in

Le CRIF ne représente pas les Juifs de France. Il nous mène à la catastrophe.

 L’Union Française Juive pour la Paix s’adresse solennellement aux Juifs de France.

Donald Trump vient de violer un peu plus le droit international en reconnaissant Jérusalem comme capitale d’Israël et en mettant fin pour longtemps à toute perspective de paix fondée sur l’égalité des droits et la justice au Proche-Orient.

Il confirme son alignement complet sur les Chrétiens sionistes américains (qui sont des antisémites) et sur un gouvernement israélien d’extrême droite qui a totalement libéré la parole raciste ou la déshumanisation de « l’Autre ».

La dernière déclaration du CRIF demandant que la France imite Trump est ahurissante.

Le CRIF est issu de la résistance. Il a été fondé avec le souci de représenter les Juifs de France dans toute leur diversité après le génocide nazi. Cette diversité était encore perceptible quand Théo Klein en était le président (1983-89). Théo Klein a rompu avec le CRIF en 2012.

Le CRIF est devenu, à l’image de l’AIPAC aux Etats-Unis, une officine totalement inféodée à l’extrême droite israélienne. En 2001, l’ancien président Bush avait déclaré « la guerre du bien contre le mal », le mal étant les Arabes, les musulmans, le Tiers-monde. Le CRIF essaie d’enrôler les Juifs de France dans ce camp-là, ce qui est une rupture complète avec leur histoire. L’histoire des Juifs de France, c’est la lutte pour l’émancipation. Elle est marquée par l’acquisition de la citoyenneté pendant la Révolution Française, par l’Affaire Dreyfus pendant laquelle les Juifs ont reçu le soutien de la partie progressiste de la société française, par la résistance juive au nazisme, par l’engagement massif de Juifs dans des combats pour l’égalité et la justice sociale.

Faut-il énumérer les actes les plus scandaleux et les déclarations racistes du CRIF ?
En 2002, l’ancien président du CRIF Cukierman a déclaré que le score de Le Pen était « un message aux musulmans leur indiquant de se tenir tranquilles ». Le 31 décembre 2016, William-Gilles Goldnadel, par ailleurs avocat de Florian Philippot et Patrick Buisson (qui a dirigé pendant des années le torchon antisémite « Minute ») explique que : « des colonies de peuplement, contre l’avis des autochtones, il y en a en Seine Saint-Denis. Un Juif est moins étranger en Judée ».

Faut-il rappeler les campagnes haineuses contre Jean Ferrat (dont le père a été assassiné à Auschwitz) accusé d’avoir écrit une chanson antisémite (Nuits et Brouillard !) ? Ou la campagne contre Charles Enderlin accusé d’avoir « trafiqué » les images sur la mort du petit Mohammed al-Dura à Gaza en 2000 ?

Faut-il rappeler ces « dîners du CRIF » où les responsables politiques qui le souhaitent s’y rendent, mais se doivent de faire allégeance et où les rares autres responsables qui osent émettre le moindre doute sur la politique israélienne se font instantanément traiter d’antisémites ?

Non seulement le CRIF soutient une politique raciste contre les Arabes et criminelle contre les Palestiniens, mais cette politique est totalement suicidaire pour les Juifs que le CRIF met sciemment en danger. Cette politique tourne délibérément le dos à la demande légitime de sécurité à laquelle elle prétend répondre.

Quand Nétanyahou explique aux Juifs de France que leur pays, c’est Israël et qu’ils doivent partir, on est ahuri du silence d’approbation du CRIF : aucun antisémite depuis Vichy n’avait osé dire aux Juifs qu’ils n’étaient pas chez eux en France. Est-ce la position du CRIF ? Le CRIF soutient-il la loi qui va être présentée à la Knesset faisant d’Israël l’Etat-Nation du peuple juif, excluant les Palestiniens et transformant les Juifs de France en étrangers dans leur propre pays ?

Quand Nétanyahou fait une déclaration totalement négationniste (21 octobre 2015) à savoir qu’Hitler ne voulait pas exterminer les Juifs et que c’est le grand Mufti qui lui aurait soufflé cette solution, on est stupéfait par le silence du CRIF, qui prétend pourtant défendre la mémoire du génocide.

L’UJFP s’adresse aux Juifs de France : vous avez une histoire, une mémoire, des identités multiples. Votre place n’est pas au côté d’une officine raciste qui soutient inconditionnellement l’occupation et la destruction de la Palestine. Officine qui essaie de vous séparer des victimes du racisme quotidien.

Si vous n’êtes pas persuadés que la politique du CRIF est immorale et tourne le dos à toutes les valeurs juives, soyez persuadés qu’elle vous met sciemment en danger.

La place des Juifs de France, c’est d’être au côté de toutes les victimes du racisme ou du colonialisme, c’est d’être pour le « vivre ensemble » et l’égalité des droits. En France et au Proche-Orient.

Le Bureau national de l’UJFP le 8 décembre 2017

 

17 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Js vous tire chapeaux rien que d’être des gens honnettes et dire la stricte vérité sur la politique américaine et israélienne sionnistes…la majorité peuple juif est contre cette politique suivie par des organisations criminelles telles que les états unies d’amérique et israél…contre la distruction de la vraie histoire de jérusalem et la palestine jusqu’au là etait toujours une terre de paix et de respect entre juifs, chrétiens rt musulmans a travers des siècles et cette bande d’hatés qui se couvrent par la grande religion juive pour déffendre leurs intérêts politique raciale et coloniales seront toujours dans les poubelles de l’histoire tout jamais ..
    Grand mervi a la communauté juive de france

  2. A la lecture de cet article publié par l’UFJP j’ai éprouvé un sentiment d’apaisement et surtout d’espoir. Des justes, des gens de bien et de valeur existent encore sur cette terre.
    Puisse Dieu vous aider dans votre noble tâche.

    • Oui mais en france les juifs ont compris et le crif de netaniaou est entrain de faire pression sur les dirigeants pour sue l.antisionisme est de l.antisemetsme cache sa commence il n.ecoute pas les juifs qui se disent juifs et pas sioniste

  3. A part cette position noble et concrètement, pourquoi n’ira-t-on pas à appeler les juifs de france de jeter leur carte du crif? et pourquoi n’organise-t-on pas une manif commune citoyenne musulmans-juifs?.
    Une telle démonstration privera la racaille pseudo-musulmane et la racaille sioniste de l’idée d’avoir une base populaire

  4. -ET UN TÉMOIN DE LA FAMILLE DE CELLE-CI,

    -TÉMOIGNA :

    -“Nous devons tout faire pour nous assurer,

    -qu’ils (les Palestiniens” ne reviendront jamais.”

    -David Ben-Gourion, dans son journal, 18 Juillet 1948,

    -cité dans le livre de Michael Bar Zohar :

    -“Ben-Gourion : le Prophète Armé”, Prentice-Hall, 1967, p. 157.

    -Ben Gourion prévenait également en 1948 :

    -En assurant À ses copains Sionistes,

    -que les palestiniens ne reviendraient jamais à leurs maisons :

    -“Les vieux mourront et les jeunes oublieront.”

    http://partiantisioniste.org/wp-content/uploads/2015/09/20150728-NO-COMMENT-BEN-GOURION.jpg

  5. -ET UN TÉMOIN DE LA FAMILLE DE CELLE-CI,

    -TÉMOIGNA :

    -“Nous devrions nous préparer A lancer l’offensive.

    -Notre but est d’écraser le Liban,

    -la Transjordanie (Jordanie) et la Syrie.

    -Le point faible c’est le Liban,

    -car le régime musulman y est artificiel,

    -et il nous sera facile de le miner.

    -Nous y établirons un Etat chrétien,

    -puis nous écraserons la Légion Arabe,

    -nous éliminerons la Transjordanie (Jordanie);

    -la Syrie tombera entre nos mains.

    -Nous bombarderons alors,

    -et avancerons pour prendre Port-Saïd,

    -Alexandrie et le Sinaï.” (50)

    -David Ben-Gourion, mai 1948, au Chef d’Etat-Major.

    -De Ben-Gourion, une Biographie, par Michael Ben-Zohar,

    -Delacorte, New York 1978.

    https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTmiRM1Zea04L-E50vIIevXaLUujozGScv9dq7DDqWKuonA2_bQ

  6. /-ET UN TÉMOIN DE LA FAMILLE DE CELLE-CI,

    -TÉMOIGNA :

    -Le 5 octobre 1937,

    -Ben-Gourion écrivait dans une lettre à son fils,

    -Amos, âgé de 16 ans :

    -“Nous devons expulser les Arabes et prendre leur place….

    -Et, si nous devons utiliser la force,

    -non pas pour déposséder les Arabes du Negev et de la Transjordanie,

    -mais pour garantir notre propre droit a nous installer dans ces lieux,

    – puis nous avons la force à notre disposition.”

    -“il est très possible que les Arabes des pays voisins,

    – viendront les aider contre nous.

    -Mais notre force sera supérieure à la leur.

    -Non seulement parce que nous serons mieux organisés et mieux équipés,

    -mais parce que derrière nous,

    -il y a une plus grande force encore, supérieure en quantité et en qualité…

    -l’ensemble de la génération plus jeune des Juifs d’Europe et d’Amérique.”

    -Ben-Gourion, Zichronot [Mémoires],

    -Vol. 4, p.297-299, p. 330-331.

    -Voir également : Teveth, Ben-Gourion,

    -et les Palestiniens Arabes, p. 182-189

    https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRWYbYokLVoruS-1ou0pYSaTBz0qZtD3KLA8vDmcbADpEYVY4V19g

  7. -ET UN TÉMOIN DE LA FAMILLE DE CELLE-CI,

    -TÉMOIGNA :

    -Ben-Gourion dans un discours,

    -au Comité Central de la Histadrut le 30 décembre 1947 :

    -Dans le secteur assigné à l’Etat Juif,

    -il n’y a pas plus de 520.000 juifs,

    -et environ 350.000 Non-Juifs,

    -en grande partie des Arabes.

    -Avec les Juifs de Jérusalem,

    -la population totale de l’Etat Juif,

    -à l’époque de son établissement sera d’environ un million,

    -incluant presque 40% de Non-Juifs.

    -Une telle composition (de la population),

    -ne fournit pas une base stable pour un Etat Juif.

    -Ce fait (démographique) doit être vu dans toute sa clarté et avec finesse.

    -Avec une telle composition de (population),

    -il ne peut même pas y avoir de certitude absolue que le contrôle,

    -restera entre les mains de la majorité juive….

    -Il ne peut y avoir aucun Etat Juif stable,

    -et fort sans majorité juive d’au moins 60%.

    -Le 6 février 1948, pendant un Conseil du parti du Mapai,

    -Ben-Gourion a répondu a une remarque d’un membre de l’assistance que :

    -“Nous n’y avons aucune terre”,

    -(dans les collines et les montagnes à l’ouest de Jérusalem) en disant :

    -“La guerre nous donnera la terre.

    -Les concepts de “n’être” et de “pas,

    -nous” sont des concepts de paix, seulement,

    -et en temps de guerre, ils perdent leur signification entière ”

    -(Ben-Gourion, Journal intime De Guerre,

    -Vol. 1, date d’entrée le 6 février 1948. p.211)

    https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcR0n_hZ9mFWMjtxs9do_x9QMmLCdtMz5CwgfNIlV609W8MoYGTS

  8. Salam , merci à Oumma.com d’ouvrir ses colonnes à l’U.J.F.P. , à ses lecteurs qui ont partagés ce
    communiqué et à ceux qui l’ont commenté avec talent , que Dieu les aident.Amîn.

  9. Bonjour.
    J’ai eu l’occasion d’évoquer cette question de la “représentativité” en 2003, lors d’un colloque sur l’affaire Dreyfus (à Springfield, Ohio) où j’intervenais. Les présents, qui s’attendaient peut-être à m’entendre chanter cocorico, ont parus étonnés de m’entendre leur dire que la situation était beaucoup plus saine… chez eux ! Aux Etats-Unis en effet :
    1) il y a, d’une part, des organisations que l’on peut considérer à divers degrés comme représentatives de la communauté juive, et qui sont clairement marquées à gauche ; et on sait que 80% des juifs américains ont voté Obama, en dépit d’une propagande adverse déchaînée qui le présentait quasiment comme un clone de Ben Laden.
    2) il y a, d’autre part, une officine dénommée AIPAC et qui fonctionne de manière avouée comme un lobby pro-Netanyahu (étant bien entendu qu’aux Etats-Unis les lobbies ont une existence officielle).
    Le problème -sans guillemets- dans le cas de la France est que : ce pestilentiel CRIF cumule les deux types d’attribution ! Et que sous prétexte de représenter (ben voyons) les juifs de France il fonctionne, de fait, comme… un fan-club de Netanyahou.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pourquoi Jérusalem est-elle la troisième ville sainte de l’Islam ?

Egypte: Certains manifestants tentent de faire survivre l’esprit de Tahrir, malgré la répression