in ,

Frédéric Omar Kanouté veut doter Séville de sa première Grande Mosquée depuis 700 ans

Admiré pour avoir de l’or au bout des pieds et, plus encore, pour son cœur d’or, Frédéric Omar Kanouté, le footballeur franco-malien entré dans la légende du FC Séville, reste très attaché à la capitale flamboyante de l’Andalousie, où il enflamma les foules pendant 7 ans et
laissa un souvenir ému aux fidèles de la mosquée qu’il fréquentait assidûment.

Près de 12 ans se sont écoulés depuis que l’un des meilleurs attaquants africains de tous les temps, et musulman très pieux, ne pouvant se résoudre à la fermeture de la Fundacion Mezquita de Sevilla, fit une précieuse donation qui sauva ses coreligionnaires d’une expulsion certaine : il versa la coquette somme de 700 000 dollars au propriétaire des lieux qui cherchait alors à vendre.

« En tant que musulman, la première chose que vous faites lorsque vous arrivez dans une nouvelle ville, c’est de trouver un endroit pour prier. Et ce fut la mosquée appelée temporaire, où tous les vendredis se recueillait une communauté musulmane fantastique, riche de sa diversité, mêlant des Algériens, Marocains, Sénégalais, Maliens et des Espagnols convertis à l’islam », a-t-il relaté récemment avec émotion.

Une décennie après ce beau geste accompli naturellement, avec l’humilité du croyant, dont il n’a tiré aucune gloire, mais seulement l’indicible bonheur d’« avoir aidé » ses coreligionnaires « à garder leur lieu de culte », Frédéric Omar Kanouté s’investit pleinement dans un projet d’envergure, cher à son coeur : la construction d’une mosquée flambant neuve, se déployant sur trois étages et comprenant un vaste parking attenant, en plein cœur de Séville.

Publicité

Instigateur de la campagne Kanoute 4 Seville Mosque campaign, l’ancienne star du ballon rond ne ménage pas ses efforts pour collecter les 300 000 euros qu’il s’est fixé comme objectif, épaulé par deux soutiens de poids : les Espagnols Ibrahim Hernandez et Luqman Nieto, respectivement président et vice-président de la Fondation pour la Mosquée de Séville, lesquels se réjouissent d’avoir, à leurs côtés, un ambassadeur d’une telle aura et grandeur d’âme.

                      Frédéric Kanouté entouré d’Ibrahim Hernandez et Luqman Nieto

Le lien indéfectible que Frédéric Omar Kanouté a établi avec Séville, fasciné par la foisonnante histoire millénaire de ce qui fut jadis le haut-lieu culturel d’Al-Andalus, s’est renforcé avec ce projet de mosquée dont il se fait l’ardent promoteur, notamment auprès d’autres grands noms du football.

Il est heureux de pouvoir compter entre autres sur Abdoulaye Doucouré, milieu de terrain à Watford, Benjamin Mendy, défenseur à Manchester City, ou encore Abou Diaby, l’ancien joueur d’Arsenal, pour soutenir financièrement et appeler à soutenir un vaste chantier à forte valeur historique : l’édification de la première Grande Mosquée de Séville depuis 700 ans.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

10 commentaires

Laissez un commentaire
  1. J’ai juste dit qu’avant l’Islam l’Andalousie était chrétienne.
    Je ne fais pas l’apologie des wisigoths ni ne nie l’apport culturel scientifique et architural de cette période d’or de l’Islam. Côté dhimi il y aurait aussi à dire.
    Le danger vient de la propagande de daesh qui considère que l’Andalousie est terre d’Islam volée par les espagnols et à reconquérir. Je tenais donc à remettre les choses dans l’ordre historique.

    • Détrompez-vous. L’Espagne n’était pas chrétienne avant cela, ce sont les wisigoths qui l’étaient. Le statut de dhimmi ne combattait pas et ne payait pas l’impôt du zakat bien plus élevé. L’argent récolté servait à leurs lieux de cultes et leur protection contre les wisigoths par exemple. Il ne faut pas oublier que les andalous étaient des libérateurs.
      C’est l’inquisition post-andalousie qui a christianiser de force entièrement l’Espagne.

      US-DAESH est un danger pour les musulmans pas pour l’Espagne. Sauf si un jour les USA deviennent ennemis jurés des espagnols, je ne vois aucun risque. D’ailleurs, sans soutien de l’US-OTAN, daesh morderait la poussière en moins de deux.

  2. Toute l’architecture, culture et tradition espagnoles les plus anciennes sont originaires de l’Andalousie. Même leur éducation et leur façon de vivre.
    Les wisigoths n’étaient que de vulgaires pilleurs et assassins étrangers au pays. Quant aux nouveaux conquérants, ils n’apportèrent qu’inquisition et moyen-âge avant qu’une nouvelle Espagne n’émerge grâce à la renaissance (plutôt rapide) de l’héritage andalous.
    Les mauvaises langues sont souvent ignorantes à défaut d’être haineuses ou dérangées.

  3. j’espère que cette mosquée sera dans le style architectural du pays, de la même façon que les musulmans chinois ont leurs mosquées dans le style du pays.
    Dieu n’a jamais exigé de coupole stupide. et ce style est notamment retrouvé chez les Grecs byzantins, donc pour qui y voit là l’Islam pur …

    • Quelles origines ?
      Avant l’invasion musulmane il y avait les wisigoths chrétiens, c’est pourquoi on parle,avec les rois catholiques, de reconquista et non de conquista.

      • Oui mais avec les wisigoths, l’Espagne était dans l’ombre de l’Histoire. Elle a connu un rayonnement universel et pluriséculaire, grâce à l’islam et uniquement durant cette période musulmane, n’en déplaise aux esprits faibles! Après la “reconquista”, on n’a plus parlé d’age d’or de l’Andalousie, et l’Espagne n’était plus l’épicentre des sciences et des lettres, et du raffinement… D’ailleurs les Espagnols d’Andalousie qui quittent le christianisme pour se convertir à l’islam (va voir youtube, pas BFM), parlent de retour aux sources, à leurs origines. Ils ne pensent à aucun moment à revenir au temps des wisigoths, qui n’ont laissé qu’une poussière historique. Désolé pour ta sensibilité vis à vis de l’islam. On a le droit d’être islamophobe, mais encore faut-il être honnête, ce qui semble être une contradiction en soi!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Quelle sera la date de l’Aid el-Fitr 2019 ?

Canada : le Ramadan propice à la consolidation des relations entre musulmans et chrétiens