in

Dubaï s’attelle à la construction du premier parc d’attractions dédié au Saint Coran

Grands bâtisseurs devant l’Eternel, les émirats du Golfe ne sont jamais à court d’idées pour faire jaillir de terre des projets renversants qui défient les hauteurs et laissent bouche bée le gotha occidental attiré par tout ce qui brille, les parcs à thème, décidément dans l’air du temps, germant dans les esprits avant de fleurir en plein désert, à l’image de l’édification du futur parc d’attractions dédié au Coran à laquelle Dubaï s’attelle énergiquement.

Après l’Arabie saoudite qui a fait sensation en 2012, mais aussi défrayé la chronique interne, en annonçant la construction d’un immense parc grand public en hommage au Prophète, conçu comme une véritable cité pédagogique et religieuse s’étendant entre la Mecque et Djeddah, Dubaï, flairant la thématique porteuse, se lance à son tour dans l’aventure du tourisme familial, éducatif et ludique à la fois, comme l’assurent les autorités.

Les curieux pourront juger sur pièces prochainement, mais il leur faudra encore s’armer de patience jusqu’à septembre 2015, et non plus 2014, avant de pénétrer dans l’unique complexe au monde consacré au Livre Saint, que l’on imagine à la pointe de la technologie et gigantesque, alors que la troisième phase des travaux vient tout juste de démarrer.

Présenté par les autorités de Dubaï comme "l’un des plus prestigieux" chantiers jamais réalisés par l’émirat, ce grand projet aux nobles ambitions, comme l’affirme avec enthousiasme son plus fervent promoteur, Hussain Nasser Lootah, le directeur général de la municipalité, lequel insiste sur "le point de vue strictement islamique" qui a présidé à l’élaboration de son concept, s’évalue à l’aune de son coût : un investissement à hauteur de 26 millions de dirhams (AED), soit plus de 5 millions d'euros.

En immersion dans ce parc luxuriant de 64 hectares, les visiteurs pourront s’imprégner des  "miracles du Coran", ainsi que le prétend Hussain Nasser Lootah, au cours d’un parcours initiatique regorgeant de belles surprises, dans lequel la botanique aura toute sa place, puisque le public pourra s’émerveiller devant les 51 variétés de plantes "mentionnées dans le Coran".

Un jardin islamique, une aire de jeux pour enfants, un coin omra, un théâtre en extérieur, un espace spécial "miracles du Coran", des fontaines, des oasis de palmiers, un lac, des chemins pour courir ou faire du vélo…, composeront le "Holy Quran Park", dont on se demande s’il tiendra toutes ses promesses et notamment celle de ne pas verser dans un Disneyland aseptisé…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le décès tragique d’une Marocaine attise les passions anti-voile au Québec

Je suis musulmane, ne paniquez pas ! (vidéo)