in

Le décès tragique d’une Marocaine attise les passions anti-voile au Québec

Tragique et bouleversant, le décès violent de Naima Rharouity, une mère de famille de 47 ans, survenu jeudi 30 janvier dans l’escalier roulant du métro de Montréal, a suscité une profonde émotion au sein de la communauté marocaine du Québec, tout en posant question aux autorités locales qui sont à pied d’œuvre pour éclaircir les circonstances exactes de ce qui semble être, selon les premiers éléments de l’enquête, un accident dramatique.

Retrouvée morte, étranglée par son foulard qui se serait bloqué dans le mécanisme de l’escalator, la fin atroce de cette maman de deux enfants frappe d’autant plus cruellement toute une famille que le mari et père s’envolait au même moment pour le Maroc, affecté par une autre épreuve douloureuse : le deuil de sa propre mère.

Comme si cette tragédie n’était pas suffisamment insoutenable pour une seule et même famille, alors même que la police est incapable de reconstituer le déroulement précis des faits, certaines zones d’ombre n’étant pas encore dissipées, il aura fallu qu’une déferlante de haine enflamme la Toile après que la presse ait indiqué que la victime portait le hijab.  

La Belle province est, en effet, à son tour, polluée par des joutes politiciennes houleuses, certains grands cousins s’inspirant de la laïcité répressive à la française, érigée en modèle, pour faire voter aux forceps une charte des valeurs québécoises très peu consensuelle et franchement hostile à la visibilité musulmane. Un climat hautement délétère qui a donné la pleine mesure de sa toxicité en n’ayant aucune compassion pour une famille très éprouvée, mais au contraire en redoublant d’animosité à son encontre, à la seule évocation du voile qui cristallise des passions ignobles.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le vote musulman existe-t-il ?

Dubaï s’attelle à la construction du premier parc d’attractions dédié au Saint Coran