in ,

Le gouvernement dissout la Coordination contre le racisme et l’islamophobie

Elle n’aura pas résisté longtemps au rouleau compresseur de la dissolution enclenché par le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, la Coordination contre le racisme et l’islamophobie (CRI) subit le même sort peu enviable qu’ont connu, avant elle, le CCIF et Baraka City : elle a été officiellement désagrégée hier, mercredi 20 octobre, en conseil des ministres.

Treize ans après son émergence dans l’Hexagone, la CRI est littéralement rayée de la carte, sous l’effet puissant du levier actionné par le gouvernement. Aux commandes, Gérald Darmanin brandit le décret, entériné par le Président de la République, qui lui a permis de faire disparaître du paysage associatif français la structure fondée en 2008 par le militant lyonnais, Abdelaziz Chaambi.

Marquée au fer rouge de « la haine, de la violence et de la discrimination », la CRI est accusée des pires maux par les autorités, lesquelles lui reprochent notamment d’« œuvrer activement, en particulier par l’intermédiaire des réseaux sociaux, à cultiver le soupçon d’islamophobie au sein de la société française ». « A cette fin, elle instrumentalise des évènements qu’elle présente comme islamophobes et utilise les réseaux sociaux comme vecteur de communication directe, ses publications visant à provoquer des réactions violentes et un sentiment de révolte auprès de son public ».

Publicité
Publicité
Publicité

A l’issue du conseil des ministres qui scella son sort, Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, lui asséna le coup de grâce lors de son point presse hebdomadaire, en déclarant que la CRI distille, dans ses propos, de « la haine et de l’antisémitisme ».

Scandalisée, l’association, dont Abdelaziz Chaambi est le fer de lance, voit dans cette dissolution la « preuve manifeste de l’islamophobie officielle ». « Ce qu’on nous reproche n’est rien d’autre que de nous exprimer librement et de défendre des victimes de l’islamophobie. Tout le monde connaît le sport national dans lequel Darmanin se veut le champion en dépassant Le Pen et Z », en référence à Eric Zemmour, s’est insurgée la CRI sur Twitter, tout en faisant part de son intention d’intenter un recours judiciaire pour démontrer « l’absurdité d’une telle décision politique ».

Publicité
Publicité
Publicité

Alors que la course effrénée à la présidentielle a déjà démarré, en ne nous épargnant aucun dérapage odieux, on aimerait bien que Gérald Darmanin, le ministre chargé d’actionner la machine infernale à dissoudre les associations luttant contre l’islamophobie, mette autant d’énergie, si ce n’est plus, à stopper net la percée politique intolérable, effrayante, et en tout point indigne des valeurs républicaines, de l’un des fauteurs de troubles les plus dangereux et pervers qui soient : le multirécidiviste de la haine et du racisme, Eric Zemmour.

Condamné à maintes reprises par la justice, furieusement islamophobe, xénophobe, homophobe, misogyne, et plus étrangement pétainiste, alertant à tous les micros sur l’imminence d’une guerre civile qu’il appelle secrètement de ses vœux, ce triste sire des salons feutrés du parisianisme, dont le visage est défiguré par la haine, jouit, lui, d’une complaisance de la part des hautes sphères aussi excessive que blâmable.

Et pourtant, son ascension sur la scène publique en horrifie plus d’un, dans la sphère intellectuelle, journalistique et politique, jusqu’au sein même du gouvernement.

6 commentaires

Laissez un commentaire
  1. @Leroy
    Je peux critiquer le e, judaïsme , le christianisme, le bouddhisme et tout ce qui vous passe par la tete,, avec logique , certitude et vérité.

    Et pourtant, je ne le fait pas. Pourquoi

    La liberté du culte et le libre choix de l’homme , impose à l’homme de respecter le choix des autres, même s’il est faux.
    En matière religion, seul dieu est juge.

  2. Le racisme et l’islamophobie sont deux maux différents.

    Le racisme ne dérange pas les pouvoirs en place, au contraire on s’en sert dans la politique.
    L’islamophobie , pour le pouvoir, reste le seul obstacle au libre choix de l’homme.

    D’après mon expérience, et sans prétendre avoir raison, un noir musulman ne m’inspire aucun racisme, parce que je voie en ce noir, Bilal le compagnon du prophète.

    D’aprés mon expérience et toujours sans prétendre avoir raison, l’islamophobie est une monnaie courante, plus chez les noirs non musulmans que que chez les blanc non musulmans.

    C’est l’héritage qu’a laissé l’Europe en Afrique, on a remplacé le marché des esclaves par l’islamophobie.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Le députe d’extrême droite Itamar Ben Gvir a essayé d’attaquer un gréviste palestinien de la faim dans sa chambre d’hôpital !

Béatrice Giblin, géographe sur le grand remplacement : « La France musulmane c’est scandaleusement faux. »