in

L’Appel de l’Algérie : Non au mandat de la honte !

Le vendredi 22 février 2019 inaugure l’acte fondateur de l’Indépendance citoyenne du peuple algérien. 1962, c’était l’indépendance de l’Algérie, mais l’Algérien, lui, a continué de vivre dans sa chair et son quotidien, la continuité de la longue nuit coloniale. De « TAHIA EL JAZAÏR (Vive l’Algérie) en 1962 » à « PAUVRE Algérie en 1999 », à « l’Algérie confisquée en 2008 », que dire alors de l’Algérie de 2019 ?

De « Tahia el Jazaïr en1962 » à « l’Algérie de la honte en 2019 »

Peut-on s’accommoder de la honte ? Peut-on accepter qu’une caste de rapace continue à ravager et défigurer l’Algérie, Notre Algérie ? Peut-on se regarder dans un miroir et regarder nos enfants dans les yeux et continuer à dire que nous sommes algériens, que nous sommes des Hommes en acceptant de cautionner l’acte le plus immoral et le plus avilissant que peut subir un peuple : s’incliner devant son bourreau, son tortionnaire, qui l’a dépossédé de sa dignité depuis 1962.

Accepter l’idée d’un 5ème mandat, c’est plus qu’une abdication1 : c’est l’affaissement total (L’Inbitah) !

Publicité

Nous sommes, en tant qu’Algériens, les héritiers de l’Emir Abdelkader2. Se référer à cet homme, c’est souligner la sacralité de l’Algérie. Le sang versé pour la libérer n’est que la traduction de celle-ci. L’Algérie est une terre sacrée depuis l’évènement immémorial qui acte la naissance de ce pays, en tant que peuple et nation que fût l’élection de l’Emir Abdelkader en 1832.

L’indépendance confisquée en 1962. Une autre volonté s’est imposée à celle du peuple. Elle n’a fait depuis cette date que l’infantiliser, le domestiquer, le spolier pour finir par l’humilier. Peut-on continuer à regarder ceux qui s’imposent contre la volonté du peuple, le méprisent et l’humilient, comme faisant partie de la communauté nationale ? Peut-on continuer à les mythifier, en sachant que Bouteflika est un des noms de cette volonté dominatrice et sanguinaire qui s’est abattue sur l’Algérie en 1962 ?

Bouteflika est l’incarnation par excellence de ce système qui chante le nationalisme et méprise le peuple, qui psalmodie sans cesse la sacralité de la terre algérienne et dilapide ses richesses ; il a réduit l’Algérie à sa personne et a osé dire que chaque Algérien à un prix, donc achetable, nous, les héritiers de la probité de l’Emir Abdelkader et de celle de Larbi Ben M’hidi3, répondons que celui qui méprise le peuple n’a pas le droit de parler en son nom et la dépouille d’un corps qui représente le système ne peut être enterrée sur une terre sacrée. Le peuple algérien est le seul héritier et dépositaire de cette sacralité. Et cette sacralité refuse d’accueillir ce corps, au nom duquel tous les sacrilèges ont été commis.

C’est l’heure de vérité. Il y a un avant et un après. Il y a le peuple et ce pouvoir mafieux. Il y a d’un côté une culture populaire et une culture militaire 4. Les enfants du peuple et ceux du système. La résurrection du peuple algérien, de notre honneur, de notre dignité doit porter en elle la mort définitive de ce système et de l’ensemble des symboles qui le caractérisent.

Publicité

ETRE OU NE PLUS ETRE ALGERIEN

Le vendredi 22 février 2019 est notre vendredi saint. Il incarne notre résurrection. Nous sommes témoins pour les générations futures que nous sommes les dignes héritiers de ceux qui placent l’intérêt public et le sacrifice pour les nobles causes au cœur de leurs vies.

Ce peuple du 22 février, qui crie contre l’injustice et réclame honneur et dignité, porte en lui la voix de Dieu : Vox populi, vox Dei. Cet appel, toute l’Algérie l’a entendu. La nouvelle s’est répandue dans le monde. Ne l’oublions jamais : Le seul héros est le peuple et que plus jamais une volonté ne s’imposera à lui.

Nous sommes le Peuple, nous sommes la Vérité, nous sommes l’Histoire. Nous portons à jamais ce témoignage et nous serons comptables devant l’histoire.

Publicité

Taisez-vous ! Taisez-vous ventrus du système,serviteurs de vos maîtres de l’intérieur et de l’extérieur, spoliateurs de richesses et fossoyeurs de valeurs ; qu’avez-vous semé sur cette terre sacrée ? La discorde et la trahison, le vol et la corruption, la peur et la terreur, le crime et la mort, la honte et l’humiliation, l’exil et les larmes de nos mères pour leurs enfants Harragas. En un mot : l’HORREUR.

Taisez-vous ! Le peuple avance ! Pacifique et déterminé ! Grand et glorieux !

Et maintenant, peuple du 22 février, dans cette Algérie meurtrie, humiliée et profanée, jette par ton insurrection citoyenne la certitude d’un avenir fraternel, jette l’aspiration pour une Algérie dans laquelle sera banni à jamais ce système.

Sortez à jamais de nos vies, de nos vues et disparaissez de cette terre sacrée !

Ce peuple du 22 février 2019, ce peuple qu’on a cru mort, dans un sursaut salutaire et exemplaire est en train d’écrire une nouvelle grande histoire. Il porte en lui le souffle de l’esprit du printemps arabe. L’écho de l’esprit du «Dégagisme » initié par le printemps arabe en 2011, en Tunisie, repris par les Gilets jaunes en France, le voici maintenant flamboyant dans le ciel de l’Algérie. Le printemps qui s’annonce sera plein de promesses : le printemps des peuples.

Mahmoud SENADJI

Ancien professeur à l’Ecole Supérieure des Beaux Arts d’Alger

Notes

1-Voir l’article de Rachid Benyelles, Algérie : non à la présidence à vie !, le Monde, 10 novembre 2008, cité dans mon article, Algérie : pays des simulacres, Oumma, le 29 décembre 2008.

2-Que les Algériens comparent ces détenteurs du pouvoir qui psalmodient l’hymne national et qu’ils se disent : quel rapport ont-ils la personnalité avec l’Emir Abdelkader, dont ils puisent la ferveur nationale et prétendent être les héritiers politiques ? « Comme Abdelkader est incomparablement plus digne d’éloges que tous les bureaucrates réunis qui prétendent aujourd’hui être ses héritiers politiques[…]. Son évocation pourra seulement servir à mesurer l’exacte indigence et le néant révolutionnaire de la bureaucratie algérienne comparée à ce seul personnage. A lire dans mon article,  Algérie : le testament des décombres, Libération, le 2 juin 2003.

3- Larbi Ben M’hidi fût arrêté le 23 février 1957. Le témoignage émouvant du Capitaine Allaire résonne encore dans mes oreilles : « J’aurais aimé avoir un patron comme ça de mon côté, j’aurais aimé avoir beaucoup d’hommes de cette valeur, de cette dimension de notre côté. Parce que c’était un seigneur Ben M’hidi. « Je voudrais être soumis à ces tortures, pour être sûr que cette chair misérable ne me trahisse pas. J’ai la hantise de voir se réaliser mon plus cher désir, car lorsque nous serons libres, il se passera ces choses terribles. On oublie toutes les souffrances de notre peuple pour se disputer des places ; ce sera la lutte pour le pouvoir. Nous sommes en pleine guerre et certains y pensent déjà ; des clans se forment. A Tunis, tout ne va pas pour le mieux, j’aimerai mourir au combat avant la fin. Ben M’hidi » Nous avons à méditer ce testament de Ben M’hidicar la tragédie de l’Algérie trouve son origine dans les années 1954-1962, principalement avec la naissance du FLN. Honneur à sa mémoire.

4– Le génie de cette culture populaire est chanté par la jeunesse dans les stadesdont les paroles représentent le summum de la conscience politique. Cette jeunesse représentant la moitié du peuple algérien est la voix du peuple et elle est dépositaire de son histoire. Non les partis politiques.

5-J’entends par culture militaire cette culture brutale, dominatrice, arrogante, méprisante, ne semant que l’horreur et le désarroi sur son passage. Ne possédant aucun raffinement, fruste dans ses fondements et ne pouvant tolérer même l’idée de l’égalité. C’est cette mentalité qui sévit en Algérie depuis 62 et ne peut car c’est contraire à sa nature accepter l’idée de la souveraineté du peuple.

Publicité
Publicité
Publicité

3 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Pour revenir à Ben M’hidi Allah yerhmou. En Algérie dans les années 80 du temps du parti unique, chaque fois que j’entendais un ponte du FLN (Cherif Messadia par exemple) rendre hommage à Ben M’hidi, je me disais:” comment osent-ils ces moins que rien parler de Ben M’hidi qui s’est sacrifié pour nous, alors qu’eux passent leur temps à parler de la Révolution pour nous endormir, mais qu’ils sont d’une voracité, rapacité sans fin!”
    Quel rapport entre ces apparatchiks repus depuis 1962, qui ne cachent jamais leur mépris des algériens ordinaires et Ben M’hidi qui après tout n’était qu’un être humain? depuis quand sont-ils supposés avoir vécu sur la même terre?

  2. Je comprends l’indignation de l’auteur de cet article mais, à mon avis, le ton qu’il emploie n’est pas le bon.

    Il faut éviter de sacraliser le politique. Cela a trop nui aux Algériens. Il ne faut pas sacraliser la protestation actuelle. Elle peut aussi partir dans la mauvaise direction d’autant plus qu’il y a toujours des islamistes en Algérie. La violence peut aussi se déchaîner et là, il y a un risque de perte de contrôle du processus.

    La sacralisation du politique, c’est l’erreur fondamentale de l’islamisme. A proscrire.

    Le système politique actuel a vécu : c’est en tout cas ce que disent les Algériens qui manifestent. Mais ce pouvoir est toujours là et il va falloir composer avec lui car l’armée est derrière. Ou plutôt il va bien falloir trouver un arrangement avec ceux qui ont soutenu ce pouvoir et qui sont conscients qu’il faut évoluer. Donc le ton manichéen de l’article me pose un problème.

    Le plus difficile dans ces heures de tension politique extrême, c’est de raison garder et de ne pas tout voir en noir (le pouvoir) et blanc (la rue).

    Je continue de penser que la meilleure option, c’est que la pression de la rue fasse évoluer les clans au pouvoir et que de leur sein émerge une force capable de mettre de côté la “clé de voûte” Bouteflika et de ménager une réelle ouverture politique sans que tout l’édifice politique s’effondre. Mais est-ce que ce sera possible ?

    Et l’on retombe sur une question d’hommes : où sont ceux qui vont canaliser la contestation de la rue et où sont ceux dans l’appareil du régime qui seront leurs interlocuteurs valables ? La jonction entre ces deux types d’acteurs va être cruciale.

    Si la France peut aider à favoriser cette jonction, car elle peut avoir le contact d’un côté comme de l’autre, elle aura sans doute rendu un bon service aux Algériens.

    Soyons clair : pas d’ingérence, car ce sont les Algériens qui doivent décider et eux seuls ; mais une intermédiation pour éviter une déstabilisation meurtrière. L’ Algérie a assez souffert comme ça.

  3. Croyez vous vraiment que Bouteflika veux être un Président à vis ? Croyez vous vraiment qu’il est venue au pouvoir pour régner comme un Roi ? Wallahi dire cela c’est ne pas avoir compris que Bouteflika est un homme patriote qui a sacrifié sa vie pour le bien de l’Algérie et des algériens. On peu dire qu’il s’est trompé dans certaines actions faites pour le bien de l’Algérie, comme par exemple les milliards de l’Ensej ou la distribution des terres dans le sud algériens dont seulement les oligarche on en bénéficier . Mais la faute de la faillite dans ses domaines est de la jeunesse algérienne qui n’a pas su en profiter pour sortir de la crise du chaumage en Algérie. L’incapacité des jeunes est à blamer aux jeunes et pas à Bouteflika. Il ne possède pas la bague de Souleymane. C’est trop lui demander après l’avoir laisser seul dans la gueule du loup, face à la Mafia des généraux de la main de laquelle il a su retirer juste dernièrement grande partie du pouvoir (Général Lamari, Nezzar, Tawfik et d’autres encore).

    Vouloir à tout prix se débarrasser de lui de cette manière c’est ne rien avoir compris de son programme d’assainissement du pouvoir en Algérie malgrés toutes les intrigues internes et externes qui l’entourent.

    Allah yahdi les algériens, et que Allah les illumines afin qu’ils puissent voir le bien et le mal en tant que tels.

    M BILLAMI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Pour l’ambassadeur d’Algérie en France, “Bouteflika n’a pas sa santé de 20 ans mais il a toute sa tête de 20 ans”

Lettre de Bouteflika : une nouvelle diablerie