in

Des passages sur le « partage de la Palestine » revus et corrigés dans des manuels scolaires

Refaire l’histoire pour mieux refaire le monde à sa guise, en réinventant la vérité, ou en la gommant sans autre forme de procès, est une pratique illégitime que la République légalise sans état d’âme, dès lors qu’il s’agit d’une exigence formulée par le CRIF et certaines associations juives satellitaires, et qu’elle porte sur le sujet tabou par excellence : la Palestine.

Premières cibles cobayes visées par cette réécriture du « partage de la Palestine », les lycéens des classes de premières L, S et ES auront la primeur, à la rentrée, d’éclairer leur lanterne à la lueur blafarde d’une histoire remaniée dans des manuels scolaires édités par Hachette, dont le mot « nakba » (catastrophe) aura subrepticement disparu de la narration.

Le ministère de l’Education nationale n’avait pas réagi lundi en fin de journée, alors c’est tout naturellement vers celui par qui la censure va passer, Richard Prasquier, président du CRIF, que l’AFP s’est tournée. Ne mâchant pas ses mots, ce dernier crie à la “présentation scandaleuse du conflit israélo-palestinien“, ne se privant pas pour dénoncer “une idéologisation“, obsédé par l’emploi du mot “nakba“, quand le terme “Israël” “n’apparaissait pas“, selon ses dires. Il a par ailleurs dénoncé “des erreurs factuelles“, en se gardant bien de les préciser.

Soutenu par le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) qui en a remis une couche en taxant les auteurs des manuels d’histoire, d’”interpréter les faits historiques, de tronquer la vérité, de prendre parti“, les mouvements pro-sionistes français entament une nouvelle croisade, à l’assaut de l’intelligence, de la véracité, de l’objectivité, dans le temple de la connaissance, du savoir-être et du savoir-vivre, ensemble plutôt que les uns contre les autres… Quel pilote y a-t-il dans l’avion France ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quand Nagui se moque de l’appel à la prière des musulmans

En direct de la Flottille dans les eaux internationales