in ,

Le footballeur Demba Ba heureux de jouer en Turquie, sur une terre d’islam

De retour en Turquie, où toutes ses pensées accompagneront ce soir les Lions du Sénégal, dont il espère qu’ils se révéleront indomptables au Caire, lors de la finale de la CAN 2019, Demba Ba est un footballeur musulman heureux et qui ne s’en cache pas…

Prêté par le club chinois Shangai Shenhua auquel il est lié par contrat jusqu’en 2022, l’international sénégalais, né à Sèvres, dans les Hauts-de-Seine, est tout à sa joie de fouler à nouveau le sol d’une terre d’islam, sur laquelle il s’était illustré en 2016 en remportant la Süper Lig turque.

Ce globe-trotter du ballon rond goûte avec bonheur à une liberté précieuse, qu’il a senti de plus en plus menacée, pour ne pas dire en péril, dans les différents pays européens où il a fait escale, de la France à la Belgique, en passant par l’Allemagne : pouvoir accomplir son devoir religieux sereinement, se rendre à la mosquée aussi souvent qu’il le souhaite, observer le jeûne du Ramadan en toute quiétude, sans être en butte aux préjugés islamophobes, sournois ou décomplexés.

Connu pour sa dévotion envers Allah, Demba Ba, qui a coutume de se prosterner sur le terrain quand il marque un but, en signe de sa gratitude à l’égard du Très-Haut, est visiblement ravi de l’opportunité qui lui a été offerte de défendre les couleurs de l’Istanbul Başakşehir en sa qualité d’attaquant.

Publicité

« Je suis musulman et je suis très heureux de jouer à nouveau en Turquie. La Turquie garantit la liberté religieuse. Je peux aller à la mosquée pour prier quand je veux et ça c’est inestimable », a-t-il récemment déclaré.

S’il reconnaît que sa notoriété a constitué un rempart contre l’islamophobie galopante qui sévit en Europe, le footballeur de 34 ans dénonce avec d’autant plus de vigueur la stigmatisation incessante qui frappe la plupart des musulmans ordinaires, sans garde-fous.

« Je n’ai jamais rencontré de problème particulier, parce que j’étais connu et que c’était plus difficile de me juger ou de me dénigrer pour mes convictions religieuses. Même si certains responsables de clubs ont voulu m’interdire de jeûner pendant le Ramadan, comme à d’autres de mes collègues musulmans », a-t-il relaté, tout en se disant scandalisé par la diabolisation permanente des femmes voilées sur le Vieux Continent.

Publicité

« Ici, en Turquie, les femmes sont libres de porter leur foulard ou de ne pas le porter », a-t-il souligné. Demba Ba est un footballeur musulman heureux d’avoir la chance de jouer de l’autre côté du Bosphore, dans la cité où se dresse fièrement la somptueuse Mosquée Bleue. Et cela s’entend et se voit.

Publicité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Sadio Mané : “Inchallah, on va battre l’Algérie en finale”

L’Algérie remporte la CAN, 29 ans après !