in ,

La première équipe féminine de football exclusivement musulmane entre dans l’histoire du sport australien

La nouvelle les a mises en joie, et ce n’est pas l’inévitable stress qui commence à les envahir qui pourra gâcher la fête, les joueuses australiennes voilées de la première équipe féminine de football exclusivement musulmane s’apprêtent à fouler la pelouse du prestigieux stade le « Melbourne Cricket Ground » (MCG), lors d’un match de lever de rideau exceptionnel, qui restera à jamais gravé dans leur mémoire.

Radieuses sous leur hijab qui ne les a jamais empêchées de dribbler contre les préjugés tenaces, sur un terrain où on ne les attendait pas – le footy, ce football australien dérivé du rugby et devenu une vraie religion -, mais où leur jeu collectif fait merveille, les talentueuses footballeuses qui forment l’équipe soudée de la Auburn Giants ont des étoiles plein les yeux à la perspective du 14 juin, date à laquelle elles auront l’immense honneur de jouer devant des milliers d’aficionados du ballon ovale venus assister au deuxième plus grand événement annuel, juste après l’immanquable finale de cricket : le championnat de la Football League.

Moment magique et historique, cette rencontre qui verra pour la première fois des joueuses de footy voilées se produire devant des millions d’Australiens devant leur petit écran, avant qu’ils ne s’enflamment pour le match phare de la soirée, les opposera à une autre équipe féminine de la banlieue ouest de Sydney, dont elles sont, elles aussi, originaires, et où elles n’ont cessé de progresser depuis près de cinq ans.

Jouer dans le plus grand stade d’Australie, et de surcroît en lever de rideau de l’une des compétitions sportives les plus populaires du pays, c’est juste fabuleux, et il faut presque se pincer pour y croire“, s’est enthousiasmée dans les colonnes du Herald Sun, Amna Karra-Hassan, la fondatrice et coach des Auburn Giants, en se réjouissant que le sport réussisse à triompher des stéréotypes, les plus insidieux et pernicieux.

Il ne fait aucun doute dans mon esprit que pour chaque histoire négative colportée sur les musulmans, il doit y en avoir 10 des plus positives pour contrer leur portée délétère”, a insisté cette ancienne athlète, habituée à ne pas baisser les bras devant l’adversité, qui perçoit dans cette belle marque de reconnaissance envers ses joueuses une lueur d’espoir, de celles qui font briller les regards et réchauffent les coeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’actrice américaine Lindsay Lohan a-t-elle embrassé l’islam ?

Le regard de Houellebecq sur l’islam effraie la Croatie