariel Kahana, du service “Diplomatique”.

“Plutôt que des contorsions légalistes (pour savoir si Fatou Bensouda a le droit ou pas d’enquêter sur les territoires palestiniens, NDLR), Israël devrait mettre Bensouda en situation de devoir expliquer à son personnel pourquoi tous les ordinateurs se retrouvent hors service un beau matin, ou pourquoi l’ensemble des archives de la CPI ont subitement disparu”, affirme ce journaliste.

Depuis une semaine, la CPI et sa procureure générale Fatou Bensouda, font couler beaucoup d’encre en Israël.

Publicité
Publicité

Netanyahou ne s’est pas contenté de la traiter d’antisémite comme tout un chacun qui ne dit pas amen à tout ce que fait Israël. Toute la société israélienne la critique et se sent directement concerné par ses accusations de crimes de guerre, car qui n’a pas “servi” dans l’armée israélienne, ou n’a pas de proches actuellement engagés dans l’armée d’occupation ?

Il y a 4 ans, un autre journal israélien, de moins grande diffusion, “Makor Rishon” (propriété de Israël Hayom) avait suggéré que l’on fasse subir à la ministre suédoise des affaires étrangères Margot Wallström, le “même traitement qu’à Bernadotte” (assassiné par l’extrême-droite juive), parce qu’elle avait osé mettre en cause les exécutions extra-judiciaires commises par Israël contre des Palestiniens.

En 2016, c’était l’ancien ministre de transports, devenu ministre des affaires étrangères, Yisrael Katz, qui avait réclamé des “éliminations civiles ciblées” contre les dirigeants du mouvement BDS, à l’occasion d’une conférence de presse sponsorisée par le journal Yediot Aharonot. (On s’était beaucoup inquiétés à l’époque pour la sécurité physique d’Omar Barghouti notamment)

“Et maintenant voici un appel à des hackers israéliens, et peut-être même à une unité militaire de cyber-attaque, comme l’unité 8200 des services secrets, afin de sauver Israel de ses oppresseurs à La Haye. Qui sait ce dont ils sont capables ?”, conclut Jonathan Ofir dans Mondoweiss.

Publicité
Publicité

(Traduit par CAPJPO-EuroPalestine)

Source : Jonathan Ofir, publié par Mondoweiss.net

CAPJPO-EuroPalestine

Voir également ci-dessous sur Oumma l’entretien avec le chirurgien Christophe Oberlin, portant sur la plainte pour crimes de guerre de la société civile palestinienne contre Israël. Une plainte qui avait été déposée mercredi 19 juillet 2017 auprès de la Cour Pénale Internationale de La Haye.

Publicité
Publicité

Plainte pour crimes de guerre contre Israël déposée ce mercre…

Plainte pour crimes de guerre contre Israël déposée ce mercredi 19 juillet 2017Au sommaire d'OummaTV, un entretien avec le chirurgien Christophe Oberlin qui revient sur la plainte pour crimes de guerre de la société civile palestinienne contre Israël. Une plainte qui a été déposée mercredi 19 juillet 2017 auprès de la Cour Pénale Internationale de La Haye.A partager absolument !!!!

Publiée par Oumma.com sur Mercredi 19 juillet 2017

Commentaires

Laissez un commentaire
  1. de toute façon ils pourront toujours hacker et méme eliminer physiquement ,la planete entiere connait leurs agissements ,ce n’ait pas un secret ,en outre les preuves sont sous nos yeux je veut parler des palestiniens comment vont -ils faire pour les effacer ,cela fait plus d’un demi siecle qu’ils s’y activent ,leurs forfaits et sous leurs nez

  2. A quand un journal d’un pays arabes ou un responsable d’un pays musulman, vont appeler ou proposer la liquidation physique de responsables israéliens.

    Car s’il y a bien une chose à faire dans l’immédiat c’e’st bien cela pour leur fermer le caquet une fois pour toutes.

  3. HALLUCINANT !!! Un peuple entier qui se croit au dessus des lois !!!
    Et Benyamin qui en remet une couche alors qu’il traine des casseroles plus grosses que lui !!
    Il n’y a vraiment personne capable de leur clouer le bec à ces assassins ???
    Ou va le monde ?

  4. Fake.
    Un état qui aurait l’intention de hacker une institution quelle qu’elle soit, ou un état tiers, ne laisserait jamais fuiter d’une manière ou d’une autre une telle info.
    Si cela arrivait un jour, ce qui est très hautement improbable à mon avis, le monde se trouverait un beau matin devant le fait accompli sans avoir eu à aucun moment le moindre soupçon un tant soit peu plausible.
    Enfin quelle serait la finalité d’une telle action et surtout quel serait son intérêt?
    Ce genre d’opération est réservé à certaines situations qui peuvent mettre certains leaderships à mal, et on est ici loin, très très loin d’un tel cas de figure.
    Le jeu n’en vaudrait pas la chandelle.
    D’autres solutions beaucoup plus faciles et moins onéreuses à mettre en place existent. Ce sont éventuellement celles-ci qui pourraient être mises en oeuvre et qui seraient amplement suffisantes et efficaces.
    Je pense notamment à une diplomatie active et plus musclée, au lobbying, à l’entrisme, au jeu des alliances, qui font généralement merveille dans ce genre de situation et ne coûtent rien, ou très peu.
    On ne se sert pas d’un marteau-pilon pour écraser une mouche.

  5. En fait, les archives importantes et secrètes sont souvent papier encore de nos jours et avec le cloud, il est très difficile d’effacer les données d’une institution qui prend ses précautions. La CPI a tout de même affaire à des États le plus souvent. Sauf s’il y a complicité de la CPI, le sionistan fait le fanfaron et cherche surtout à intimider et menacer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

0

Maroc: un journaliste arrêté pour un simple tweet

Angleterre : Ibrahim Yousaf, le plus jeune sujet jamais distingué par la Reine, lors des Honneurs du Nouvel An