in

Le dialogue des civilisations reste notre voie

Nous sommes en train de vivre les effets du « choc des ignorances », de la désinformation et de la régression de la pensée. Notre devoir d’intellectuels est de dénouer les nœuds et de bâtir des ponts, au sein des nations et entre elles. Les enjeux du vivre ensemble concernent tous les peuples. Une prise de conscience est en cours. La haine fait le jeu de ceux qui veulent asservir.

Le système des relations internationales est déréglé. L’humanité est malmenée. Cependant, les peuples refusent les logiques de confrontation. Cela constitue une opportunité pour rechercher ensemble une nouvelle mondialisation qui ne soit ni domination, ni nivellement, ni uniformisation. Aucun monde n’a le droit d’imposer ses mœurs et ses perceptions.

Publicité
Publicité
Publicité

La banalisation violente du discours haineux à l’encontre d’autrui est funeste. En Occident, nombre d’intellectuels, de politiciens et de médias se cachent derrière le droit sacro-saint de la liberté d’expression, le droit à la critique des religions et des croyants pour dénigrer et fracturer (1).

Diabolisation et essentialisation rappellent les sombres années trente. Si personne ne peut nier les problèmes des sociétés musulmanes et des quartiers défavorisés en Occident, ce n’est pas par l’amalgame et l’anathème que l’on va les résoudre.

Pourquoi tant de haine contre l’altérité ?

Alors qu’aucune identité n’est ni figée ni monolithique et qu’il n’y a pas d’hostilité entre unité et pluralité, entre foi et raison, pas plus qu’entre citoyenneté et religion, opposer ce qui n’est pas opposable et tenter d’imposer aux peuples le reniement de leur attachement à leur mémoire et à leurs valeurs est dévastateur. Pourquoi tant de haine contre l’altérité ?

Premièrement, c’est une diversion. L’ordre mondial a fabriqué l’idéologie mortifère du « choc des civilisations » et la figure d’un ennemi pour faire diversion à son ambition d’hégémonie totale. Il masque le fait que l’humanité est confrontée à une fin de civilisation, à la déshumanisation, à la déspiritualisation et à la dépolitisation. Ce prétendu ordre consiste à faire oublier les vrais problèmes politiques, économiques, éthiques et, avec eux, ses contradictions.

Deuxièmement, la vivacité et la diversité des peuples dérangent, car elles reposent des questions de fond. Comme le souligne Hannah Arendt, dans un climat totalitaire « la provocation … devient une façon de se comporter avec son voisin. » La haine n’est pas seulement due à la méconnaissance et aux dérives des rigoristes.

Troisièmement, ce sont des attaques contre l’idée de Cité républicaine. Le besoin de liberté, d’égalité et de fraternité est nié. C’est la remise en cause de la démocratie. La haine prépare la tyrannie et vise à justifier les relégations. Ce terrorisme intellectuel gagne aussi du terrain grâce à la complaisance d’autorités morales censées défendre la paix et la liberté religieuse. Ce qui est en danger c’est la convivialité, c’est la possibilité de chercher ensemble le bien commun.

Selon son interprétation et son mode d’application, la religion peut être source de bonheur autant que de malheur. Tout comme l’autre dimension de l’existence, la raison, peut être source de progrès ou de barbarie. On ne peut accepter que des peuples et des communautés soient vilipendés. La  culture des Lumières et celle abrahamique ne méprisent pas l’altérité.

Nul ne peut faire de la rationalité et de l’humanisme les traits distinctifs d’une seule région du monde, ou d’une seule culture. Le prétendre, c’est travestir la vérité historique et la réalité. Autour de la Méditerranée, notre civilisation commune était judéo-islamo-chrétienne et gréco-arabo-romaine. Les monstruosités des régimes archaïques et des sectes sont le résultat des contradictions de notre époque.  « L‘islamisme »n’est pas un autre islam, c’est l’anti-islam.

Discerner

L’Occident est mis à l’épreuve par ses minorités et par le reste du monde. Sa compréhension des autres reste marquée par l’ethnocentrisme. Sa puissance matérielle, ses avancées technoscientifiques et son hyper-sécularisation lui ont fait perdre de vue le sens de l’humilité.

La relation interhumaine, le lien social, sont sapés. En ces temps difficiles, le bon sens n’est plus à l’œuvre.  Les fondements du vivre ensemble et les lois de la nature sont attaqués. Les sociétés sont désorientées.  L’alternative n’est pas dans les modèles réactionnaires et autoritaires.

Les pays du Sud ont à tirer les leçons de leurs parcours ambivalents. Il leur faut bâtir une société du juste milieu, qui articule modernité et authenticité .L’interconnaissance et l’union des bonnes volontés éveillent les consciences au discernement. Le dialogue des civilisations reste notre voie.

M.C est philosophe, lauréat du prix Unesco du Dialogue des cultures, auteur notamment, Islam-Occident, éditions Odile Jacob, 2006

(1) Michel Onfray, Michel Houellebecq

Publicité
Publicité
Publicité

 

2 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Cette brillante analyse du Pr M Chérif qui prend de la hauteur de vue démasque ceux qui haïssent l’altérité ! Le Pr M Chérif démontre que les causes sont profondes et il nous les explique ! Il propose des pistes de bon sens pour sortir de l’impasse dans laquelle se trouve le monde. Remarquable !

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Achraf Hakimi, élu Meilleur sportif arabe de l’année, a accompli la Omra

255 Saoudiennes d’exception rejoignent les Forces de sécurité du Hajj et de la Omra